Partagez | .
 

 Bain de foule [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t157-la-double-vie-de-james-daniel-hawthorne
avatar


■ En ville depuis le : 15/01/2013
■ Messages : 407
■ Pseudo : larson

■ J'ai : 36 ans
■ Je suis : Marié avec Kayla
■ Je suis : Propriétaire du Tony Garage & tueur a gage pour Di Valastro
■ Mon adresse : Est 380

■ Célébrité : Chris Hemsworth
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Un sujet? : Libre

James D. Hawthorne

Message(#) Sujet: Bain de foule [terminé] Dim 3 Fév - 18:15

    Chinatown était un endroit grouillant de vie qu’il adorait. Il n’avait pas besoin de parler, pas besoin d’entretenir de conversation ni de faire attention à ce qu’il était où ce qu’il faisait. Il y avait masse de personne à cet endroit et pour le repérer dans cette foule, il fallait lui foncer dedans ou bien même faire en sorte de le retrouver à une table de restaurant. Mais, ce n’était pas facile encore là de le voir avec tous ce monde dans les rues. Il aimait l’animation de l’endroit qui vous transportait complètement ailleurs. Il n’avait pas vraiment l’impression d’être en chine non plus, mais il se sentait hors de sa ville, hors de sa zone de confort et quelques fois il en avait besoin. C’était le cas aujourd’hui. Il était en congé du garage, son oncle n’avait pas fait appel à lui depuis quelques jours, même s’il restait sur un pied d’alerte. Il savait que son oncle attend quelque chose, il savait que s’il n’avait pas ce qu’il voulait dans une certaine transaction ce serait à lui à passer à l’action. Il ne savait jamais à l’avance qui était sa victime potentielle, il le saurait lorsqu’il serait temps de l’exécuter. Lorsque son oncle le contactait, lui donnait les infos, lui établissait un plan de match et rappelait pour dire un nombre seulement à son oncle. S’il disait deux fois, dans les deux semaines le problème de son oncle était réglé, s’il disait trois douzaines, dans trois mois le problème était réglé. Pourquoi cela pouvait prendre autant de temps? Car quelques fois, les plans les meilleures prenaient un temps fou à se mettre en place. Mais trois mois était la limite qu’il se fixait. C’était un code stupide, il le savait bien, mais en même temps personne ne savait de quoi il parlait. Il avait un téléphone jetable et ne prenait contact avec son oncle qu’avec un de ses appareils à un autre appareil jetable que son oncle ne gardait que le temps de cet appel. Après, tous deux se débarrassait des téléphones et chacun faisait ce qu’il avait à faire.

    Il savait bien qu’un jour ont remontrerait surement à lui, il ne se prenait pas pour Dieu et n’avait pas la prétention d’être infaillible. En fait, c’était ce qui faisait de lui un bon tueur qui ne laissait pas de trace derrière lui. Tous les tueurs se faisaient prendre parce qu’ils étaient trop confiants et devenaient négligeant dans leur travail. Pas lui, il faisait toujours en sorte de tout vérifier pour être sur de ne rien laisser derrière lui. Donc, à ce moment là, il était en « stand by » et pouvait profiter de sa journée de congé pour aller marcher et faire le tour de Chinatown. Il aurait aimé que Kayla et Jeremy soient avec lui, mais la jeune femme était têtue, elle ne voulait pas de relation avec un homme et repoussait toutes ses avances. Il n’avait pas dit son dernier mot, il était du genre patient et il n’était pas question qu’il abandonne. Il savait aussi qu’il ne pourrait jamais lui dire, ni à elle, ni à Jeremy ce qu’il faisait pour son oncle. Pour la jeune femme, déjà de savoir qu’il était le neveu du parrain la rendait nerveuse, il le savait, alors si elle venait à savoir qu’il tuait pour lui, elle partirait très loin de lui. Il pouvait la comprendre en même temps, après tout, elle devait protéger son fils.

    Mais il n’avait pas l’intention de la mettre en danger d’une quelconque façon, il ne voulait que son bien et rien d’autre bien entendu. Il pensa à elle devant un kiosque de boucle d’oreille, c’était de gros pendentifs très originaux, des plumes aussi rouges que les cheveux de la jeune femme qui venait d’un oiseau rare. Bon, c’était ce que disait la vendeuse, est-ce que c’était vrai? Il n’en avait aucune idée, mais Kayla était son oiseau rare, celle qui l’avait renversé dès qu’il l’avait vu et elle était aussi insaisissable qu’un oiseau. Il prit les boucles d’oreilles, il se fichait bien qu’elle les refuse, de toute façon, elle devrait les prendre puisqu’il ne pourrait pas les porter lui-même, c’était un peu trop voyant. Il les fit emballer soigneusement et les mit dans la poche intérieure de son veston. Il avait maintenant encore plus hâte d’aller la voir à son commerce et de voir la tête qu’elle ferait lorsqu’il lui offrirait. Il espérait qu’elle les aimerait et voudrait bien les prendre. Il en était là dans ses pensées lorsqu’il fût bousculé par un jeune asiatique. Celui-ci se répandit en excuse, un peu trop en fait. James tendit la main pour qu’il lui redonne ce qu’il avait prit à l’intérieur de sa veste. Il n’était pas dupe, il avait sentit, malgré les précautions que l’autre avait prit, la main dans sa veste.

    Le jeune homme hésita, il regarda James dans les yeux et eut un geste pour s’enfuir, mais une autre personne derrière son dos le stoppa net dans son mouvement. Il n’eut d’autre choix que de rendre à James ce qu’il lui avait prit et une connaissance du jeune homme qui avait assisté à la scène vient le chercher et l’enguirlander devant tout le monde. Il lui donna une claque derrière la tête et le traîna à travers la foule. James eut un petit sourire face à la scène, puis il se reporta à la personne qui l’avait aidé à retrouver son bien.

    -Merci beaucoup, ce n’était pas quelque chose de très cher mais la personne à qui ces objets sont destinés, l’est.



If today was your last day
And tomorrow was too late
Could you say goodbye to yesterday?
Would you live each moment like your last?
Leave old pictures in the past
Donate every dime you have?
Would you call old friends you never see?
Reminisce old memories
Would you forgive your enemies?
Would you find that one you're dreamin' of?
Swear up and down to God above
That you finally fall in love
If today was your last day


Dernière édition par James D. Hawthorne le Mar 14 Mai - 15:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t135-the-same-place-but-not-the-same-person-now
avatar


■ En ville depuis le : 25/11/2012
■ Messages : 503
■ Pseudo : Poker Face

■ J'ai : 25 ans
■ Je suis : En couple avec Raffael
■ Je suis : Gérante du Di Valastro Restaurant
■ Mon adresse : #

■ Célébrité : Jennifer Lawrence
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Un sujet? : Libre

Evangelyne J. McCarthy


break glass and call for help
.:
Message(#) Sujet: Re: Bain de foule [terminé] Sam 9 Fév - 14:40

