Partagez | .
 

 Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared] Dim 1 Sep - 15:08

Lorsqu’Annalisa ouvrit l’œil ce matin là, elle vit le soleil filtré par le côté de la toile. Elle eut un sourire en constatant qu’ils auraient une magnifique journée pour leur pic-nic. C’était l’idée de Jared, elle ne savait pas où ils allaient, ni ce qu’ils allaient mangés. Il avait dit qu’il s’occupait de tout, elle trouvait difficile de ne rien apporter. Il ne voulait même pas qu’elle s’occupe du dessert ou du vin. Elle avait dû accepter de ne rien faire et de se laisser surprendre par l’homme. Ce n’était pas leur premier rendez-vous. Ils avaient diné au restaurant de son père la semaine d’avant et était allé au cinéma aussi. Ils apprenaient à se connaître, plus elle le connaissait, plus elle l’appréciait. Ils n’en n’étaient pas encore arrivés au baiser de fin de soirée, mais a vrai dire ils avaient passé à deux poils de le faire. Cependant, un coup de klaxon donné pour une autre voiture qui avait coupé le chemin de la première avait gâché le moment. Ils s’étaient souris, elle avait déverrouillé sa porte et était entré. Elle trouvait charmant qu’il l’a raccompagne jusqu’à sa porte, un vrai gentleman. Elle se tira de son lit en s’étirant, elle avait le sourire aux lèvres. Elle se sentait bien, les bonnes nouvelles se succédaient. Elle serait marraine de l’enfant de son frère et Evy, elle sentait que sa relation avec Jared allait dans un très bon sens, son père l’avait vu et semblait apprécier le cardiologue. Elle ne pouvait demander mieux. Bien sur, elle aurait préféré que sa nouvelle belle-sœur soit un peu plus âgée, mais bon, Evy était une femme mature malgré son jeune âge et elle avait traversé des difficultés que peu de gens pouvaient connaître. Elle serait une bonne mère car elle avait les pires exemples dans sa vie et Anna n’avait pas de doutes qu’elle tenterait de protéger son enfant de toutes les souffrances qu’elle avait elle-même vécu.

Elle se doucha, il était encore tôt et elle avait tout son temps. Elle s’occupa de son hygiène, se rasant, s’exfoliant la peau, se lavant les cheveux. Elle sortie de la douche, épongea ses cheveux, s’enduit le corps d’une lotion odorante, un parfum subtil et sucré qu’elle adorait. Elle fit sécher ses cheveux et décida de les plaquer au fer. Ils étaient lis et doux au toucher. Contente du résultat, elle alla vers sa penderie où elle dû choisir sa tenue. C’était difficile, elle ne savait pas où ils iraient. Elle choisit une jupe-short blanche qui lui arrivait à mi-cuisse et un haut sans manche bleu. Elle se maquilla très légèrement, un peu de mascara et du brillant à lèvre. Elle détestait se farder comme sa sœur aimait tant le faire. Elle sortit de sa penderie une paire de sandale blanche qu’elle aimait particulièrement. Elles étaient confortables tout en étant jolies. Elle mit la touche finale en déposant quelques gouttes de parfums dans son cou. Elle était satisfaite du résultat et espérait que Jared aimerait le coup d’œil. Elle eut un sourire à son reflet en se posant la question si Jared apprécierait sa tenue. Elle avait envie de lui plaire, envie de créer le désir dans son regard. Elle pouvait compter sur les doigts de la main les fois où elle avait eu cette envie.

Jared arriva pile à l’heure qu’il avait dite. Elle était prête depuis longtemps, elle sortie de la maison avec son sac, verrouilla la porte et alla rejoindre la voiture. Elle fût soulagée de voir que Jared était habillé de façon décontracté, sans être négligé. Elle était contente de voir qu’ils avaient tendu vers le même style passe-partout et détendu. Elle le salua, attacha sa ceinture de sécurité et attendit. Elle n’avait aucune idée de l’endroit où ils allaient. Elle se laissa conduire, ils parlèrent de chose et d’autres, du travail un peu, mais pas trop. Ils avaient déjà assez de faire des heures supplémentaires et voir souvent leur congé être écourté par les urgences. Lorsque Jared tourna dans le stationnement de la marina elle su enfin où ils allaient. Elle était très contente du choix. La marina était vraiment magnifique et l’endroit idéal pour un pic-nic. Elle aurait qu’il y ait pensé.

-Ça c'est un endroit magnifique! J'adore venir ici. Alors dis-moi depuis quand lis-tu dans les pensées?

Elle sourit au jeune homme.



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about



Dernière édition par Annalisa V. Di Valastro le Sam 26 Oct - 18:16, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t259-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough
avatar


■ En ville depuis le : 26/05/2013
■ Messages : 52
■ Pseudo : snake

■ J'ai : 36 ans
■ Je suis : En couple avec Annalisa
■ Je suis : Chirurgien cardiaque
■ Mon adresse : Centre-Ville le 515

■ Célébrité : Colin Farell
■ © Avatar : Barda Doll
■ © Photo identité : Athéna

■ Un sujet? : Libre

Jared S. Cartwright

Message(#) Sujet: Re: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared] Mar 3 Sep - 1:23

Jared avait cru avoir une bonne idée lorsqu'il avait proposé à Annalisa de faire un pique-nique, chose qu'elle avait acceptée avec plaisir. Le problème, c'était qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il fallait qu'il mette dans le damné panier! Ouvrir une poitrine, retirer un cœur pour le remplacer par un autre, il pouvait presque le faire les yeux fermés, alors pourquoi un satané pique-nique le stressait-il à ce point? Ce n'était tout de même pas sorcier! Et ce n'était pas non plus la première fois qu'ils allaient sortir ensembles! Il avait finit par réaliser que si c'était aussi compliqué, c'était parce qu'il voulait impressionner un peu Anna, lui montrer qu'il s'était donné un peu de peine pour ses beaux yeux. Peut-être en avait-il fait un peu trop, mais était trop tard pour reculer. Quelle idée aussi d'avoir suivi les conseillers de Jennifer, sa voisine d'en face! Lorsqu'elle avait su qu'il préparait un pique-nique qu'il partagerait avec une jeune femme – dont il avait préféré taire le nom, sa voisine étant une vraie pipelette qui se serait empressée d'aller raconter sur tous les toits qu'il allait la demander en mariage alors qu'il n'en était rien – elle s'était empressée de lui proposer de l'aider. Heureusement, Jared avait réussi à refréner un peu les ardeurs de Jen. Parce que s'il l'avait écoutée, c'est du champagne, du caviar et une sorte de fromage dont il ne parvenait pas à retenir le nom qui seraient dans son panier. Panier à pique-nique qu'elle lui avait fait acheté en lui disant que c'était le must... avant de l'obliger à acheter une couverture neuve sur laquelle ils prendraient place! Un panier et une couverture dont il ne se resservirait peut-être jamais ou qui serait passés de mode le jour où il en aurait à nouveau besoin. Avec sa chance, c'était bien ce qui allait finir par se produire. Au moins le panier offrait-il l'avantage d'avoir les couverts intégrés et Jared n'avait-il pas eu à aller acheter ça en plus. C'était Jen qui aurait été ravie de le traîner dans les boutiques!

Il avait quand même eu de la chance qu'elle veuille bien l'aider à tout préparer. Surtout en faisant les courses parce qu'avec ses horaires, Jared aurait été pris de court. Jennifer avait même poussé l'aide jusqu'à lui proposer de faire un pique-nique de répétition. Là par-contre, Jared avait mis le pied à terre. Ce n'était quand même pas la première fois qu'il sortait avec une femme! Si jamais il se mettait dans la tête de cuisiner quelque chose d'élaboré pour Anna, peut-être accepterait-il de se «pratiquer» avant le grand soir, mais ce n'était pas à Jen qu'il demanderait de lui servir de cobaye! Il était peut-être un peu fou, mais il n'était pas complètement stupide non plus! Jennifer était adorable, mais un peu fofolle. Elle se remettait d'une rupture alors si s'occuper du «cas» de Jared pouvait l'aider à se changer les idées, Jared se faisait un devoir de la laisser faire. C'était ça où lui fournir les mouchoirs en papier... entre les deux, Jared préférait dépenser pour des trucs qui ne lui seraient plus jamais utiles que de rester planter comme un idiot à ne pas savoir quoi faire pour consoler son amie.

