Partagez | .
 

 Rencontre indésirable?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Rencontre indésirable? Sam 9 Nov - 23:54

Comme d’habitude, elle venait de faire un double quart. En fait, il n’était pas terminé encore, elle n’avait qu’un moment pour manger. La journée avait été assez difficile, elle avait perdu un petit patient, le cancer l’avait emporté et elle avait reçu deux cas de violence parentale. C’était vraiment frustrant de voir ses pauvres petits couvert de bleu, de plaies ouverte, seigneur. Elle aimait son travail et elle avait choisit la branche avec les enfants, mais comme dans tout travail, il y avait des journées plus difficile que d’autre et aujourd’hui, elle en avait une comme ça. Elle avait même dû avoir recours au calme rassurant de Jared, elle l’avait appelé dans sa journée de congé pour ventiler un peu. Il disait que ça ne lui dérangeait pas lorsqu’elle l’appelait, il faisait la même chose de son côté. Cependant, elle avait l’impression de l’appeler plus souvent que lui ne pouvait l’appeler. Elle avait peur de le faire fuir avec tous ses petits détails, il y avait longtemps qu’elle ne s’était pas sentit ainsi.

Elle eut un sourire en pensant à l’homme, c’était étrange pour elle de savoir qu’il n’avait pas peur de son lien familial avec le parrain, il n’avait pas l’intention non plus de se laisser acheter par ce dernier, ni intimider. Il était génial quoi! Elle n’aimait pas les pratiques de son père, elle n’aimait pas ce qu’il faisait dans la vie, mais il était son père et elle l’aimait. Elle aimait l’homme qu’il était avec ses enfants, le soutien qu’il avait été lorsqu’ils avaient perdu leur mère et lui sa femme. Elle était heureuse de le revoir en couple aujourd’hui, mais personne ne remplacerait sa mère et ce qu’elle représentait pour Anthonio. Elle allait prendre un cabaret lorsqu’elle vit une jeune femme qui semblait en difficulté. Elle avait un bras dans une belle écharpe bleue et tentait de garder le frigo de boisson fraîche ouverte tout en tentant de prendre ce qu’elle voulait, son plateau tenu de façon précaire dans sa main blessée.

Elle pressa le pas légèrement et tout en souriant à la jeune femme, elle récupéra le plateau pour qu’elle puisse prendre son breuvage. Elle rendit son plateau à la jeune femme après qu’elle ait déposé son choix dessus, elle semblait être à l’aise de le manœuvrer à une seule main alors Anna la laissa se débrouiller pour le reste. Elle alla prendre son plateau, elle n’avait pas très faim, mais elle devait se nourrir si elle voulait tenir jusqu’à la fin de son quart. Elle prit donc une salade de poulet, un jus d’orange et comme dessert un pudding au riz. Elle alla s’installée dans le fond de la salle. Elle retrouva à la table à côté de la sienne, la jeune femme qu’elle avait aidée. Si seulement elle avait su, si elle avait su que cette jeune femme était sa demi-sœur et pire, qu’elle détestait son père. Si elle avait su, elle ne se serait pas assise à cet endroit.

Elle avait déjà de la difficulté avec son nom à l’hôpital, elle avait de la difficulté à se faire accepter comme médecin alors de savoir qu’une personne qui détestait sa famille était près d’elle, elle aurait déguerpi au plus vite. Jared l’avait aidé a accepté qu’elle portait le nom de Di Valastro, parce qu’il ne l’associait pas à son parrain de père mais au médecin qu’elle était. Mais sa confiance était fragile et mince dans cette situation, alors qu’allait-il advenir s’il fallait que la jeune femme qu’elle venait d’aider la critiquait. Elle piqua dans son assiette et mâcha sans conviction. Il lui arrivait souvent de manquer d’appétit dans ce genre de journée triste. Elle ne mangeait que par obligation dans ces moments-là. Elle ne se préoccupa pas de son nom affiché sur sa blouse, ni du regard que pourrait avoir la jeune femme pour elle, elle l’avait aidé, mais elle n’allait pas l’ennuyer quand même. Elle se concentra plutôt sur sa mastication et à avaler ce qu’elle mangeait.