    La jeune femme avait travaillé toute la nuit, mais elle n’était pas arrivée à dormir. Heureusement, qu’elle avait congé ce soir là, elle décida donc d’aller faire un peu de shopping et de se balader dans le quartier chinois. Elle préférait de loin tout le bruit de cet endroit à celui des centres d’achat ordinaire. Elle était donc sortie de son lit, s’était douchée, habillée et était sortie de son petit appartement pour aller prendre l’air frais. Avant d’aller au centre d’achat, elle était allée prendre une bouchée à la pâtisserie de Kayla. Elle adorait tout ce que son amie faisait. Elle était donc passé, avait déjeuné d’une pâtisserie bien sucré, avait un peu discuté avec la propriétaire et avait quitté un bon café moka à la main. Elle était prête pour sa journée. Elle n’avait pas de voiture, elle avait donc prit le métro pour ce rendre dans le centre-ville, elle était allée dans quelques petites boutiques, elle n’avait pas acheté grand-chose. Quelques vêtements, elle avait emporté son sac à dos pour pouvoir trainer ce qu’elle achetait dedans. C’était plus pratique ainsi puisqu’elle devait prendre le métro. Elle était donc là à ce promener dans les rues de Chinatown, elle regardait les boutiques, ce que les marchands avaient à vendre, elle était bien. Elle ne se sentait même pas fatiguée. Elle était bien, elle se frayait un chemin dans la foule et s’amusait à regarder les gens, les marchandises, écouter la mélodie du langage différent, elle adorait ça. Puis, soudainement, elle vit une tête qu’elle connaissait. D’accord, elle ne le connaissait pas tant que ça, mais elle savait très bien qui était cette personne. Il en avait après son amie, bon, c’était parce qu’il l’aimait, mais elle ne savait pas s’il était sincère ou non. Elle l’avait vu acheter quelque chose et vit aussi le jeune homme qui lui fonça droit dessus peu après l’achat, elle avait rapidement comprit ce qu’il avait fait bien sur. En tant que barmaid elle avait l’œil pour les voleurs et les faussaires. Elle fût cependant surprise de voir l’homme se rendre compte de ce que le jeune homme avait fait. Il tendit la main pour ravoir ce que l’autre lui avait fait. Mais l’autre cherchait déjà une porte de sortie, elle le voyait. Elle se plaça derrière le jeune homme de façon de lui bloquer le passage. Elle n’eut pas besoin de lui démontrer sa force ou quoi que ce soit, dès qu’il l’a regarda dans les yeux il sut. Il ne tenta même pas de s’enfuir, elle le vit se tourner vers James et lui redonner ce qu’il avait prit. Lorsque James là regarda tout sourire en lui disant que ce qu’il avait acheté ne valait pas beaucoup, mais que la personne pour qui ils étaient l’était chère elle. Elle eut un sourire, il ne devait même pas savoir qui elle était. C’était ce qui était le plus drôle dans l’histoire. Elle hocha la tête, comme si elle savait de quoi il parlait, en fait, elle savait autant de quoi il parlait que de qui il parlait.

    -J’avoue que ces belles plumes rouge vont se fondre à merveille avec ses mèches. Elle va les adorer, mais tu sais, elle ne s’achète pas à coup de cadeau cette belle jeune femme.

    Elle eut un sourire espiègle, elle ne pensait pas qu’il avait envie de l’acheter, elle l’avait du dès les premiers mots qu’il lui avait dit. Il n’avait pas payé cher, c’était donc dire que le prix n’avait pas influé son choix, mais bien le fait que ces boucles d’oreille lui avait fait penser à Kayla. Sans vouloir « flasher », il lui avait trouvé quelque chose qui représentait bien la jeune femme et qui allait avec son style. Elle voyait l’homme d’un nouvel œil. C’était bien, bien pour Kayla et bien pour lui car comme elle le voyait d’un bon œil, elle pourrait plaider sa cause auprès de la jeune femme. Mais bon, elle voulait en savoir un peu plus sur cet homme. Après tout, il était tout de même le cousin de son patron, il avait beau avoir son commerce, la jeune femme avait découvert que la partenaire de sa sœur avait un lien avec le parrain, alors elle ne serait plus surpris par personne. Elle voulait s’assurer que son amie et son fils soient en sécurité. Elle le regarda.

    -Que dirais-tu de manger ou boire quelque chose avec une bonne amie de celle que tu convoites?


Dernière édition par Evangelyne J. McCarthy le Sam 4 Mai - 1:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t157-la-double-vie-de-james-daniel-hawthorne
avatar


■ En ville depuis le : 15/01/2013
■ Messages : 407
■ Pseudo : larson

■ J'ai : 36 ans
■ Je suis : Marié avec Kayla
■ Je suis : Propriétaire du Tony Garage & tueur a gage pour Di Valastro
■ Mon adresse : Est 380

■ Célébrité : Chris Hemsworth
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Un sujet? : Libre

James D. Hawthorne

Message(#) Sujet: Re: Bain de foule [terminé] Dim 17 Fév - 17:16

    Il devait avouer qu’il avait été surpris de voir une jeune femme face à lui. C’était elle qui avait fait peur ainsi au jeune voleur. Elle devait avoir un air terrible pour qu’il n’ose même pas bouger devant elle. À moins, qu’il ne l’a connaisse et sache qu’elle a le caractère et la force de lui foncer dessus sans aucune difficulté. C’était possible après tout. D’ailleurs, la jeune femme lui disait quelque chose, il avait l’impression que son visage lui disait quelque chose. Elle répondit à sa question en parlant de Kayla alors qu’il n’avait jamais nommé ce qu’il y avait dans le paquet ni pour qui il était. Elle avait vu son achat, elle avait aussi deviné pour qui le paquet était destiné, il devait avouer qu’elle était forte. Il savait maintenant qui se tenait devant elle, c’était l’amie de sa belle pâtissière Evy. Il avait entendu dire qu’elle était pompier pendant un temps, puis elle était partie faire le tour du monde et elle n’avait pas reprit son poste. Elle était plutôt devenue une employée indispensable pour son cousin dans sa boîte de nuit. Il avait entendu parler d’elle par Raff et par Kayla aussi de temps à autres. Il ne comprenait pas pourquoi elle avait laissé son premier métier. Mais il était du genre à aimer connaître les gens, il avait donc fait de petites recherches sur le net. D’accord, probablement que son côté tueur à gage avait prit le dessus dans cette situation. Fait était qu’il avait tapé le nom de la jeune femme, rien sur elle directement n’était sortit. Il avait cependant bien un McCarthy qui avait fait la une dans leur ville. Il s’agissait d’un homme qui avait fait de sa fille sa conjointe après le départ de sa femme. La petite avait vécu six ans comme un couple avec son père avant qu’il ne l’a remplace par une belle blonde plantureuse. La petite avait finit par réaliser que ce n’était pas normal ce qu’elle avait vécu et elle avait porté plainte. Il pouvait mettre sa main à couper que la fillette en question était là devant lui à cet instant. Il balaya ses pensées pour répondre à la jeune femme qui venait de lui dire que Kayla n’était pas le genre de femme que l’on achète. Elle ne l’avait pas dit de façon méchante ou menaçante. Elle savait que le cadeau ne valait pas grand-chose, il l’avait avoué lui-même.

    -T’en fait pas, je sais trop bien qu’elle n’est pas à vendre et qu’elle ne s’achète pas. De toute façon, ma mère m’a toujours apprit qu’aucun humain n’avait de prix. La valeur d’une vie est trop élevée.

    Il pensait ainsi avant, avant de se rendre à la guerre et de voir que pour certains la vie humaine ne valait pas grand-chose. Il prônait toujours pour la vie, mais plus dans le même sens, les gens qu’il aimait valait la peine, ceux comme les hommes que son oncle lui ordonnait de faire disparaître, ne méritait pas d’être en vie. Le pouvoir les attirait plus que tout et la vie ne valait rien pour eux. Son oncle était un peu comme ça aussi, il n’était pas fou. Mais son oncle était de son sang, il le respectait. Son oncle était un criminel, mais il était juste et tant qu’il en serait ainsi il ferait ce qu’on lui demanderait. La jeune femme acheva de le surprendre, elle lui demanda s’il avait envie d’aller prendre un verre ou manger un morceau avec une femme près de celle qu’il convoitait. Il lui rendit son sourire, elle était douée, il n’y avait aucun doute. Elle croyait l’attirer lui, alors qu’elle voulait satisfaire sa curiosité à elle. Mais bon, après tout, il n’avait rien à faire, il pouvait bien prendre le temps de connaître un peu plus la jeune femme. Il hocha la tête pour lui faire savoir qu’il était d’accord.