Mais Jared n'était pas au bout de ses peines! Il devait rejoindre Annalisa chez elle pour 13 heures et Jennifer s'était pointée dans sa chambre à 8 heures tapantes. Eh oui, il avait fait la bêtise de lui laisser une clef en cas d'urgence ou s'il perdait la sienne. Lorsqu'il lui avait dit de repasser plus tard, Jen avait rigolé avant de lui tendre son peignoir. Selon elle, il fallait préparer la nourriture, mais tout aussi important, qu'elle choisisse ce qu'il allait porter. Heureusement qu'il l'aimait bien cette fille parce que Jared l'aurait fouttue à la porte sans plus y réfléchir. Et encore heureux qu'il l'aie empêchée de s'approcher de lui avec le rasoir parce qu'elle se serait fait un plaisir de l'obliger à se raser. Il avait finit par la convaincre qu'un jean et une chemise suffirait. Il ne savait pas comment il avait fait son compte, mais Jen avait fini par capituler, alors Jared n'en avait pas demandé davantage. Mais il n'était pas au bout de ses peines, il lui restait à préparer le pique-nique. Jen s'était proposée pour l'aider et il avait accepté son aide avec... gratitude, car elle lui était arrivée avec des trucs qu'il n'avait jamais faits de sa vie. S'il se débrouillait dans une cuisine et n'avait jamais empoisonné personne, c'était quand même avec des recettes qu'il connaissait! Enfin, c'était donc avec un léger soupir de soulagement que Jared s'était installé au volant de sa voiture. Le cyclone «Jennifer» était terminé!
Il avait fini par se calmer un peu en arrivant chez Annalisa. Peut-être le fait que la tornade Jennifer ne soit plus à ses côtés pour le stresser à mort y était-il pour quelque chose. Comme à chaque fois, Anna était superbe. Quoique Jared avait un parti pris. Elle porterait une robe en jute qu'à ses yeux, elle serait toujours aussi belle. Sur le chemin de la marina, il avait fini par se détendre complètement et ils discutèrent de tout et de rien – évitant comme d'un tacite accord de parler de l'hôpital et de leur travail -  et lorsqu'ils finirent par atteindre leur destination, Annalisa lui demanda depuis quand il lisait dans les pensées, ce qui le fit rire également. Il fut content d'avoir choisit le bon endroit et qu'en plus elle aime le coin. C'était le seul endroit qui lui avait semblé approprié.

- Je ne lis pas encore dans les pensées, mais j'y travaille. Je viens ici pour faire du vélo sur la piste qui se perd dans le sous-bois. Et puis, j'avoue que j'adore regarder les bateaux passer. Finalement, je suis super content de mon coup!

Après avoir stationné la voiture, Jared en sortit, pris le panier qui était posé sur le siège arrière et il laissa Anna choisir où ils s'installerait, espérant qu'elle opterait pour un coin où ils ne seraient pas trop dérangés. Cette fois-ci, ce fut elle qui sembla lire dans ses pensées, car elle choisit un coin tranquille à l'ombre d'un grand chêne. Jared la suivit et entrepris d'installer la couverture avant d'y prendre place... retirant ses chaussures avant, évidemment! Après quoi, il commença à sortir le repas et les couverts. Il espérait qu'elle aimerait le menu qu'avait concocté Jen. La salade au poulet c'était généralement gagnant, mais y ajouter des agrumes c'était une autre histoire. Après, les rouleaux de printemps... il adorait ça, mais Anna? Il aurait franchement dû commencer par lui demander ce qu'elle aimait! Malheureusement, il était un peu tard pour y penser. Il se retint de se traiter d’abruti en sortant le vin et le cocktail au nom de planète qu'avait fait Jen. Venus, c'était ça! Au moins, avec le dessert, il était à peu près sûr de ne pas se planter. Un tiramisu aux fraises, c'était toujours gagnant, non?

- Avant que tu t'imagines que j'ai tout fait tout seul, je confesse qu'une amie m'a grandement aidé. Je la soupçonne d'avoir voulut m'empêcher de t'empoisonner ou de tout faire râter en oubliant quelque chose d'essentiel à ses yeux.

Au moins, on ne pourrait pas dire qu'il ne se montrait pas honnête! Une chose était sûre par-contre, on ne l'y reprendrait pas! La prochaine fois qu'il proposerait un pique-nique, ça serait des sandwiches et des crudités! Pourquoi avoir laissée Jen lui compliquer la vie comme ça? Il aurait dû coller à un truc simple! Il était trop tard pour reculer, mais il espérait que le repas plairait à Anna. Parce que sinon, ça serait la catastrophe!


Dernière édition par Jared S. Cartwright le Ven 13 Sep - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared] Mer 4 Sep - 4:09

Il travaillait à lire dans les pensées des autres hein? La réflexion la fit sourire, elle ne fût pas non plus surprise de savoir qu’il faisait du vélo dans la piste se « perdant » dans le sous-bois. C’était une piste difficile et il était du genre aventureux. Il lui avait déjà parlé de plusieurs choses qu’elle qualifiait « d’extrême » qu’il avait essayé. Elle n’était pas une froussarde, mais la moitié des choses dont il lui avait parlé elle ne l’aurait pas fait pour tout l’or du monde. Il semblait très heureux que l’endroit lui plaise, elle était contente d’être là avec lui et de voir qu’ils avaient des points communs. Elle adorait venir s’asseoir ici, elle faisait aussi un peu de vélo, mais sur les sentiers sur, ceux qui ne comportait pas de danger. Elle s’installait aux tables ou les pieds ballants sur le quai et elle regardait les bateaux partir au large ou revenir vers la terre ferme. Elle pouvait y passer des heures.

Elle lui indiqua un endroit sous un vieux chêne, elle savait qu’ils y seraient bien. C’était un endroit moins passant, un peu éloigné du sentier, pas trop près du quai. Ils pourraient voir les bateaux quand même, mais ils auraient un peu d’intimité aussi. Elle avait envie d’être près de lui, ils s’installèrent sur une couverture qu’il avait pensé à apporter. Elle fût surprise de le voir sortir du panier une salade composer de poulet et d’agrume ainsi que des rouleaux de printemps et une bonne bouteille de vin. Il avoua qu’il n’avait pas tout préparé par lui-même. Étrangement, elle aurait pu le deviner juste à l’expression qu’il avait eue en voyant la salade, il devait croire que le poulet ne se mélangeait pas aux agrumes. Elle eut un sourire lorsqu’il dit que son amie avait voulut éviter qu’il ne l’empoissonne.

-Je suis sur que tu n’es pas si mauvais cuisinier que ça. Et ne tant fait pas Jared, le poulet et les agrumes se mélange très bien tu verras.

Elle prit une fourchette, prépara une bouchée de la salade et dirigea cette dernière non pas vers sa bouche à elle mais celle de son compagnon. Il avala docilement la bouchée, elle prit plaisir à le voir mâcher, à voir les expressions que son visage prenait au fur et à mesure qu’il découvrait le mélange des saveurs. Elle prit une gorgée du verre de vin qu’il lui avait servit et continua sa contemplation avant de mordre dans un rouleau de printemps. Ils étaient tout à faire divins. Elle n’avait pas à se plaindre, cependant, il lui semblait vraiment évident à ce moment-ci qu’elle avait envie d’autre chose que d’un bon repas. Un coin intime, une couverture sous un arbre, une vue magnifique, toute cette beauté sembla l’inspirer. Elle se pencha vers l’homme qui lui faisait face et le prit par surprise en l’embrassant doucement. Elle se redressa ensuite très lentement comme si elle ne voulait pas perdre l’effet de ce qu’elle venait de lui ravir.

-Désolée, je n’ai pas pu m’en empêcher. L’autre soir j’ai manqué ma chance à cause de cette voiture, il était hors de question que je manque celle-ci.

Elle espérait simplement qu’il ne serait pas vexé par son geste. Il ne le semblait pas, mais il pouvait tout aussi dire que ce n’était pas ce à quoi il aspirait comme relation avec elle. Après tout, ils n’en avaient pas discuté et peut-être que l’autre soir la situation lui avait donné envie de l’embrasser mais que ça lui était passé depuis. Elle s’empressa de prendre une bouchée de salade et la mastiqua avec beaucoup d’application pour s’empêcher de dire ou de faire d’autres bêtises.