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about

Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t325-laurel-stevenshttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t374-true-ou-not-pv-aidan-anna-laurelhttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t377-104-everything-happens-for-a-reason-except-for-the-things-you-mess-up-yourself
avatar


■ En ville depuis le : 03/11/2013
■ Messages : 143
■ Pseudo : /

■ J'ai : 27 ans
■ Je suis : Célibataire/en couple selon les jours - compliqué en somme.
■ Je suis : Flic à la criminelle
■ Mon adresse : Quartier Nord #104

■ Célébrité : Amber Head
■ © Avatar : Moi-même
■ Un sujet? : Oui

Laurel Stevens

Message(#) Sujet: Re: Rencontre indésirable? Dim 10 Nov - 8:04

La vie de flic n’était pas du repos, surtout aux Etats-Unis où n’importe qui avait un droit au port d’armes. Il y avait évidemment le cliché des beignets ou du café dans la voiture de patrouille … mais cela ne s’appliquait pas des masses à Laurel. Elle n’était pas très adepte du gras sur le corps et de la fainéantise. Elle préférait l’action et être active.

Et ce soir, elle avait eu droit à son lot d’actions. On peut même dire que cela s’était clôturé lamentablement. La mission devait être un peu simple soit coincer un petit trafiquant au casier judiciaire lourd qui était suspecté d’un crime. Si au départ, tout se passait bien niveau filature, niveau faux-semblant, tout s’était compliqué quand il a commencé  à fuir et à tirer un peu partout. Une balle perdue qui s’était retrouvée –ou effleurée, elle s’en fichait actuellement – son bras.

Immédiatement elle fut conduite à l’hôpital. Le médecin dit que ce n’est pas bien grave et qu’elle se remettra bien vite. Malgré tout, il avait mis tout un dispositif sur ce bras – son droit en plus ! – pour « faciliter » la guérison. Tout ce qu’elle comprenait était que deux semaines, elle était avec un bras invalide et que deux semaines, elle allait galérer à réaliser de petites tâches quotidiennes.

Sa première difficulté arriva avec un pauvre frigo de boissons ! Ce n’était pas évident d’ouvrir une porte avec un bras dans une écharpe et l’autre main occupé par son plateau. Elle était presque à deux doigts d’insulter cet objet inanimé mais une jeune femme mit fin à cette humiliation et frustration en lui apportant une aide. C’était un médecin  et au vue de son air, la journée ne s’était pas bien passée pour elle.

- Merci du coup de main !

Puis Laurel s’éloigna, s’asseyant à une des tables libres. Aussitôt, elle fut rejointe par le médecin de tout à l’heure. Dans l’immédiat, Laurel ne parlait, préférant observer cette compagne de repas. Elle mastiquait sa nourriture sans énergie. Il faut avouer qu’on mangeait mieux chez soi. De plus, cette fille lui disait quelque chose ... peut-être un médecin l'ayant soigné un jour. Ou peut-être n'est-ce qu'une ressemblance avec une personne rencontrée ou vue par le passé. Elle ne savait pas et préférait ne pas trop s’appesantir sur le sujet dans l’immédiat.

- La journée a été dure pour vous aussi on dirait. Désolé de m’immiscer comme ça dans ce qui ne me regarde pas je suppose.


Elle marqua un temps de pause et continua.

- Laurel Stevens, flic à la criminelle. Enchanté.

Elle tendit automatiquement sa main droite mais stoppa nette le geste en grimaçant. Tentant de dissimuler cette montée soudaine de douleur, elle tendit à nouveau la main, cette fois-ci la gauche. Ce n’était pas que la journée qui allait être dur mais la semaine … .  
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: Rencontre indésirable? Dim 10 Nov - 22:51

Elle sursauta presque lorsque la jeune femme lui adressa la parole. En fait, elle ne s’attendait pas à avoir une conversation avec elle, pas plus que le merci qu’elle lui avait dit parce qu’elle l’avait aidé. Elle sourit à la jeune femme qui insinua qu’elle semblait avoir eu une très mauvaise journée. C’était donc si évident? Il fallait croire que oui, elle devait répondre maintenant. Que pouvait-elle dire? En effet, la journée avait été extrêmement difficile, mais pouvait-elle se confier ainsi à une étrangère? Pouvait-elle raconter qu’elle avait perdu un patient et eux deux cas de violence? Elle ne savait pas trop en fait, pourquoi dire tout ça à une inconnue? Elle ne voulait pas non plus, déranger la jeune femme dans son repas avec ses soucis, cependant c’était bien elle qui avait investigué non?