    -Sans problème, je suis sur que ce sera très agréable.

    Il venait peut-être de mettre les pieds dans le plat avec ce qu’il venait de dire. Il l’a regarda en se passant la main derrière la tête.

    -Attention, je ne voudrais pas que tu crois que j’aie envie de courir deux lapins à la fois, c’est plus dans le sens que tu as l’air d’une personne très agréable.

    Il s’était reprit et espérait qu’elle excuserait sa maladresse avec son choix de mots. Il lui indiqua un petit restaurent à deux mètres, c’était un restaurant avec des plats typiques chinois, il connaissait les propriétaires et savaient que leur produits étaient frais.

    -Je suis sur que tu vas adorer leur mets. Ils sont un incontournable lorsque je viens ici. Je ne sais pas si tu y es déjà allé, mais personnellement j’adore.

    Peut-être aurait-il l’occasion de vérifier s’il s’agissait bien de la même McCarthy que cet homme qui avait fait de sa fille l’esclave sexuelle. Il ne pouvait rien faire en tant que tueur à gage, pas sans l’ordre de son patron. Cependant, il savait que son oncle détestait les pédophiles ou bien les incestueux. Il savait que si son oncle venait à apprendre la vérité et qu’il comprenne que cet homme était en liberté, il lui passerait surement la commande d’éliminer le père d’Evy. Il en serait plus qu’heureux, on n’avait pas le droit de faire ce qu’il avait fait à son enfant. On n’avait pas le droit de prendre une petite fille de huit ans pour une femme et lui faire assouvir ses besoins sexuels, c’était plus que dégoûtant. Il en était là dans son idée lorsqu’il commença à se diriger vers le restaurant avec la jeune femme.


If today was your last day
And tomorrow was too late
Could you say goodbye to yesterday?
Would you live each moment like your last?
Leave old pictures in the past
Donate every dime you have?
Would you call old friends you never see?
Reminisce old memories
Would you forgive your enemies?
Would you find that one you're dreamin' of?
Swear up and down to God above
That you finally fall in love
If today was your last day


Dernière édition par James D. Hawthorne le Ven 29 Mar - 23:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t135-the-same-place-but-not-the-same-person-now
avatar


■ En ville depuis le : 25/11/2012
■ Messages : 503
■ Pseudo : Poker Face

■ J'ai : 25 ans
■ Je suis : En couple avec Raffael
■ Je suis : Gérante du Di Valastro Restaurant
■ Mon adresse : #

■ Célébrité : Jennifer Lawrence
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Un sujet? : Libre

Evangelyne J. McCarthy


break glass and call for help
.:
Message(#) Sujet: Re: Bain de foule [terminé] Ven 15 Mar - 19:39

    La jeune femme eut un sourire. James était mignon, il se souciait de ce qu’il disait car il ne voulait pas qu’elle croit qu’il faisait du charme à deux jeunes femmes en même temps. Un homme qui se souciait de se genre de détails voulait dire deux choses; soit il était hypocrite et voulait manipuler la personne qui lui faisait face, soit il aimait vraiment la jeune femme qu’il convoitait et ne voulait pas qu’il y ait de mal entendu. Elle penchait pour la deuxième pour James. Elle sentait bien qu’il ne voulait pas qu’il y ait d’ambiguïté face à ce moment qu’ils passeraient ensembles. Elle ne fit que hocher la tête pour lui faire comprendre qu’elle avait su ce qu’il avait voulu dire et qu’il n’avait pas fait de faux pas. Elle suivit James jusqu’au petit restaurant qu’il lui avait indiqué. Dès qu’ils entrèrent, un homme asiatique qui avait deux têtes de moins que James, vient les saluer et leur attribué lui-même une table qui avait un belle vue sur la rue. Il avait mentionné qu’il venait souvent, mais là elle comprenait en voyant l’homme qui les avaient accueillit donner des ordres, qu’il connaissait les dirigeants de l’endroit. D’accord, bon point pour lui, il n’était pas un vantard. Elle en était contente. C’était important après tout. Elle le laissa choisir les plats puisqu’il les connaissait mieux qu’elle. L’ambiance était chaleureuse et aussi surpeuplé. En fait, c’était à l’image de Chinatown. Ils échangèrent quelques banalités, elle voulait le connaître, mais il semblait que lui aussi. Evy parlait peu de son passé, après tout, ce n’était pas réjouissant de discuter de la vie avec son père. James sembla le comprendre car il ne posa aucune question. Il lui parla un peu de son enfance et elle rit aux souvenirs qu’il lui exposa. Elle découvrit un interlocuteur intéressant. Le repas leur fût servit et là devait commencer la vraie discussion. Elle goûta les plats d’abord.

    -Wow, je comprends pourquoi c’est ton incontournable. C’est vraiment très bon.

    Elle était sincère, dans la nourriture asiatique, elle était assez difficile il fallait dire. Mais là, elle se régalait complètement. Tout ce qu’elle goûtait était frais et délicieux. Elle ne regrettait nullement de l’avoir suivit dans cet endroit. Elle eut un sourire en regardant le jeune homme.

    -Kayla pourrait apprécier ce genre d’endroit. Elle aime la nourriture chinoise et ce quartier aussi. Mais elle n’a pas beaucoup de temps pour y venir.

    Elle trouvait dommage que son amie ne sorte que si peu. Elle n’avait pas le temps de s’amuser convenablement. Kayla était une femme d’affaire et une mère d’abord et avant tout. Evy essayait de lui donner des moments pour elle en prenant Jeremy avec elle, mais Kayla se sentait mal de lui laisser son fils, alors elle acceptait rarement ses offres. Avec de la chance, James réussirait peut-être à la faire sortir un peu plus souvent. Si elle-même n’était pas faite pour être en couple, elle voyait bien James et Kayla ensembles, elle les imaginait en famille avec un petit bout de choux en plus. Peut-être qu’elle aspirerait elle aussi à ce genre de rêve pour elle-même un jour, mais pour le moment, elle ne croyait au couple pour elle. Il fallait dire que la vie de couple avec son père l’avait rendu amer. Premièrement, aucun enfant de devrait devenir l’amant de son parent, deuxièmement, l’inceste était répugnant et dégradant, elle se sentait sale de s’être laissé touché ainsi pas son père et troisièmement, il avait finit par la laisser tomber comme une vieille chaussette une fois qu’il eut trouvé mieux. Mieux, c’était tout de même « vite dit », la femme était tellement naïve et creuse de cervelle qu’elle ne pouvait dire qu’elle enviait son père. Bref, entre sa mère qui avait abandonné son père et son père qui avait fait d’elle sa compagnie de vie, elle n’avait aucune envie de se retrouver en couple. Un soupire lui échappa sans qu’elle ne le veuille et si elle s’en aperçut, elle ne réagit pas, ne tenta même pas de redresser la situation, elle s’intéressa simplement un peu plus au plat.