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about



Dernière édition par Annalisa V. Di Valastro le Sam 14 Sep - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t259-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough
avatar


■ En ville depuis le : 26/05/2013
■ Messages : 52
■ Pseudo : snake

■ J'ai : 36 ans
■ Je suis : En couple avec Annalisa
■ Je suis : Chirurgien cardiaque
■ Mon adresse : Centre-Ville le 515

■ Célébrité : Colin Farell
■ © Avatar : Barda Doll
■ © Photo identité : Athéna

■ Un sujet? : Libre

Jared S. Cartwright

Message(#) Sujet: Re: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared] Ven 13 Sep - 14:00

Pas si mauvais cuisinier? Hum, en fait, il y avait très longtemps qu’il ne s’était pas réellement mis au fourneau. Il avait apprit avec la cuisinière de sa chère maman, mais ce souvenait-il de tout ce qu’elle lui avait apprit? Il pourrait peut-être essayé pour elle, un soir surement. Il ne se souvenait pas cependant d’avoir déjà mélanger du poulet avec des agrumes, Anna lui indiqua que le mélange était bon et elle lui fit goûter en lui portant la fourchette à la bouche. Ce petit geste le fit sourire, il prit le temps de mastiquer la bouché et trouvait finalement que les saveurs se mélangeaient assez bien. Il n’était pas au bout de ses peines cependant. Il allait prendre une gorgée de son verre de vin et lorsqu’il releva la tête la jeune femme se penchait sur lui. Il accueillit le baiser avec plaisir mais surtout avec surprise. Elle avait fait le premier pas, que pouvait-il demander de mieux? Elle s’excusait et disait qu’elle avait manqué sa chance l’autre soir à cause de la voiture et qu’elle ne voulait pas manquer celle-là. Cette remarque le fit sourire d’autant plus qu’il avait aussi été déçu d’avoir manqué cette occasion.

Il l’a laissa terminer sa bouchée qu’il l’a soupçonnait d’avoir prit rapidement pour meubler les paroles ou pour l’empêcher de répondre à son baiser aussi, mais il s’en fichait. Il attendit et comme elle s’empressait de vouloir prendre une autre gorgée de son verre de vin, il l’en empêcha d’une main avant de capturer ses lèvres pour l’embrasser de façon passionné. Il s’était retenu assez longtemps de ne pas le faire, il ne s’en priva pas à ce moment-ci alors qu’elle avait initié le moment. Il retira sa main de sur le verre de la jeune femme pour la poser sur la joue de la jeune femme. Lorsque le baiser prit fin, à regret, il sourit à la jeune femme avant d’effleurer ses lèvres à nouveau, brièvement.

-Tu vois, j’avais aussi l’impression d’avoir manqué ma chance ce soir là. Je pense que l’on a bien rattrapé le coup. Qu’est-ce que tu en penses? Je pourrais faire que ça toute la journée si tu en as envie.

Il eut son petit sourire en coin, charmeur. Il adorait la contempler ainsi, elle était si belle, elle avait les yeux pétillants, elle était trop belle. Il avait été patient avec elle, il savait que la situation de la jeune femme, à cause de son père, n’était pas facile. Elle était comme un animal blessé qui lui avait fallut apprivoiser. Bien sur, il ne voulait pas la comparer à un animal, c’était simplement la meilleure image et il ne la lui donnerait jamais. Il préférerait garder tout ça pour lui. Cependant, il était prêt à avancer dans leur relation, il avait envie d’être plus qu’un simple collègue pour elle, il n’avait pas envie d’une seule nuit. Il était trop vieux pour se rendre de chose. Il voulait une vraie relation avec une vraie femme et c’était avec elle qu’il voulait construire cette relation.

-Dis-moi ce que tu penses de notre situation Anna? Qu’est-ce que tu as envie pour nous deux? As-tu envie surtout d’un « nous deux »?

Le pique-nique ne devait pas être pour ça, mais elle avait fait le premier pas et il n’était pas deux adolescents attardés, il pouvait discuter de ce qu’ils avaient envie, de ce qu’ils voulaient. Il voulait aussi savoir ce qu’elle pensait et surtout ce qu’elle attendait de lui.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared] Sam 14 Sep - 13:20

Elle avait encore le souffle coupé par le baiser qu’il venait de lui offrir lorsqu’il parla. Ses propos eurent de la difficulté à se trouver un chemin jusqu’au cerveau de la jeune femme, mais elle parvint à comprendre ce qu’il voulait dire. Il restait près d’elle, son visage à porter de la bouche de la jeune femme. Elle sentait son cœur battre la chamade, un délicieux frisson lui tordait le ventre et c’était vraiment agréable. Il aimait le fait qu’il puisse dire qu’il passerait tout son temps à l’embrasser si elle en avait envie. En avait-elle envie? Bien entendu, elle avait même envie de plus. Elle n’avait plus du tout faim, mais elle prit une gorgée de son vin pour calmer ses hormones qui hurlaient leur envie de le déshabiller en pleine nature et profiter de son corps. Il avait maintenant « CE » sourire, celui qui lui faisait se mordre la lèvre chaque fois qu’elle le voyait. Elle avait envie de lui. Il lui demanda si elle avait envie d’un binôme avec elle, bien sur qu’elle en avait envie. Il semblait en avoir envie aussi, du moins, c’était ce qu’elle croyait percevoir derrière sa question. Elle espérait trouver un homme comme lui qui n’aurait pas peur de qui était son père.

Elle voulait répondre, elle avait envie de lui dire ce qu’elle avait sur le cœur, elle avait envie qu’ils deviennent plus que des collègues. Elle avait envie de retrouver l’amour et de pouvoir le vivre librement sans aucune crainte de voir cet amour brisé par son père et ses manies de mafieux. Est-ce qu’il reculerait si son père n’approuvait pas leur relation? Elle avait peur de tomber amoureuse et d’être blessé comme la dernière fois. Bon d’accord, cette fois c’était un homme qu’elle aimait, déjà son père apprécierait mieux. Elle n’avait pas encore ouvert la bouche, elle commença par l’embrasser à son tour. Elle avait ouvert le bal et elle n’avait pas l’intention de le cesser. Elle aussi avait envie que ce jeu continue toute la journée. Elle lui sourit.

-J’ai très envie d’un « nous deux ». Je crois que j’en ai eu envie des les premiers jours, quand j’ai vu à quel point tu étais passionné et encore plus quand j’ai vu que le rôle de mon père ne t’affectait. Je sais que ce peut paraître ridicule comme pensée et tu as sans doute raison, mais mon père fait partie de ma vie et il fera partie de la vie de celui ou celle que je fréquente.

Il valait mieux être honnête non? Bon peut-être que ce n’était pas la meilleure des idées pour lui dire qu’elle était bisexuelle, mais en même temps il devait savoir à quoi s’attendre non? Son père allait sans aucun doute le pousser dans ses limites et alors il lui dira bien sur que l’ex d’Annalisa était une femme pour savoir s’il le savait.

-Tu dois savoir tout mes petits secrets si tu veux vraiment qu’il y ait un « nous », mon père te dira tout pour te faire fuir de toute façon. Il est comme ça, il aime pousser les gens pour être sur qu’ils tiennent à ses enfants. J’ai eu une relation avec femme et il c’est arranger pour la faire fuir et elle n’a pas hésité. Je ne veux pas que ça arrive de nouveau, je n’ai pas envie de voir la personne que j’aime partir à toutes jambes par sa faute, ni voir la personne que j’aime accepter de l’argent pour quitter ma vie. Parce que oui, c’est déjà arrivé.

Elle secoua la tête, était-elle en train de l’encourager à être en couple avec elle ou alors elle tentait de le faire fuir avant même qu’ils n’aient commencé vraiment quelque chose? Elle passa la main sur la joue de l’homme, elle n’avait pas pensé lui dire tout ça, elle n’aurait pas cru devenir une diarrhée verbale sur ce que son père était capable de faire pour gâcher ses relations. Elle y repensait, il n’avait jamais fait ça avec les femmes que Raffael ramenait pourquoi? Parce qu’il savait que ce n’était pas sérieux? Il ne l’avait pas fait avec Evy non plus? .Était-ce parce qu’il n’aimait pas les choix de ses filles? Ses choix à elle? Elle ferma les yeux l’espace d’un instant et sourit faiblement.