Elle comprit pourquoi lorsque la jeune femme se présenta. Un flic à la criminelle, la journée promettait de continuer d’être merdique lorsqu’elle se présenterait. Déjà que la sœur d’Evangelyne ne les aimait pas beaucoup, celle-ci ne devait pas les aimer plus. Elle était payée pour mettre derrière des barreaux des gens comme son père. Que pouvait-elle faire?  Elle avait son badge, la jeune femme n’avait qu’à se pencher pour y voir de plus près. Et puis, elle n’était pas son père, alors pourquoi devrait-elle cacher son identité? Elle n’était pas une criminelle, elle n’avait jamais même pensé à faire du mal à quelqu’un. Au contraire, elle était devenue médecin justement pour venir en aide aux autres.

Elle sourit à la jeune femme et décida de raconter avant de se présenter.

-J’ai perdu un patient et remis deux cas de maltraitance sur enfant à deux de vos collègues. On peut dire en effet que c’est une très mauvaise journée. Et elle promet de continuer…

Elle eut un sourire triste avant de serrer la main valide de la jeune femme.

-Annalisa Di Valastro, je suis médecin pédiatre dans cet hôpital. Et avant que vous ne vous exclamiez, ou cherchiez à m’accabler de commentaire négatif, je ne suis pas mon père, il n’est pas moi et je ne suis pas d’accord avec ce qu’il fait même si je l’aime plus que tout.

Elle avait parlé d’un ton calme, sans reproche. Mais elle préférait et de loin être franche d’emblée, les policiers, surtout ceux de la criminelle avant tendance à la mettre dans le même bateau que son père. Elle avait déjà soigné de ses hommes, oui, mais elle avait fait un serment, celui de soigner tous ceux qui en aurait besoin, sans jugement, sans discrimination. C’était ce qu’elle faisait, rien de plus mais rien de moins non plus. Elle ne demandait pas comment ils étaient blessés, elle ne voulait rien savoir. Elle faisait son travail sans poser plus de questions que nécessaires.

Elle ouvrit son jus d’orange et en prit une gorgée, elle repoussa son assiette. Déjà qu’elle n’avait pas d’appétit, cette rencontre et le titre de la jeune femme venait d’achever de lui couper la faim. Peut-être avait-elle elle-même été trop vite dans son commentaire, mais que pouvait-elle faire? Elle opérait la même réaction pour tous les flics de cette ville ou presque, alors elle ne pouvait pas rester sans rien dire.



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about



Dernière édition par Annalisa V. Di Valastro le Sam 7 Déc - 23:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t325-laurel-stevenshttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t374-true-ou-not-pv-aidan-anna-laurelhttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t377-104-everything-happens-for-a-reason-except-for-the-things-you-mess-up-yourself
avatar


■ En ville depuis le : 03/11/2013
■ Messages : 143
■ Pseudo : /

■ J'ai : 27 ans
■ Je suis : Célibataire/en couple selon les jours - compliqué en somme.
■ Je suis : Flic à la criminelle
■ Mon adresse : Quartier Nord #104

■ Célébrité : Amber Head
■ © Avatar : Moi-même
■ Un sujet? : Oui

Laurel Stevens

Message(#) Sujet: Re: Rencontre indésirable? Sam 16 Nov - 11:40

Laurel grimaça face à tout ce qu’elle entendait. Médecin aurait pu être son avenir, dans l’aspect aider et sauver des personnes, mais l’aspect révéler la mort prochaine de la personne ou encore perdre tout simplement la personne sous ses mains ne l’avaient pas tenté. En tant que flic, il y aura forcément des morts mais dans une majorité des cas ils étaient déjà morts et donnaient souvent des indices pour sauver d’autres. C’était un peu compliqué dit comme ça mais flic lui convenait bien. Très bien même.