    -Ce poulet est fabuleux, il te faudra vraiment amener Kayla ici pour qu’elle puisse l’apprécier. Tu ne le regretteras pas. Même Jeremy serait content, il aime sortir de la maison et voir de nouvelles choses, goûter aussi de nouveaux plats. Il adore ça. Il est un peu le goûteur officiel de la pâtisserie.

    Elle avait poursuivit sur son amie, elle n’aimait pas parler d’elle et si son inconscient avait parlé pour elle, elle préférait que James continue sur le même sujet qu’elle. Déjà que son oncle lui avait demandé son histoire car il avait su reconnaître la tristesse en elle, elle n’allait quand même pas parler de son passé avec tous les membres de la famille Di Valastro. Raff aussi était au courant, elle n’avait pas eu le choix car un client l’avait un peu chahuté à cause de cette histoire et il avait fallait deux portiers pour les séparer et elle n’avait pas été facile à faire lâcher prise. Mais ce qu’il avait dit l’avait tellement dégoûté qu’elle n’avait pu faire autrement que de lui sauter à la gorge et elle avait dû expliquer la situation devant Raff et l’un des portiers. Ils avaient compris ce qui s’était passé et elle avait pour mot d’ordre que si quelqu’un l’embêtait à nouveau avec cette histoire de faire signe à Giovanni, le portier impliqué, pour qu’il sorte l’importun au lieu de lui sauter dessus. Elle avait tout un caractère, même Giovanni avait eu de la difficulté à la maîtriser et pourtant, il était plus grand, plus bâti et plus fort qu’elle. Elle ne savait pas pourquoi elle repensait à ce souvenir à ce moment-ci. Peut-être que James la menait à penser à la famille Di Valastro sans le vouloir. Ce devait être LE point qui faisait reculer son amie, car si elle, elle pensait aux Di Valastro en compagnie de James, Kayla devait assurément y penser aussi. D’accord, il n’avait pas vraiment de lien avec la « famille » du Parrain, mais tout de même.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t157-la-double-vie-de-james-daniel-hawthorne
avatar


■ En ville depuis le : 15/01/2013
■ Messages : 407
■ Pseudo : larson

■ J'ai : 36 ans
■ Je suis : Marié avec Kayla
■ Je suis : Propriétaire du Tony Garage & tueur a gage pour Di Valastro
■ Mon adresse : Est 380

■ Célébrité : Chris Hemsworth
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Un sujet? : Libre

James D. Hawthorne

Message(#) Sujet: Re: Bain de foule [terminé] Sam 23 Mar - 15:25

    James était content de voir la jeune femme le suivre et avoir envie d’en savoir plus sur lui, vouloir l’aider à connaître encore mieux Kayla et Jeremy. Elle lui démontra une confiance inattendue en le laissant choisir le menu pour les deux. Elle se fiait à son jugement car elle ne connaissait pas l’endroit. C’était drôle, c’était bien la première fois qu’une femme lui laissait faire les choix pour elle. Pratiquement toutes trouvait « macho » que l’homme choisisse les plats, comme si c’était son rôle de le faire et que ce geste ramenait en arrière au temps où les femmes n’étaient que les esclaves des hommes. Sérieusement, quelques fois, il se disait que les femmes faisaient tout un plat avec un rien. Evy l’avait laissé choisir comme si de rien n’était, elle n’avait pas fait d’état d’âme parce qu’elle lui laissait le choix. Ils avaient un peu discuté d’eux pendant qu’ils attendaient et lorsque les plats arrivèrent et qu’elle goûta, elle sembla en pamoison. Il sourit lorsque la jeune femme lui fit savoir que Kayla aimerait cet endroit. Il était content de savoir cette information. Il y penserait la prochaine fois qu’il serait tenté de l’invité. Il se passa ensuite quelque chose, la jeune femme qui lui faisait face sembla perdre de son éclat, il vit son regard s’assombrir pendant qu’elle mangeait. Il savait que ce n’était pas dû à la nourriture. Elle continuait de manger machinalement et soudainement, comme venu de nulle part, elle laissa échapper un soupir. Ce soupir en disait long sur l’état d’esprit de la jeune femme. La discussion ou le repas l’avait amené à changer d’humeur, à changer d’attitude. Mais elle sembla revenir et se lança sur le sujet de Kayla et Jeremy. Elle parla de leur intérêt pour cet endroit, que Jeremy aimait les nouvelles choses et qu’il faisait office de goûteur pour la pâtisserie de sa mère. Il voyait bien qu’elle changeait de sujet, qu’elle n’avait pas envie de parler de ce qui l’avait fait soupirer. Mais que pouvait-il faire? Il connaissait l’histoire de la jeune femme, en fait, c’est Raff qui lui en avait parlé. James avait été témoin de l’altercation entre la jeune femme et un client de la boîte. Il l’avait vu bondir, s’il ne s’était pas souvenu de son visage lorsqu’ils s’étaient croisés plus tôt, il se souvenait maintenant de cette soirée.

    Il était en train de prendre un verre avec un de ses collègues lorsqu’il avait entendu par-dessus la musique les cris de la jeune femme. Il s’était retourné et avait vu cette furie se défendre bec et ongles contre un homme qui faisait trois fois son poids et un bon mètre de plus qu’elle. Le mec n’en menait pas large, il se protégeait du mieux qu’il pouvait mais elle était dans une rage telle qu’il se prenait des coups malgré tout. Deux gros gorilles de son cousin avait dû s’interposé non pas pour arrêter l’homme, mais bien pour contenir la jeune femme. Elle était forte, il n’y avait pas à dire. Lorsque la jeune femme et l’un des gorilles étaient ressortis du bureau, ils avaient tous la mine basse et l’air plus que sérieux. Il était allé voir son cousin qui était plus que bouleversé, ils étaient passés dans son bureau et James l’avait fait parlé. Il lui avait raconté l’histoire d’Evangelyne, James avait été révolté d’en entendre l’histoire. Il avait fait des recherches avec le nom de la jeune femme. On ne nommait le nom d’Evy nulle part, bien sur, elle était mineure lors des fait donc son identité avait été protégé. Il savait aussi que son père était libre depuis quelques années déjà. Ce devait être assez épouvantable pour elle de se voir interpelé sur cette histoire, il pouvait comprendre qu’elle ait mal réagit. Il savait aussi, toujours par son cousin, qu’elle n’avait eu aucune relation stable depuis. Ce devait être difficile pour elle de croire en l’amour après ce qu’elle avait vécu. Quand il l’a regardait maintenant en train de manger son repas, elle était loin de la tigresse qu’il avait vu le soir de son altercation. Cet air qu’elle avait eu, elle semblait triste, il espérait simplement qu’elle ne s’en allait pas vers la dépression. Il remarqua alors les cernes qu’elle avait sous les yeux, on était dimanche, elle devait avoir travaillé la nuit dernière et pourtant elle était là, à cette heure de la journée. Il se dit qu’elle devait faire de l’insomnie et avait décidé de se lever plutôt que de ruminer dans son lit.

    Il lui sourit, il ne voulait pas qu’elle pense qu’il se fichait de son histoire, elle avait décidé de changer de sujet cependant. Que devait-il faire? Régler la question maintenant et passer à autre chose? Ou juste la suivre dans son idée et changer de sujet? Il ne savait plus quoi faire. Il avala quelques bouchés avant de dire quoi que ce soit. Il regarda le visage de la jeune femme de façon subtile. Il voyait tout, les traces d’insomnie, l’étoile de ses yeux qu’elle avait perdus, le petit tremblement juste au coin de sa bouche qui démontrait une certaine nervosité. Elle n’allait pas bien, c’était clair. Il pouvait le voir. Il prit une petite gorgée de son saké qu’il avait commandé. Il se devait de régler la question, maintenant. Il ne pouvait pas passer sous silence ce qu’il savait. Il se redressa sur sa chaise, il eut l’impression que la jeune femme se raidit sur sa chaise, était-ce une impression ou s’était-elle vraiment raidit? Il ne pourrait pas dire. Mais il se lança tout de même.