-Je suis désolée, je … je n’avais pas l’intention de dire tout ça au départ et avait prévue de simplement répondre que oui j’ai envie d’un « nous », mais on dirait que la crainte de te voir fuir m’angoisse et me fait dire plus que je ne l’aurais voulut. Alors maintenant que tu sais tout ça, à toi de me dire si tu as toujours envie d’un « nous ». Je viens de faire une folle de moi, t’exposer toutes mes pires craintes en moins d’une minutes… alors tu peux maintenant t’enfuir à toutes jambes devant mes craintes et les agissements de mon paternel, ou rester avec moi et essayer d’avoir une relation avec une folle comme moi. Le choix est vraiment reluisant n’est-ce pas?

Elle se sentait rouge comme une pivoine, elle ne se souvenait pas s’être sentit aussi stressée, elle ne se souvenait pas non plus d’avoir eu autant envie qu’une relation fonctionne que maintenant. Dans ses précédentes relations, elle n’avait pas autant prit son temps qu’avec Jared. Elle était passée à la vitesse supérieure rapidement. Là, elle connaissait Jared depuis plusieurs mois et elle le connaissait comme homme, collègue de travail avant même de l’avoir embrassé. Elle avait su bien plus de chose sur lui que sur ses précédentes relations. Elle espérait simplement qu’elle ne venait pas de l’effrayer et le faire fuir devant ce qu’elle lui avait exposé. Elle ne se souvenait pas si elle avait parlé à Jared de sa petite amie. Lui avait-elle déjà dit qu’elle avait sortit avec une femme? Elle n’y voyait plus clair à ce moment et n’arrivait pas à se souvenir. Elle n’avait jamais été aussi angoissée. Elle prit une nouvelle gorgée de son verre pour tenter de cacher ses mains qui tremblait de nervosité. Elle était moins stressée dans son travail.



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about

Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t259-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough
avatar


■ En ville depuis le : 26/05/2013
■ Messages : 52
■ Pseudo : snake

■ J'ai : 36 ans
■ Je suis : En couple avec Annalisa
■ Je suis : Chirurgien cardiaque
■ Mon adresse : Centre-Ville le 515

■ Célébrité : Colin Farell
■ © Avatar : Barda Doll
■ © Photo identité : Athéna

■ Un sujet? : Libre

Jared S. Cartwright

Message(#) Sujet: Re: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared] Dim 15 Sep - 20:33

Si Jared s'était attendu à cette avalanche d'informations après qu'il lui eut demandé de clarifier leur situation! Il était ouvert d'esprit, pas borné comme ses parents pouvaient l'être, mais de tout ce qu'Anna aurait pu lui dire la concernant, il n'avait pas envisagé la possibilité que la dame partageait autant son affection avec les hommes qu'avec les femmes. Et pourtant, ce n'était pas parce que c'était quelque chose qu'on ne voyait pas tous les jours. Mais si la nouvelle le surprenait quelque peu, ça ne le choquait pas. Ça lui en prenait davantage pour être choqué. Il était capable de vivre avec le fait qu'Anna aie été en couple avec une femme, c'était un détail à ce stade de leur relation. Et ça ne changeait en rien ce qu'il ressentait à l'égard de cette femme.

Cependant, au fur et à mesure qu'Anna lui racontait ce que son père faisait, Jared sentait... un la fureur l'envahir. D'accord, Di Valastro pensait peut-être avoir de bonnes raisons de protéger ainsi ses enfants et c'était tout à son honneur, mais qu'il soit près à toutes sortes de bassesses pour faire fuir les gens qui s'intéressaient à ses enfants, c'était une autre histoire. Qui Anna fréquentait, ça ne le regardait pas et il devait vivre avec. De l'avis de Jared, il fallait être bien arrogant pour croire que l'argent pouvait tout acheter, y compris les gens. Par-contre, il était conscient que bien des gens pouvaient être prêts à accepter n'importe quoi en échange d'une forte somme. Et la réputation du père d'Anna n'était plus à faire. C'était évident qu'il devait fouttre la trouille aux gens qui s'intéressaient à ses enfants. Il aurait fallut être fou pour ne pas prendre cet élément en compte. Il ne pouvait pas dire que ça ne l'inquiétait pas un peu de se mettre le Parrain à dos, mais de l'autre côté, Jared se fichait bien des activités de cet homme. Du moment qu'il n'était pas dans le pétrin jusqu'au cou à cause du père d'Anna – ou que cette dernière ne subissait pas les conséquences – Jared se balançait bien du côté «criminel» du bonhomme.

- Écoute, je ne connais pas ton père et peut-être que je me trompe sur toute la ligne, mais je pense que c'est sa façon à lui de te protéger. En offrant du fric à quelqu'un, il voit tout de suite si tu es plus importante pour cette personne-là que l'argent. commença-t-il lentement. Une chose est sûre, tu m'intéresses bien plus que le fric et il ne réussira pas à me faire fuir. Je ne vais partir que si tu me le demandes. Je tiens suffisamment à toi pour avoir envie de te prouver, de prouver à tout le monde, que je ne suis là que pour toi, parce que plus je passe de temps avec toi, plus je réalise que je t'aime.

Jared n'était pas totalement inconscient non plus. Il savait qui était le père de la belle et ce qu'il faisait de sa vie. Il ne reculerait pas devant lui, mais il n'était pas fou au point de le braver non plus. Non, il ne se laisserait pas acheter et non, il ne fuirait pas devant tout ce que cet homme aurait à lui raconter au sujet d'Anna. Et maintenant qu'elle l'avait prévenu des agissements de son père, Jared saurait maintenant qu'il ne fallait pas qu'il écoute tout ce que le vieux lui raconterait. S'il y avait une personne qui pourrait lui dire la vérité, c'était Anna, alors si jamais il voulait clarifier certaines choses, c'était vers elle qu'il se tournerait.

- C'est à mon tour de mettre les cartes sur table, histoire que tout soit clair. commença Jared en se demandant déjà comment exprimer ce qu'il voulait dire. Je t'ai raconté un peu comment était mon enfance, donc tu sais quel genre de parents j'avais. Ils ne se parlaient tellement pas des choses importantes qu'ils ont fini par s'éloigner l'un de l'autre au point que ma mère croyait qu'il la trompait dès que mon père sortait de la maison. Bref, tout ça pour dire que le manque de confiance, les mensonges, les non-dits ce n'est pas ma tasse de thé. Je peux comprendre qu'on aie pas envie de tout dire, mais je n'aime pas qu'on me raconte des histoires. Donc si jamais il y a un truc que tu ne veux pas ou ne peux pas me dire, dis-le moi comme ça. Je vais comprendre et je ne t'emmerderai pas avec ça.

Jared ne voulait pas qu'elle croit qu'il pensait qu'elle lui mentait, ce n'était pas du tout le cas. Non, il voulait juste lui faire comprendre que pour lui, la confiance était sacrée et que les mensonges – même par omission – n'étaient pas le genre de choses qu'il pouvait tolérer. Ça lui avait, en partie, ruinée son enfance et ç'avait déchiré sa famille. Enfin, pour le peu qu'on puisse dire que ses parents et lui formaient une famille. Le jour où il avait été en âge de comprendre tout le mal que ça pouvait faire, Jared s'était juré que jamais plus il ne revivrait une telle situation. Et depuis, il prenait les moyens nécessaires pour que ça ne se reproduise pas.

- Tu as laissé échapper que tu avais menti à ton père au sujet de tes cicatrices. Tu peux m'expliquer ça? Et si tu ne le veux pas, il suffit de le dire et on passera à un autre sujet.

Jared espérait cependant qu'elle accepterait de lui raconter cette histoire. Tant qu'à faire partie de la vie d'Anna, Jared avait à cœur de partir sur de bonnes bases. Mais comme il le lui avait dit, si elle ne souhaitait pas en parler, il ne l'y obligerait pas. Tout ce qu'il voulait, c'était qu'elle se montre franche et lui dise qu'elle ne voulait pas en parler. Jared était compréhensif de nature, alors il comprendrait... mais la curiosité était un de ses nombreux défauts!
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared] Ven 20 Sep - 22:43

La jeune femme ne s’était pas attendue à ce qu’ils entrent dans une conversation aussi personnelle et intime. En fait, s’était-elle qui l’avait fait débuter, c’était elle qui avait embrassé Jared en premier et qui avait débité toutes ses âneries. Elle fût reconnaissante au chirurgien de ne pas la croire folle et de répondre honnêtement à ses déblatérations.  Il n’avait pas tord de dire que son père devait vouloir savoir si ses conquêtes l’aimaient plus que l’argent. C’était son père tout craché de faire ça, elle aurait dû le comprendre d’ailleurs. Son père avait dû voir quelque chose chez son ex qui le dérangeait et avait prit cette façon pour faire comprendre à sa fille que cette personne n’était pas la bonne pour elle. Jared lui faisait voir les agissements de son père d’un autre œil, même si elle n’était toujours pas d’accord avec la façon de faire.

Elle n’était pas la seule à avoir une facile un peu spéciale, d’accord, la sienne était proche, même trop proche quelques fois, mais Jared lui n’avait pas vraiment de lien affectif avec sa famille. Du moins, c’était ce qu’en déduisait la jeune femme de par son discours. Sa mère qui croyait que son père la trompait dès qu’il sortait de la maison, ce devait être difficile autant pour elle que pour Jared et son père. Vivre avec cette impression de tricherie devait être assez invivable. Elle l’écouta dire que tout ce qu’il voulait c’était l’honnêteté et que si elle ne pouvait ou ne voulait pas lui parler de quelque chose de le lui dire tout simplement. Elle pouvait faire ça assez aisément.

Ce fût le dernier point qui fit avaler de travers la jeune femme. Elle venait de prendre une gorgée de son vin lorsqu’il lui demanda de lui raconter ce qui c’était passé pour qu’elle aborde ses cicatrices sur la cuisse. Elle avait glissé qu’elle avait menti à son père et il s’en souvenait toujours. Elle s’installa en indien pour être plus confortable, elle avait une jupe short après tout, elle pouvait donc se le permettre. Ce n’était pas élégant mais vu la conversation valait mieux être confortable que de suivre les bonnes manières inculquer par sa famille. Elle croqua dans un rouleau de printemps avant de répondre. Elle ne savait pas trop comment aborder le sujet, mais en fait y avait-il vraiment une façon? Elle commença donc par le début.

-J’ai toujours été la moins confiante des trois, mais la plus lucide aussi face aux agissements de notre père. Ça m’atteignait que les gens le traitent de criminel et les autres le savaient. Ils m’embêtaient, me tiraient les cheveux, ce genre de chose quoi. J’avais l’habitude de couper par un terrain vague pour rentrer à la maison après l’école. L’autobus nous laissait à un coin précis et je passais dans se terrain pour terminer le chemin.

Elle prit une autre gorgée de son verre.

-Ils m’avaient suivit comme d’habitude, c’était devenu coutume presque qu’ils me harcèlent jusqu’à la maison. Je les laissais faire, tentant de ne pas m’entrer dans la tête ce qu’ils disaient. Mais ce jour là ils sont allés bien plus loin. Ils m’ont jeté par terre, m’ont roué de coup en disant des insanités sur mon père et ma famille avant de m’asperger les jambes d’essence et de lancer une allumette. Je crois qu’eux-mêmes ont été surprit de voir les flammes prendre aussi vite.

Elle se frotta la cuisse d’un geste machinal. Elle revoyait la scène dans sa tête, c’était horrible, mais en effet, elle revoyait leur visage surprit à travers les flammes qui consumait son pantalon.

-Je n’ai pas bougé, même pas chercher à me rouler pour éteindre les flammes, j’étais tout simplement tétanisé. Raffael passait par là, il est arrivé quelques secondes seulement après qu’ils aient jeté l’allumette. Il y avait une couverture par terre, probablement d’un sans abri qui avait dormit là, enfin bref, il a prit la couverture et m’en a recouverte. Les gamins se sont enfuis pendant qu’il éteignait les flammes. Il m’a ensuite transporté à la maison la plus proche pour appeler les secours. Pendant que nous attendions, je lui ai fait promettre de ne rien dire à notre père. Je savais que les parents de ces enfants paieraient cher pour ce que leur enfant m’avaient fait et je ne voulais pas de représailles.

Elle tira un peu sur sa jupe short avant de reprendre une gorgée, son verre était presque vide. Elle se rendit compte qu’elle avait but beaucoup plus rapidement que ce qu’elle buvait habituellement. Elle reposa donc son verre, l’alcool n’était pas une bonne solution. Elle regarda le jeune homme devant lui, elle devait lui dire autre chose, elle ne pouvait pas passer à côté.

-Tu m’as demandé la franchise et je crois que c’est important que tu saches un détail. En fait, je banalise peut-être en disant que c’est un « détail » car c’est relativement important. En fait, il m’arrive de rendre service à mon père. Je … enfin,  il m’arrive de soigner certains de ses hommes. Bien entendu, mon père, ses hommes et toi sont les seules personnes au courant de la situation. Je sais bien entendu que ce n’est pas tout à fait légal. Mais c’est mon père… et j’ai fait le serment d’Hippocrate, c’est-à-dire de soigner quiconque en a besoin. Peut-être que ce serment  permet de me tenir la conscience tranquille, mais tout de même. C’est stupide, je sais, c’est mon père je l’aime et j’ai choisit de le faire pour lui. Je lui ai demandé de ne pas exagérer cependant, que je ne devenais pas leur médecin personnel. J’espère que tu ne me verras pas comme une hypocrite ou je ne sais quoi. Ce n’est pas ce que je veux être à tes yeux, mais je ne veux pas te mentir en te disant que je ne l’ai jamais fait et en te disant que je ne recommencerai pas. Si mon père à besoin, je répondrai présente comme toujours.

Son père avait beau être un criminel, il avait toujours été là pour elle. Peut-être même trop, c’est pour cette raison qu’elle avait dû lui mentir sur son accident, sinon les parents y auraient goûtés. Elle espérait simplement que Jared ne la jugerait pas trop mal, qu’il ne la penserait pas folle de soigner les criminels sous la coupe de son père. Elle voulait simplement lui rendre service et si elle pouvait sauver des vies pourquoi pas? Ses hommes étaient des hors la loi, mais ils étaient des humains d’abord et avant tout.



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about

Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t259-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough
avatar


■ En ville depuis le : 26/05/2013
■ Messages : 52
■ Pseudo : snake

■ J'ai : 36 ans
■ Je suis : En couple avec Annalisa
■ Je suis : Chirurgien cardiaque
■ Mon adresse : Centre-Ville le 515

■ Célébrité : Colin Farell
■ © Avatar : Barda Doll
■ © Photo identité : Athéna

■ Un sujet? : Libre

Jared S. Cartwright

Message(#) Sujet: Re: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared] Lun 23 Sep - 23:36

Jared avait gardé le silence quand Annalisa lui avait raconté son histoire. Il avait gardé le silence, mais avait serré les poings si fort qu'il en était venu à se demander s'il serait un jour capable d'ouvrir ses mains à nouveau. Il avait toujours su que les gamins pouvaient être cruels entre eux, mais ce que lui racontait la jeune femme dépassait tout entendement. Il était peut-être capable de comprendre pourquoi la fillette qu'elle était alors n'avait pas osé raconter ce qu'elle avait vécu, mais il ne pouvait pas comprendre pourquoi elle avait gardé le silence malgré tout. Bon Dieu! Elle aurait pu y rester! Elle aurait pu être défigurée! Heureusement que son frère était passé par là. Sans lui, Jared n'osait pas imaginer ce qui aurait pu advenir d'Anna. Mais que ces gamins soient restés impunis lui faisait horreur. D'accord, elle n'avait pas voulut que son père cherche à se venger et c'était tout à son honneur, mais elle aurait pu se confier au médecin, à une infirmière... Les services de la protection à l'enfance avaient dû être appelés à l'hôpital... Comment avaient-ils pu classer cette... sombre histoire d'agression sans pousser plus loin? Comment le propre père d'Anna, celui qui chassait à coup de chèques les gens qu'il jugeaient cupides, avait-il pu ne pas chercher à en savoir davantage? Pourquoi s'était-il arrêté à l'obstination de sa fille? Il n'était pourtant pas réputé pour faire dans les sentiments!