    -Tu sais Evy, tout à l’heure quand tu as fait face au jeune voleur, je ne t’ai pas reconnu. Mais je sais qui tu es, j’étais là le soir où tu t’es battu avec cet homme. Raff est mon cousin, il avait l’air bouleversé donc je suis allé le voir et il m’a tout raconté. Ne va pas lui lancer la pierre, nous sommes comme des frères. Il m’a fait promettre de ne rien dire à personne et c’est ce que j’ai fait. On a jamais reparlé de cet incident, ni ensemble, ni avec personne. Je sais que Raff a respecté ce que tu lui as dit. Tu es la première personne avec qui j’en parle parce que tu es celle qui a été concerné.

    Il prit un instant pour la laisser avaler ce qu’il venait de dire. Il savait que Raff serait surement dans de beaux draps avec cette révélation. Ce n’était pas son but, ce n’était pas ce qu’il voulait faire en parlant à la jeune femme. Non, il voulait simplement qu’elle sache qu’il pouvait compter sur les gens qui l’entouraient et qu’il devenait une de ses personnes.

    -Je veux seulement que tu saches que si tu as besoin d’aide ou de parler tu peux le faire avec moi. On ne se connaît pas beaucoup, je le sais. Cependant, je me dis que quelques fois il vaut mieux se confier à des étrangers qu’à des gens que l’on connaît vraiment. Je vois bien que tu ne vas pas bien. Tu peux berner Kayla avec tes sourires et ta joie de vivre, mais moi je vois autre chose, je vois une jeune femme en détresse qui a besoin d’aide.

    Il allait peut-être trop loin, c’était possible en effet. Mais que pouvait-il faire d’autre? Il avait l’impression qu’elle était en train de couler lentement mais surement. Elle ne dormait pas bien, ça se voyait. Mais elle le cachait bien avec du maquillage, c’était visible pour lui cependant. Elle mangeait avec moins d’appétit depuis qu’elle avait commencé à réfléchir alors qu’au début elle mangeait aisément. Elle était mince, peut-être même un peu trop. Ce n’était pas encore dangereux pour elle, mais avec son expérience il savait qu’elle était un peu en dessous de son poids normal. Il savait qu’elle était active, c’était peut-être ce qui expliquait son poids. Il savait qu’elle mangeait des pâtisseries, donc elle se nourrissait. C’était une bonne nouvelle.

    -Tu dors mal, tu as beau mettre du fond de teint, je peux le voir. Le coin de ta bouche tressaute, ça veut dire que tu es nerveuse. Je … tu sais quoi? Ça peut te paraître négatif, mais je ne le fais pas pour t’enfoncer mais pour te dire que je sens que tu ne vas pas bien, tu veux aider ton amie, mais toi? Qui t’aide toi? Je suis sur que Kayla ne sait même pas que tu vas aussi mal. J’ai tord?

    Il savait que non, il en était plus que sur. La jeune femme était bonne pour jouer la comédie, après tout elle le faisait chaque soir pour les clients jouant les femmes sexy pour avoir plus de pourboire. Mais ce qui était inquiétant, c’est qu’elle se servait de cette façade devant son amie. Il ne connaissait pas la famille de Evy, il ne savait pas si les autres gens qui la côtoyait savait qu’elle allait si mal. Il prit une autre gorgée de son verre avant de le poser devant lui et de toucher la main de la jeune femme en un geste réconfortant.

    -Si c’est ce que tu veux, nous n’en reparlerons plus jamais, je te le promets. Mais si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis là. Je n’ai pas la prétention de dire que je suis meilleur que les autres pour voir les choses, si j’ai remarqué tout ça, c’est que mon expérience en tant que tireur d’élite dans la milice qui fait que je suis un observateur hors pair. Je suis désolé si tu prends mal ce que je dis, mais je sens que tu vas commettre une connerie irréparable si personne ne voit où tu t’en vas.

    Il s’en faisait sincèrement pour l’amie de Kayla. Elle semblait à bout, il avait vraiment l’impression que soit elle tuerait son père, soit elle se tuerait elle-même. Il ne pouvait la laisser faire ça. Elle semblait tellement fatiguée, tellement au bout du rouleau. Il voulait l’aider, mais il fallait qu’elle le veuille sinon il ne pouvait rien faire.


If today was your last day
And tomorrow was too late
Could you say goodbye to yesterday?
Would you live each moment like your last?
Leave old pictures in the past
Donate every dime you have?
Would you call old friends you never see?
Reminisce old memories
Would you forgive your enemies?
Would you find that one you're dreamin' of?
Swear up and down to God above
That you finally fall in love
If today was your last day
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t135-the-same-place-but-not-the-same-person-now
avatar


■ En ville depuis le : 25/11/2012
■ Messages : 503
■ Pseudo : Poker Face

■ J'ai : 25 ans
■ Je suis : En couple avec Raffael
■ Je suis : Gérante du Di Valastro Restaurant
■ Mon adresse : #

■ Célébrité : Jennifer Lawrence
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Un sujet? : Libre

Evangelyne J. McCarthy


break glass and call for help
.:
Message(#) Sujet: Re: Bain de foule [terminé] Sam 30 Mar - 20:19

    Dire que la situation avait changé, c’était peu dire. Comment la conversation qui avait débuté de façon si plaisante avait telle tournée au sérieux ainsi? Bon d’accord c’était sa faute à elle. Elle ne l’avait pas fait exprès bien sur, mais c’était elle qui avait fait que la conversation avait changé, son comportement avait fait parler James. Elle l’entendit dire que si sur la place du marché il ne l’avait pas reconnu, il savait maintenant qui elle était et il avait assisté à la scène avec ce mec qui l’avait embêté. Raffael, comment pouvait-elle le blâmer d’avoir été bouleversé. Elle ne pouvait pas dire qu’elle était heureuse qu’il ait parlé de son histoire avec James, mais que pouvait-elle y faire? Il l’avait fait et elle se retrouvait devant cet homme qui la dépeignait comme une femme fatiguée et presque dépressive. Il lui proposait son aide, mais que pouvait-il faire de plus que les autres? Si elle ne parlait pas de ses problèmes avec Kayla ou même sa sœur, Mackenzie, c’était parce que ni l’une, ni l’autre ne pouvait rien faire. Bien sur, elle ne connaissait pas sa fonction pour le parrain et même si elle l’avait su elle n’aurait jamais pu leur demander se service. Elle le regardait pendant qu’il parlait, elle ne dit pas un mot. Elle attendait qu’il termine son « évaluation » de la pauvre fille en détresse qu’elle était. Elle fût surprise de l’entendre dire qu’elle dormait mal, mais encore plus qu’il ait remarqué que le coin de sa bouche tressautait. Seigneur, elle devait avouer qu’il était fin observateur car ce n’était pas une chose que l’on remarquait aisément. Le tic nerveux était faible et peu visible pour quelqu’un qui ne portait pas attention.