- C'est horrible... et ils n'ont jamais eu à répondre de leurs actes? Ils auraient pu te tuer, bon sang! Encore heureux que ton frère soit passé au bon moment, ils t'auraient laissée crever sans lever le petit doigt! dit Jared, horrifié par ce qu'il venait d'entendre. Et ton père n'en a jamais rien su? Il ne s'est jamais douté de rien?

Lorsque la jeune femme lui confia que parfois elle rendait service à son père en soignant ses hommes, Jared n'en fut pas véritablement surpris. En fait, c'était même le contraire, ça ne le surprenait même pas. Il avait pu constater que sa famille comptait énormément pour Anna, aussi qu'elle soigne parfois les hommes de son père n'avait rien de bien surprenant. De plus, ils avaient promis de soigner tout le monde sans faire d'exception. Alors que ce soit un criminel ou l'homme le plus vertueux qui existait sur Terre, elle ne faisait que son devoir. De plus, le Parrain aurait été bien stupide de ne pas confier ses hommes à sa fille. S'il voulait s'assurer que ses histoires demeuraient privées, il avait choisit le bon médecin. Alors là non plus, il ne fut pas vraiment choqué.

- Pour ce que j'en sais, je peux fort bien avoir soigné des criminels moi aussi. Ça ne fait pas de toi quelqu'un qui magouille pour lui pour autant. Ça démontre seulement que tu as à cœur de faire ton métier. Et puis, on a fait le serment de soigner tout le monde. Je ne me souviens pas qu'il y aie eu une clause stipulant qu'on avait droit de laisser les criminels souffrir, peu importe ce qu'ils ont pu faire.

Il ne comprenait peut-être pas pourquoi les gens préféraient se tourner vers la criminalité plutôt qu'une vie honnête, mais il ne lui appartenait pas de juger des choix des gens. Et concernant le fait qu'Anna avait choisit de soigner ces hommes... c'était son choix également. Il ne lui appartenait pas d'en discuter non plus. Certes, il aurait préféré que son père fasse affaire avec un autre médecin et laisse sa fille en-dehors de ses activités, mais que pouvait-il y faire, hein? Pas grand chose et il doutait franchement qu'Annalisa l'écouterait s'il lui prenait l'envie de lui dire qu'il fallait qu'elle arrête. Depuis qu'il la connaissait, la belle lui donnait l'impression d'être douce, mais d'avoir la tête un peu dure, du genre qu'elle ne se laissait pas marcher sur les pieds facilement.

- Alors, as-tu d'autres horribles secrets comme celui-là à m'avouer ou bien tu as envie de me passer sur le grill à ton tour? s'enquit-il, la taquinant un peu, tout en fouillant dans le panier pour y trouver le jus de fruits qu'il avait pensé à apporter.

Ce qui était au final une bonne idée puisqu'il n'avait pas été sans remarquer qu'Anna avait repoussé son verre et n'avait pas l'air de vouloir boire plus d'alcool.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared] Mar 24 Sep - 22:55

Jared eu à peu de chose près la même réaction que Raffael, il était en colère, il ne trouvait pas juste que les enfants n’aient rien eu comme conséquence. Elle savait bien qu’ils l’auraient laissé mourir, Jared avait raison sur ce point, mais elle avait vu dans leurs yeux, elle savait que la mort n’était pas le but qu’ils s’étaient fixés. Ils avaient eu peur et pas seulement en voyant Raff arrivé, ils avaient eu peur de voir à quel point le feu avait prit de l’ampleur rapidement. Ils ne s’y attendaient pas du tout. Elle secoua la tête lorsqu’il demanda si son père s’était douté de quelque chose. Elle n’avait jamais avoué ce que ses enfants avaient fait, elle n’avait pas pu, elle savait ce qu’il aurait fait. Maintenant, elle sentait qu’elle devait justifier sa décision.

-Je lui ai raconté que je m’étais mit le feu au pantalon par accident. Raffael à simplement confirmé que lorsqu’il est arrivé, le feu était déjà prit et il n’avait rien vu d’autre. Tout ce qu’il avait fait était d’éteindre les flammes.

Elle haussa les épaules, elle repensa à des détails, elle repensa aux actions de son père après l’accident. Sur le coup bien entendu, elle n’avait pas comprit, mais en y repensant bien, elle comprenait mieux maintenant. Elle regarda Jared dans les yeux, ce nouveau point était important autant pour lui que pour elle.

-En fait, en y repensant mon père est un homme intelligent, je suis sur qu’il a dû se douter que ce n’était pas la vérité, mais en tant que père, il a comprit et respecter mon choix de ne rien dire de plus. Du moins, c’est ce que je crois en revoyant tout ce qui s’est passé après l’incident.

Anthonio avait souvent pausé des questions à Anna sur ce qui s’était passé, elle s’était préparée et avait gardé jour après jour les mêmes explications. Elle n’avait pas dérogée de son histoire, jamais. Il avait pourtant insisté, vraiment insisté. Elle voyait aujourd’hui qu’il avait cherché la faille, mais il n’avait pas trouvé et avait finit par laisser tomber.

-S’il avait su, il aurait réagit. Trop même. Ses enfants n’étaient pas conscient de ce qu’ils faisaient, ils ont eu peur en voyant le feu prendre aussi vite. Je l’ai vu dans leurs yeux Jared. Ils sont allés trop loin, mais ce n’était pas ce qu’ils voulaient. Mais tu sais quoi?

Elle se pencha et embrassa le jeune homme en prenant son visage entre ses deux mains. Lorsqu’elle mit fin au baiser, elle le regarda dans les yeux.

-Ta réaction me fait dire que je ne me trompe pas en plongeant comme je le fais. Ta réaction en est une d’amour et je l’apprécie grandement.

Ce sentiment se renforça lorsqu’il lui fit savoir que lui-même pouvait avoir soigné des criminels et que rien ne disait qu’ils devaient laisser mourir ceux qui n’étaient pas dans le droit chemin. Oh bien sur, ce n’était pas l’envie qui devait manquer à ses collègues qui s’occupaient des adultes, surtout lorsqu’il s’agissait de violeur ou batteur d’enfants. Elle pouvait le comprendre, après tout ils étaient tous des humains avec des sentiments non? De là à avoir envie de le faire et le faire, il y avait une marge. Mais c’était différent pour elle, dans le sens ou elle connaissait la plupart de ses hommes, avait grandit auprès d’eux. Oui, ils étaient des criminels, mais ils étaient aussi des êtres qu’elle connaissait par leur prénom, leur nom de famille et bien souvent elle connaissait toutes leurs petites familles. Elle travaillait même avec la femme de l’un d’eux. Gabriella était une bonne fille, elle était mariée à un criminel bien entendu, mais elle faisait son métier et personne ne semblait l’embêter. C’était ce qui importait le plus dans la situation.

-En effet, j’ai mon métier à cœur, tout comme toi. Mais en plus d’être des hommes de mon père, ce sont des hommes que je connais. Des familles que je côtoie presque tous les jours tu sais. Je n’ai pas d’autres secrets cachés, du moins je ne crois pas. Si je pense à autres choses je te le dirai, mais oui, il m’arrive de souper à la même table que ses hommes, rire avec eux même. La femme de l’un d’entre eux travaille avec nous aussi. Tu dois savoir dans quel genre de relation tu vas t’embarquer, quel genre de personne je côtoie de temps à autre. Ce ne sont pas des gens que je vois à tous les jours, mais tout de même.

La jeune femme prit le jus de fruit et remplit de nouveaux verres qu’elle remplit. Elle en tendit un à l’homme et prit l’autre. Le jus était mieux que le vin pour ce genre de discussion. Maintenant avait-elle envie de le cuisiner? Elle eut un sourire.

-Je ne crois pas que l’on se cuisine l’un l’autre, on apprend plutôt à se connaître. Vaut mieux savoir dans quoi se lance. Sinon, tu as d’autres chose à me dire de ton côté? Quelque chose dont tu aurais envie de me parler. Car on n’est pas obligé non plus de tout se dire tout de suite, on a le temps. Du moins, je l’espère, avoir le temps de tout apprendre et de tout découvrir sur toi.

Tout, chaque parcelle de peau, chaque petit bout de son histoire, elle avait envie de tout savoir de lui dans les moindres détails. Sans même s’en rendre compte, elle se mordilla la lèvre inférieure, c’était une petite manie qu’elle avait lorsqu’elle était stressée ou simplement qu’elle retenait une envie. À ce moment, elle retenait l’envie qu’elle avait de lui sauter dessus et de le déshabiller complètement.



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about

Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t259-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough
avatar


■ En ville depuis le : 26/05/2013
■ Messages : 52
■ Pseudo : snake

■ J'ai : 36 ans
■ Je suis : En couple avec Annalisa
■ Je suis : Chirurgien cardiaque
■ Mon adresse : Centre-Ville le 515

■ Célébrité : Colin Farell
■ © Avatar : Barda Doll
■ © Photo identité : Athéna

■ Un sujet? : Libre

Jared S. Cartwright

Message(#) Sujet: Re: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared] Jeu 26 Sep - 1:07

- Pour être franc, j'espère qu'ils y repensent tous les jours et qu'ils sont morts de honte. Et qu'ils ont la trouille à chaque jour que tu finisses par tout raconter. C'est ce qu'ils méritent.

S'il n'était pas du genre à juger des décisions que les gens pouvaient être amenés à prendre, c'était une toute autre histoire lorsque ces fameuses mauvaises décisions avaient des conséquences graves pour les autres. Et ces gamins avaient fait quelque chose de monstrueux et de terriblement grave. Sans en avoir jamais eu les conséquences. Voilà pourquoi Jared leur souhaitait autant de souffrir à leur tour. Ils n'étaient peut-être que des gamins à l'époque, mais leurs gestes avaient eu de graves répercussions et quelqu'un aurait pu y rester. Bon Dieu! On répète inlassablement aux enfants que jouer avec des allumettes c'est dangereux... D'ailleurs, ça amenait une toute autre question: où avaient-ils bien pu prendre l'essence, hein? Le bidon ne devait pas traîner là par hasard ou bien le hasard avait le dos terriblement large. Fallait que le coup soit prémédité... Jared se demanda alors si ç'avait jamais pu traverser l'esprit d'Anna que ces gamins avaient bien préparé leur coup.

- Ça ne t'a jamais frappée que le bidon d'essence se trouvait là comme par hasard? Si en plus c'était le trajet habituel et qu'ils t'intimidaient jusque chez toi... tu ne penses pas qu'ils aient pu prévoir leur coup?

Sans le savoir, Annalisa lui confirma une rumeur qu'il avait entendue à l'hôpital. On racontait que le mari du Dr Martinelli était mariée à un des hommes du Parrain. On n'en parlait pas devant Annalisa et encore moins la principale intéressée, mais c'était un truc que Jared avait souvent entendu dans les couloirs. Tout comme il avait cru comprendre que certaines mauvaises langues disaient que le Dr Martinelli n'avait épousé son mari que pour l'argent et qu'il lui paie ses études en médecine. Jared ne prétendait pas la connaître très bien, mais il l'avait quelques fois aperçue en compagnie de son mari et il pouvait affirmer que si une femme s'était mariée pour l'argent, le Dr Martinelli n'en faisait assurément pas parti. Elle avait l'air d'être folle de son mari et ce dernier le lui rendait au centuple. Alors Jared n'avait pu faire autrement que de se dire que les mauvaises langues aimaient se faire aller à colporter des rumeurs infondées. Enfin, celle concernant le fait que son mari travaillait pour le Parrain semblait être véridique vu ce qu'Anna venait de lui confier en lui disant qu'elle connaissait certains des hommes de son père depuis toujours et qu'elle connaissait également leurs familles.

Jared fut quelque peu chamboulé lorsque la jeune femme l'embrassa. Enfin, non, ce n'était pas tant le baiser qui le pris par surprise que ce qu'elle avait ajouté après. Elle lui avait dit que la réaction qu'il avait eue en était une dictée par l'amour. C'était ça qui le déconcertait. Était-il amoureux d'Annalisa Di Valastro? S'il faisait preuve d'honnêteté, il ne pouvait pas dire qu'il était amoureux d'elle. Qu'il l'aimait bien? Oh que oui. Qu'il pourrait éventuellement tomber amoureux d'elle si les choses continuaient à se passer comme ça? Là aussi, Jared pouvait cocher la case «oui», mais une chose était sûre, il était beaucoup trop tôt pour donner une quelconque étiquette à leur toute nouvelle relation. Comme il n'était pas du genre à faire croire des choses aux gens et qu'il était du genre franc et qui ne passait pas par quatre chemins, il espérait juste qu'Anna n'était pas allée se faire de fausses idées. Il n'aimerait pas la blesser. S'il y avait une chose qu'il ne voulait pas voir se produire, c'était bien ça. Cependant, il se devait d'être franc avec elle.

- Il est trop tôt pour dire ce que je ressens vraiment pour toi, mais s'il y a une chose de sûre, c'est que tu me plais beaucoup. commença-t-il doucement en se demandant s'il n'était pas entrain de s'embourber comme un idiot dans une explication vaseuse. Ce que je peux te certifier par-contre, c'est que ton histoire me donne des envies de meurtres et que je ne suis pas d'un tempérament violent. J'ai juste de la difficulté à accepter de rester là sans rien faire quand on s'en prend à quelqu'un qui compte pour moi ou à quelqu'un que j'aime.

S'était-il encore mis les pieds dans les plats? Avait-il fait preuve d'une trop grande franchise? Anna allait-elle l'envoyer au Diable parce qu'elle avait développé des sentiments pour lui, des sentiments qui n'étaient peut-être pas partagés, du moins pour le moment? C'était ce que Jared redoutait le plus. Il n'avait jamais aimé être celui qui pouvait blesser les gens, leur briser le cœur. Et s'il fallait qu'il aie fait subir ça à Annalisa qui ne le méritait pas, il savait qu'il serait incapable de se regarder dans un miroir pendant des mois sans avoir honte de lui-même. C'était presque avec soulagement qu'il accueillit le fait que la conversation déviait sur lui. Voilà qui lui permettrait de penser à autre chose, l'espace d'un instant.

- De mon côté, je n'ai pas vraiment d'horribles secrets à raconter, mais j'ai fait un tas de bêtises pour que mes parents me remarquent. Comme prendre de la drogue quatre ou cinq fois quand j'étais adolescent. Et je sais que ce n'était vraiment pas brillant de ma part.

Jared secoua la tête en riant à ce souvenir.

- J'ai été malade comme un chien, j'ai détesté l'effet que ç'avait sur moi et pour finir, à part Alizée, notre cuisinière, qui m'a passé un savon mémorable, personne ne s'est rendu compte de mes conneries.

Les remontrances que lui avaient faites Ali étaient... mémorables. Il n'y avait rien qu'elle ne lui avait pas dit. Elle l'avait traité d'imbécile et de jeune con, dit qu'il valait mieux que ça et que la drogue, ça pouvait être acceptable pour ceux qui souffraient et qu'aucun médicament ne soulageaient, mais que dans son cas, ce n'était pas bien. Bref, Jared avait fini par être honteux de sa conduite et n'avait plus jamais retenté l'expérience, préférant éviter d'affronter le courroux de la cuisinière qui lui avait juré que s'il recommençait, il aurait affaire à elle. Comme Jared savait que les punitions de cette femme étaient mémorables, il avait sagement arrêté de faire des bêtises de ce type... ou s'arrangeait pour qu'elle ne l'apprenne jamais!

- Hormis ça, je suis un vrai gamin. J'adore les jeux vidéos et si on me dit que je ne peux pas faire quelque chose, je vais tout faire pour prouver que c'est faux, même si je dois me casser la gueule. Heureusement, je ne suis pas aussi tête brûlée dans mon boulot. dit Jared avec un petit sourire en coin. Ah! Et un truc important à savoir: Je suis le meilleur ami des ado de mon quartier. Le fils d'un homme divorcé qui vit dans le loft sous le mien passe beaucoup de temps chez moi avec ses amis. On fait des soirées de jeux vidéos quand je ne suis pas de garde. Ç'a fait flipper leurs parents les premiers temps, mais quand ils ont fini par me connaître, ils ont fini par se dire que j'étais quelqu'un de bien et qu'il valait mieux que leurs gamins traînent chez moi plutôt que d'être dehors à faire des conneries.

Au moins, maintenant elle était prévenue. Comme ça, si jamais Anna décidait de se pointer chez lui à l'improviste – Jared ne demandait que ça – la jeune femme ne serait donc pas surprise de voir des adolescents plantés devant la télévision ou entrain de dévaliser son réfrigérateur en quête de quelque chose à se mettre sous la dent à cause d'une fringale soudaine.