    Elle eut un sourire triste lorsqu’il mentionna qu’elle voulait aider Kayla mais qu’il se demandait qui l’aidait-elle. Oui, elle voulait aider son amie, c’était plus profitable pour elle de voir son amie heureuse que de tenter d’être heureuse elle-même. C’était comme l’histoire de couple, Kayla lui avait reproché de la conseiller alors qu’elle-même ne croyait pas en l’amour. Elle pouvait y croire pour les autres, mais pour elle-même elle croyait que c’était impossible. Peut-être était-elle trop pessimiste, peut-être croyait-elle ne pas mérité une telle relation dans sa vie? Elle ne savait pas, elle ne savait plus. James avait raison aussi, elle n’avait pas parlé de son malaise avec sa meilleure amie. Elle ne pensait pas aller si mal, mais l’homme qui lui faisait face voyait beaucoup mieux qu’elle-même. Elle pouvait leurrer tout le monde, elle-même y comprit, mais lui avait tout vu. Elle sentit presque une brûlure lorsqu’il toucha sa main, elle ne voulait pas de ce genre de contact, elle le laissa faire cependant, elle ne voulait pas l’humilier ou qu’il croit qu’il l’a dégoûtait. Mais son père avait ce genre de geste avec elle lorsqu’il voulait la rassurer ou lui dire quelque chose de plus personnel. Elle écouta ce qu’il avait à dire. Lorsqu’il parla de « connerie » qu’elle pourrait commettre, la jeune femme releva la tête et planta son regard dans celui de l’homme. Elle retira doucement sa main garda son regard fixé sur lui.

    D’accord, elle avait eu envie de tuer son père et dans ses rêves, il lui arrivait de le faire. Mais en avait-elle vraiment envie? Non, il était son père, son sang peu importe ce qu’il lui avait fait. C’était stupide de penser ainsi, Mac serait sans aucun doute fâcher de l’entendre penser ainsi, mais c’était vrai. La seule chose qu’elle voulait était qu’il retourne en prison pour ne plus jamais en ressortir. Elle voulait l’empêcher de faire du mal, elle ne voulait pas le blesser ou le tuer, elle voulait simplement qu’il brise sa conditionnel en allant sur des sites porno juvéniles et tout serait réglé. Elle secoua la tête, elle reprenait contact avec la réalité. Elle se devait de parler, elle ne pouvait changer de sujet tout simplement.


    -Ce qui est sur, c’est que tu devais être un foutu bon tireur, car tu sais observer comme personne. Mais je ne suis pas sur le point de faire une connerie. Je n’ai pas envie de mourir et je n’ai aucune envie de finir ma vie en prison pour meurtre.

    Elle prit une crevette avec ses baguettes et la mangea doucement, elle laissait ses idées se mettre en place dans de continuer. Que devait-elle dire? Elle avait l’impression qu’être honnête envers James était la meilleure solution, mais allait-elle le regretter? Elle ne le savait pas, elle ne le saurait que si elle parlait. Devait-elle prendre le risque? Elle décida de le faire. Après tout, qu’avait-elle à perdre? Elle n’avait rien fait d’illégal. Elle déposa ses baguettes et prit sa tasse qu’elle porta à ses lèvres. Elle prit une gorgée avant de parler à nouveau.

    -Si je dors mal, c’est que je le surveille. Je … je cherche à savoir où il est exactement. Je voudrais qu’un mouchard informatique soit placé sur son ordinateur mais pour ça j’ai besoin de son adresse personnelle. C’est stupide je sais, mais si je peux faire en sorte qu’il brise sa liberté conditionnelle, il retournera en prison finir sa peine. Je ne veux pas qu’il meure, ce qu’il m’a fait est impardonnable, mais c’est mon père. La seule chose que je veux, c’est qu’il retourne en prison sans avoir fait de mal à une autre enfant.

    Elle reprit son souffle à ce moment, elle se rendit compte qu’elle l’avait retenu et avait parlé d’un trait. Elle continua en essayant de rester calme et de bien respirer.

    -Mon père à commencé à se désintéresser de moi après que j’ai commencé à avoir mes règles et compagnie, c’est là seulement qu’il a fait rentrer une autre femme dans sa vie. C’est ce qui me fait dire qu’il est pédophile et qu’il aime les très jeunes filles.

    Elle se dégoûtait elle-même d’avoir dit ça. Elle reprit une gorgée de thé pour faire passé le goût d’amertume qu’elle avait dans la gorge. Elle avait tellement peur qu’il touche à une autre enfant, c’était son pire cauchemar et elle ne pouvait laisser ça arriver sans rien faire. Elle se devait de les protéger, elle se devait de le faire enfermer, c’était la seule façon. Elle déposa sa tasse, soupira et se passa les mains au visage avant de poursuivre.

    -Je ne te mentirai pas, j’ai souvent rêvé que je le tuais. Mais je me ferais plus de mal à moi qu’à lui en faisant ça. Car lui sera mort et moi je vivrai avec les conséquences de mon geste. Ce serait injuste que je reste dans ce monde à me torturé pendant que lui n’aura plus conscience de rien. Je préfère encore le savoir en prison. Ma vie ne serait pas gâché et la sienne serait empreint de peur jusqu’à la fin de ses jours.

    Elle eut un rire ironique.

    -Malgré que … il n’a pas dû avoir très peur, il était en isolement durant toute sa peine. Ils savent que sinon les gars l’aurait « passé » pour avoir touché à un enfant. Tout aurait été tellement plus simple si ça avait été le cas. Tellement … J’ai essayé de fuir la situation pendant un an, j’ai fait le tour du monde. Mais qu’est-ce que j’en ai récolté? D’accord, j’ai connu d’autre culture, vu beaucoup de chose, mais à quoi bon? Je me gâche la vie à chaque chose que je fais parce qu’il est là, à toutes les nuits dans mes rêves, il est là et m’attend pour que je joue mon rôle « d’épouse ». Pendant qu’il était en prison, je ne faisais plus ses cauchemars, j’allais bien pendant ces années là. Je vais mal seulement depuis qu’il est libre.

    Elle n’avait plus grand-chose à dire. Elle s’était vidé le cœur. James avait encore eu raison sur ce point, c’était tellement plus facile de parler à quelqu’un qui était en dehors de la situation, qu’elle ne connaissait pas tant que ça. La crainte de décevoir était beaucoup moins grande car, même si James était gentil, elle se fichait qu’il ne l’aime pas ou qu’il la croit folle. À ce moment-ci, il ne faisait pas encore partie de sa vie, il n’était pas un ami proche. C’était tout simplement plus … simple. Elle était presque contente de son intervention, elle sentait un poids de moins sur son estomac depuis qu’elle s’était mise à parler. Elle regarda le repas devant elle, elle n’avait plus vraiment faim cependant. C’était tout de même dommage de gâcher toute cette nourriture.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t157-la-double-vie-de-james-daniel-hawthorne
avatar


■ En ville depuis le : 15/01/2013
■ Messages : 407
■ Pseudo : larson

■ J'ai : 36 ans
■ Je suis : Marié avec Kayla
■ Je suis : Propriétaire du Tony Garage & tueur a gage pour Di Valastro
■ Mon adresse : Est 380

■ Célébrité : Chris Hemsworth
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Un sujet? : Libre