- Ne me regarde pas comme ça! lança Jared en voyant comment elle le fixait, devinant un peu ce qui lui avait traversé l'esprit. Je me suis promis de te montrer que j'ai été bien élevé – c'est principalement l’œuvre d'Alizée – mais si tu continues à me regarder comme ça, on ne terminera jamais notre pique-nique! ajouta-t-il en lui faisant un petit clin d'oeil... peut-être un brin coquin!
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared] Dim 13 Oct - 23:46

Si elle savait que le coup de ses enfants était prémédité? Bien entendu, elle le savait, elle l’avait toujours su. Cependant, dans leur innocence, ils n’avaient pas comprit l’ampleur que tout ça allait prendre, c’était évident pour la jeune femme. Elle regarda le jeune homme dans les yeux et hocha la tête.

-Bien sur que je sais que c’était préméditer, la seule chose que je me dis c’est qu’ils ne pensaient pas que ça irait aussi loin. Si le bidon d’essence était là, je crois que la couverture aussi était là pour ça. Sinon d’où provenait-elle? Elle aurait pu appartenir à un mendiant, mais tout de même, je ne pense pas.

Ou peut-être avait-elle trop bon cœur pour croire que ces enfants-là étaient aussi méchants? Son père lui avait toujours dit que son bon cœur la perdrait. Il avait peut-être raison au final? Mais elle s’en fichait, depuis le temps qu’elle gardait tout ça, elle ne voulait pas réveiller de vieux démons, elle ne voulait pas voir ses hommes maintenant devenir une cible de son père. Ils allaient la tuer? Soit, peut-être bien. Ils étaient des monstres était-ce une raison pour en devenir un à son tour? Non, ce qu’ils avaient fait ne justifiait pas qu’elle fasse la même chose en retour. Elle n’aimait pas la vengeance, ce sentiment ne menait à rien de bon pour personne. Elle haussa les épaules.

-C’est le passé tu sais, je ne veux pas de représailles. Mon père serait capable de tous les tuer tu sais, je n’ai pas envie de m’abaisser à devenir comme eux, je ne veux pas qu’ils paient pour ce qu’ils ont fait, je veux qu’ils vivent avec leur remord c’est suffisant pour moi. Et s’ils n’en n’ont pas, c’est qu’ils ont vraiment des monstres, tant pis. Je n’ai pas de mort sur la conscience et c’est parfait comme ça.

Elle savait ce que chacun d’eux était devenu, elle avait fait des recherches. Pour la plupart, ils étaient des hommes bien, pères de famille. S’ils étaient devenus des criminels ou agresseurs, elle aurait peut-être réagit autrement. C’était hypocrite comme réaction? Peut-être, mais elle s’en fichait bien en vrai. Elle préférait que ça reste ainsi.

-Je peux compter sur ta discrétion? Je me doute que oui, sinon je ne te l’aurais pas raconté, mais je veux juste… je ne sais pas ce que je veux, je crois que je veux juste être certaine que rien n’arrivera de mal par ma faute. J’ai beaucoup souffert, mais je ne veux pas faire souffrir en retour.

Sa ligne de pensée pouvait paraître étrange pour l’homme, mais elle n’avait pas envie que tout ça dégénère. Elle avait envie de commencer une nouvelle relation sur de bonnes bases, sans mensonge, mais elle ne voulait pas pour autant que la vérité soit dévoilée au grand jour. Elle était contente que le sujet change même si c’était délicat. Le jeune homme avait mal comprit le sens de sa phrase, en fait, elle s’était mal exprimée. Elle lui sourit pour lui faire comprendre qu’elle ne lui en voulait pas du tout.

-J’ai peut-être mal choisit mes mots, désolée. Ce que je veux dire, c’est que tu sembles tenir à moi, sinon ta réaction serait moindre à mon histoire tout simplement. Ce que je voulais dire revient exactement à ce que tu viens de dire au fond, tu réagis quand on fait du mal au gens qui compte pour toi. C’était ce que je voulais mentionner tout simplement.

Elle ne voulait pas qu’il y ait de mal entendu entre eux parce qu’elle aurait utilisé le mauvais mot dans une phrase. Elle n’était pas prête à se lancer sans réfléchir au moins un peu dans une relation exclusive avec lui, ou plutôt, elle ne voulait pas aller trop vite et qu’ensuite ils se rendent comptes que ça ne fonctionne pas et qu’ils en souffrent tous le deux ou même un seul des deux en souffre.

-Tu sais, je ne suis pas du genre à me jeter dans une relation tête baissée. Je ne m’attends pas à recevoir une bague demain matin, ni que tu emménages chez moi la semaine prochaine et qu’on planifie le mois prochain d’avoir une enfant tu comprends? Je suis du genre à prendre mon temps. J’ai été assez déçu de mes deux dernières relations Jared, je ne veux pas tout gâcher dans ma prochaine. Donc, ne t’en fait pas, j’ai autant envie que toi de prendre tout mon temps et de voir où tout ça va nous mener.

Le jeune homme se lança ensuite sur ses erreurs de jeunesse. Il avait essayé la drogue quelques fois et c’était fait passer un savon par une certaine Alizée. Il lui expliqua qu’elle était la cuisinière de la maison, elle trouvait assez triste que seule la cuisinière est eut assez de bienveillance ou d’intérêt pour cet enfant pour se rendre compte des conneries qu’il faisait et avoir soin de faire en sorte qu’il ne recommence pas.

-Elle devait vraiment t’aimer cette femme pour te discipliner ainsi, c’est stupéfiant de voir que tes parents ne se rendaient pas compte à quel point tu voulais attirer leur attention, à quel point il ne faisait pas attention à toi. Ça me révolte chaque fois que je t’entends en parler. Mon père est l’extrême, il s’implique trop dans nos vies si on peut dire ainsi, mais les tiens étaient l’autre extrême complètement.

Elle détestait ce genre de parents qui faisaient des enfants que pour l’image. Et pourtant, elle travaillait en pédiatrie, donc elle en avait vu de ce genre de parents. Elle préféra se concentrer sur le sujet suivant de la conversation, il parlait de son côté gamin, de son goût pour les jeux vidéos et sa manie d’avoir les enfants voisins chez lui pour jouer sur les consoles dans ses temps libres. Elle trouvait ça marrant, elle l’imaginait très bien avec tous ses jeunes entrain de ses faire un concours de jeux virtuel. Elle lui sourit.

-Je vois bien l’image. Je suis en pédiatrie tu sais, alors les jeux d’enfants et leur présence ne me dérangent pas du tout. Attend toi cependant à ce qu’ils me voient comme la méchante qui leur enlève leur ami tu sais. Cependant, je crois que je pourrai peut-être les gagner. Je suis très bonne aux jeux vidéos tu sauras. J’ai un grand frère avec qui j’aime beaucoup traîner et qui aime beaucoup ce genre de jeux.

Elle lui fit un clin d’œil entendu. Elle avait toujours le sourire, encore plus lorsqu’il lui fit remarquer que si elle continuait à le regarder comme elle le faisait, en se mordillant la lèvre, qu’il pourrait bien abréger le pique-nique malgré toutes les bonnes manières que sa charmante cuisinière lui avait inculqué. Elle eut un sourire en coin, l’œil moqueur.

-Je crois que ton honneur est sauf, ce n’est pas notre premier rendez-vous tu sais. Puis, ton super pique-nique, on peut toujours le mettre au frigo et le manger quand nous aurons vraiment faim … de nourriture. Après tout, deux adultes consentant peuvent toujours s’amuser non? Alors qu’est-ce qui te ferait envie? Chez toi, chez moi ou on continue notre charmant repas ici et on s’amuse plus tard. C’est comme tu veux.

Bon d’accord, ce qu’elle venait de dire n’allait peut-être pas avec ce qu’elle avait dit un peu plus tôt. Non, pour leur relation, elle ne voulait pas brûler des étapes, mais ils n’étaient plus des enfants non plus et elle devait admettre qu’il la travaillait au corps depuis plusieurs mois déjà. Elle n’en pouvait plus d’attendre, elle avait très envie de le voir complètement nu.



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared]

Revenir en haut Aller en bas

Tête-à-tête entre ... ? [Pv Jared]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Streets of Philadelphia :: The Piers Marina

-