James D. Hawthorne

Message(#) Sujet: Re: Bain de foule [terminé] Lun 22 Avr - 12:17

    Il n’avait pas dit un seul mot pendant que la jeune femme parlait. Il avait écouté, analysant chaque mot, chaque changement dans son langage corporel. Il savait scruter et déchiffrer. D’accord, elle n’avait pas envie de mourir et ne voulait pas tuer son père. Il l’a croyait, elle était intelligente et il pouvait comprendre ses envies autant que ses raisons de ne pas vouloir le tuer. Il pouvait comprendre sa réflexion qui l’avait mené à croire que son père était un pédophile et il était plutôt d’accord avec la conclusion. Il pouvait aussi comprendre les cauchemars et la fuite qu’elle avait tentée de faire. Tout ça était normal, humainement normal. Son envie de voir l’homme qui lui avait fait du mal derrière les barreaux étaient tout aussi légitime. Elle le cherchait, elle voulait savoir où il était et elle avait l’intention de le faire retourner en prison. Il se frotta le menton l’air pensif. Il pouvait régler le problème, mais il devait avoir l’accord de son oncle. Il ne pouvait rien faire tant que son oncle ne lui avait rien demandé. Il l’a regarda, elle avait l’air tellement vulnérable. Il comprenait mieux aussi pourquoi son cousin ne l’avait jamais vu en couple. Elle était profondément blessée et tant que son père serait libre, elle ne le serait pas. Elle était dans une belle cage doré qui la suivait partout où elle allait. Cette cage s’appelait l’angoisse. Elle était angoissé qu’une enfant innocente ait à vivre ce qu’elle avait vécu parce que son père était là dans la nature, quelque part.

    -Il doit avoir changé de nom, c’est courant. Un prisonnier fiché qui ne veut pas être reconnu peut le faire, mais il doit donner son nouveau nom à son agent correctionnel sinon il devient illégal. S’il n’a pas changé de nom, tu saurais déjà où il est. Je n’en doute pas, c’est donc la seule explication logique.

    Il prit son téléphone cellulaire et fit un clin d’œil à la jeune femme. Après tout, il avait lui aussi des contacts et ils n’avaient rien à voir avec son oncle ceux là. Il chercha dans ses contacts un numéro précis et appuya sur la touche de composition automatique. Il attendit et quelques secondes plus tard un homme répondit de façon enthousiasme.

    -Salut Dante, écoute, je sais que tu travailles donc je ne te dérangerai pas longtemps. J’aimerais juste que tu vérifies quelque chose pour moi de façon discrète.

    Il attendit la réponse et eu un sourire.

    -Oui, je sais. Pour ce qui est de ma demande il s’agit de John McCarthy, il …

    James tendit l’oreille. Son ami l’avait interrompu car il se souvenait très bien de cet homme et de ce qu’il avait fait. James prit un papier dans sa poche et un stylo. Il avait reprit un air grave et nota ce que l’autre lui disait. Son ami devait avoir sécurisé la ligne pour lui donner librement ses informations. Ou bien il se fichait de ce faire prendre. Après quelques minutes, James le remercia et raccrocha. Il regarda la jeune femme, son expression en disait long sur ce qu’elle pensait, mais il devait tout de même rectifier quelque chose.

    -Je tiens à te dire que Dante et moi avons été dans la milice ensemble. Il est agent correctionnel aujourd’hui, il n’a aucun lien quelconque avec mon oncle et tu ne seras pas embêté ou quoi que ce soit a cause de ce coup de fil.

    Il lui tendit le papier, il avait tenu à la rassurer car il savait que Kayla n’aimait pas la « famille » Di Valastro et que Evy ne voulait pas être mêlé à l’organisation, sinon elle aurait déjà fait appel à Anthonio qu’elle avait eu la chance de rencontrer à maintes reprises au club de Raffael.

    -Il a changé de nom de famille, il habite dans le quartier industriel. Il aurait aussi subit une chirurgie plastique apparemment. En prison, il se serait prit une dérouillée, il avait le nez cassé et était pas mal défiguré. Il s’est fait refaire le visage.

    Il était dégoûté, complètement. Cet homme se baladait dans la ville et plus personne ne pouvait savoir que c’était lui. Il se doutait que la jeune femme serait, encore d’avantage, inquiète. Il ne savait pas si elle avait un système d’alarme ou quelque chose pour se protéger. Probablement qu’il lui aurait déjà fait du mal s’il l’avait voulu, du moins c’était ce que présumait James. Mais comment prévoir comment réagirait un homme de sa condition? Il ne devait pas être à la rue s’il avait pu se faire refaire le visage, alors que faisait-il dans le quartier industriel? Les logements n’étaient pas cher et pour certains n’étaient pas très salubre non plus. Alors pourquoi un homme voudrait consciemment aller vivre là? Il regarda la jeune femme, elle semblait … bouleversée, elle regardait le papier les yeux écarquillés d’horreur? Une lumière se fit dans la tête de James.

    -C’est le même quartier où tu habites? Est-ce que c’est ça?

    Il toucha la main de la jeune femme comme pour la ramener, elle était perdue, perdue dans son enfance, perdue dans ce que cet homme lui avait fait. Il pouvait le voir dans ses yeux.


If today was your last day
And tomorrow was too late
Could you say goodbye to yesterday?
Would you live each moment like your last?
Leave old pictures in the past
Donate every dime you have?
Would you call old friends you never see?
Reminisce old memories
Would you forgive your enemies?
Would you find that one you're dreamin' of?
Swear up and down to God above
That you finally fall in love
If today was your last day


Dernière édition par James D. Hawthorne le Mar 14 Mai - 15:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t135-the-same-place-but-not-the-same-person-now
avatar


■ En ville depuis le : 25/11/2012
■ Messages : 503
■ Pseudo : Poker Face

■ J'ai : 25 ans
■ Je suis : En couple avec Raffael
■ Je suis : Gérante du Di Valastro Restaurant
■ Mon adresse : #

■ Célébrité : Jennifer Lawrence
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Un sujet? : Libre

Evangelyne J. McCarthy


break glass and call for help
.:
Message(#) Sujet: Re: Bain de foule [terminé] Sam 4 Mai - 1:05

    Lorsque James la toucha ce fût comme une brûlure cette fois, elle venait d’avoir la confirmation que son père habitait à seulement quelques bâtisses plus loin de chez elle. Il l’avait fait exprès, c’était sur. Elle retira vivement sa main de sous celle de James comme si c’était celle de son père. Elle réalisa qu’elle avait cessé de respirer lorsque l’air entra à nouveau dans ses poumons. Elle l’avait croisé, c’était sur! Mais elle ne l’avait pas reconnu, il s’était refait faire le portrait. Il avait prit le nom de famille de sa grand-mère maternelle, non pas de sa mère à lui. Elle n’en revenait pas. Elle revient à la elle regardant James à nouveau, c’était comme s’il l’avait quitté un moment et était de retour. Elle savait très bien qu’il n’avait pas bougé de là cependant et qu’il avait comprit à son expression. Elle se fichait bien maintenant que le jeune homme ait fait appel à son oncle ou non, elle savait. Elle savait qu’il était tout près d’elle et elle était sure qu’il savait lui aussi qu’elle était tout près de lui. Elle regarda James, elle était horrifiée de ce qu’elle venait d’apprendre.

    -Désolée, je … oui en effet, je reste dans ce quartier. Si je me fis à ce papier, il reste à quelques bâtisses de mon appartement. Je le croise peut-être tous les jours sans le savoir.

    Elle n’en revenait pas, ses mains tremblaient légèrement. Il ne l’avait jamais frappé ou maltraité, mais il avait abusé de sa confiance, de son corps d’enfant, elle ne pouvait pas lui faire confiance, elle ne voulait pas le voir. Elle se passa la main au visage, elle devait se calmer. D’abord et avant tout, elle devait régler quelque chose avec James. Il fallait qu’elle mette la situation au clair.

    -Écoute, je sais que tu ne me dois rien, pire c’est moi qui te suis redevable avec le service que tu viens de me rendre. Mais j’aimerais que tu garde ses informations pour toi s’il-te-plaît, n’en parle pas à Kayla, ni à Raffael et en retour je te promets d’aller te voir si j’ai besoin ou d’en parler à Kayla ou Raff ou même ma sœur si jamais ça ne va vraiment. Pour le moment, j’ai besoin de digérer la nouvelle et voir ce que je vais faire.

    Elle avait besoin de temps. Besoin de s’assoir et de réfléchir à ce qu’elle allait faire. Allait-elle demander à Ben de mettre un mouchard dans l’ordinateur de son père? Surement. Mais ce qu’elle ne comprenait pas, c’est pourquoi son père avait-il le droit de rester aussi près d’elle. Elle avait une injonction contre lui, il n’avait pas le droit de l’approcher. Elle communiquerait avec son avocat dès qu’elle serait chez elle. Comment tout ça avait-il pu se produire? Et l’agent de probation, n’avait-il pas fait de recherche avant de laisser son géniteur s’installer dans cet appartement? Savait-il qu’ils étaient situés sur la même rue à quelques bâtiments près?

    -Je crois que je ferais mieux de rentrer, je dois contacter mon avocat. Il n’a pas le droit de m’approcher en principe, donc le fait qu’il reste aussi près de moi brise sa conditionnelle. Je vais voir si je peux le faire remettre en dedans avec ça. Sinon, au moins faire en sorte qu’il soit obligé de déménager.

    Elle se leva et mit l’argent sur la table pour payer sa part de leur repas. Elle regarda le jeune homme dans les yeux.

    -Merci James, tu m’as beaucoup aidé aujourd’hui. J’espère que Kayla se rendra vite compte que tu as ta place dans sa vie et que tu la mérite cette place. Je le pense sincèrement et pas à cause de ce que tu as fait pour moi. Je l’ai pensé dès que je t’ai vu acheter ses boucles d’oreilles avec des plumes rouges.

    Elle eut un petit sourire en pensant que c’était grâce à cet achat qu’ils avaient eu cette conversation, grâce à ce moment que maintenant elle savait où son père se trouvait et qu’elle reprenait le contrôle avec cette information. Elle avait eu un moment de panique, mais maintenant elle savait que tout irait bien car elle pouvait faire quelque chose. Elle s’était sentie impuissante, le vent venait de tourner.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t157-la-double-vie-de-james-daniel-hawthorne
avatar


■ En ville depuis le : 15/01/2013
■ Messages : 407
■ Pseudo : larson

■ J'ai : 36 ans
■ Je suis : Marié avec Kayla
■ Je suis : Propriétaire du Tony Garage & tueur a gage pour Di Valastro
■ Mon adresse : Est 380

■ Célébrité : Chris Hemsworth
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Un sujet? : Libre

James D. Hawthorne

Message(#) Sujet: Re: Bain de foule [terminé] Mar 14 Mai - 15:25

    La nouvelle était un choc pour elle, il ne pensait pas que la situation déraperait ainsi. La jeune femme avait eu un vent de panique et ensuite son visage s’était fermée. Elle lui avait demandé de ne rien dire à Kay ou Raff, en échange elle promettait de venir le voir ou de parler à l’un de ses amis ou sa sœur si elle avait besoin ou des ennuis. Elle était pressée de partir, il pouvait comprendre qu’elle voulait parler à son avocat. Elle aurait peut-être à dévoiler d’où lui venait cette information, mais il s’en fichait. Il ne regrettait pas du tout de l’avoir aider. Il l’a trouvait courageuse, elle ne partait pas se cacher, non, elle relevait la tête et allait faire ce qu’elle pouvait faire pour faire enfermer son père à nouveau. Elle ne voulait pas passer pour une victime, c’était plus qu’évident. Il veillerait à ce que tout se passe bien pour elle, elle avait beau dire, on avait tous besoin d’aide à un moment ou un autre dans la vie. Il ne parlerait pas à Kayla ou à Raffael, elle le ferait lorsqu’elle serait prête, mais il tenterait de l’aider au mieux s’il le pouvait. Elle avait posé de l’argent sur la table, elle était prête à partir en coup de vent. Il se leva et la retient doucement par le poignet, il ne voulait pas la contraindre, il voulait juste qu’elle attende. Il l’a regarda et ramassa ce qu’elle avait laissé sur la table et lui tendit.

    -C’est moi qui invite et attend, je vais te reconduire. Je ne dirai rien à qui que ce soit, mais laisse-moi te reconduire. Juste question de m’assurer que tout va bien.

    Ce n’était pas une demande pour la raccompagner, il n’y avait pas place à la discussion. Il alla payer et remercier les propriétaires rapidement avant de revenir vers la jeune femme. Ils marchèrent lentement l’un à côté de l’autre. La jeune femme avait dit qu’elle avait su dès qu’elle l’avait vu acheté les boucles d’oreilles qu’il avait sa place dans la vie de son amie. Cette affirmation le fit sourire alors qu’il y repensait. Malgré la situation dramatique qu’elle vivait, elle trouvait le temps d’avoir une pensée pour les autres. C’était assez déroutant. Cette jeune femme était déroutante. Il comprenait pourquoi Kayla l’appréciait tant, elles étaient très différentes et pourtant si semblables. Elles avaient traversés des épreuves peu envieuses, elles devaient s’être retrouvées quelque peu à travers tout ça. Pendant qu’ils marchaient vers la voiture de James, celui-ci fouilla dans ses poches et trouva deux cartes. L’un de son service d’alarme et l’autre sa carte à lui. Il tendit les deux à la jeune femme.

    -Je ne sais pas si tu as un système, mais je te suggère de t’en faire installer un rapidement. Juste question d’avoir la tête tranquille lorsque tu seras chez toi ou même hors de chez toi. Si jamais tu as besoin, sur ma carte tu as mon numéro de cellulaire, n’hésite surtout pas à l’utiliser pour quoi que ce soit et si tu as besoin d’une voiture vient me voir. Je pourrais t’aider à trouver ce que tu veux.

    La jeune femme ne dit rien, elle ne fit que hocher la tête. Il pouvait comprendre qu’elle n’avait plus envie de parler, elle devait avoir la tête qui bouillonnait de pleins d’informations, les pensées devaient se bousculer dans cette jolie tête. Lorsqu’ils arrivèrent à la voiture, il lui ouvrit la porte côté passager avant de faire le tour du véhicule pour prendre place côté conducteur. Pendant ce court trajet, il fit un petit tour d’observation pour voir s’il ne verrait pas quelqu’un de bizarre ou qui les regardaient avec intensité. Il ne vit rien d’anormal, heureusement. Sinon, il aurait réagit. Le trajet ce fit en silence, lorsqu’il l’a laissa devant son immeuble, il attendit qu’elle soit entrée pour regarder autour et observer. Il ne vit rien encore là, mais ce n’est pas pour autant que le père d’Evy n’était pas tout près. Il repartit se promettant de veiller à ce que cet homme ne puisse plus faire de mal à sa fille, James veillerait sur elle.


If today was your last day
And tomorrow was too late
Could you say goodbye to yesterday?
Would you live each moment like your last?
Leave old pictures in the past
Donate every dime you have?
Would you call old friends you never see?
Reminisce old memories
Would you forgive your enemies?
Would you find that one you're dreamin' of?
Swear up and down to God above
That you finally fall in love
If today was your last day
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Bain de foule [terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Bain de foule [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Streets of Philadelphia :: Chinatown

-