- Dure en effet la journée.

Que pouvait-elle dire d’autres. Elle connaissait ce type de journée et quoiqu’on dise, cela ne servait pas à grand-chose. Quelques blagues auraient pu aider mais Laurel n’était juste pas experte dans l’art de faire rire, elle plus experte dans l’art de faire grincer les dents.

- Annalisa Di Valastro, je suis médecin pédiatre dans cet hôpital. Et avant que vous ne vous exclamiez, ou cherchiez à m’accabler de commentaire négatif, je ne suis pas mon père, il n’est pas moi et je ne suis pas d’accord avec ce qu’il fait même si je l’aime plus que tout.

Laurel avala de travers sa gorgée d’eau. A la base, elle n’aimait pas du tout les Di Valastro et dernièrement, elle ne supportait plus du tout ce nom de famille. A cause de ce nom de famille, adieu ses soirées tranquilles, adieu sa conscience tranquille, adieu à toute son organisation familiale ! Enfin, dorénavant elle savait pourquoi elle avait cette sensation de déjà-vu : sûrement, un moment ou un autre par le passé, elle avait dû éplucher tous les dossiers en rapport avec les Di Valastro.

Elle s’épongea la bouche doucement, réfléchissant à quoi faire. En temps normal, elle aurait quitté la table sans politesse, indiquant clairement son dégoût pour toute progéniture ou lien aux Di Valastro. Or maintenant, les choses étaient différentes : il fallait qu’elle comprenne la raison de la révélation soudaine. A voir le peu de réaction d’Annalisa, elle n’était pas au courant du lien de famille. Ce constat mit d’avantage mal à l’aise Laurel.

La jeune fille repoussa son assiette. Laurel ne savait pas si elle devait interpréter là un signe positif ou négatif. Forcément le fait d’être face à une flic avait dû opérer quelque chose dans tous les cas … peut-être qu’elle pourrait apprendre assez de choses ou une simple chose qui pourrait lui servir contre Anthonio, un jour.

- Je ne peux que comprendre : ne pas être d’accord et aimer malgré tout.

C’était un peu son cas avec Patrick. Quoiqu’elle fasse, quoi qu’il fasse, elle revenait toujours vers lui ou inversement il revenait vers elle.

- Je vais être sincère et ne pas jouer les hypocrites : je déteste votre famille plus que tout, enfin votre père surtout et je n’ai pas besoin d’un dessin pour vous expliquer les raisons. Enfin en tant que père, il semble avoir pu remplir un bon modèle à vous entendre.

Qu’est-ce qu’elle ne donnerait pas à cet instant pour qu’Annalisa se révèle pipelette. Cela ne devait rester que dans du rêve malheureusement, on avait dû bien roder les enfants pour tenir leur langue.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: Rencontre indésirable? Sam 23 Nov - 17:19

Au mois elles avaient été clair l’une envers l’autre. Elle avait bien fait comprendre à la policière qu’elle n’aimait pas le côté criminel de son père, mais qu’elle n’en était pas et ne voulait pas en être. Le tout, en une toute petite phrase. La jeune femme de son côté n’avait pas caché qu’elle détestait la paternel Di Valastro, englobant sa famille même si elle visait plus son père. Anna pinça les lèvres. L’autre continua en disant que son père avait dû être un bon père tout de même vu que ce la pédiatre avait dit. Elle n’était pas dupe, la policière était restée là et tentait de faire la conversation. Elle voulait des renseignements? D’accord, mais elle n’aurait pas ce qu’elle voulait comme renseignement. Elle prit une gorgée de son jus avant de répondre.

-Vous savez, c’est un homme formidable en vérité. Lorsque notre mère est morte, il n’a pas tenté de nous refiler à une bonne ou nous dispersé au quatre vent. Il a prit son rôle de père et à assumé la responsabilité qui lui incombait : nous élever seul. Je suis médecin, mon frère à une boîte de nuit populaire et ma sœur cadette est dans la mode. Pouvez-vous vanter les mérites de certains parents que vous rencontrez autant que je viens de le faire du mien?

Elle venait d’en remettre un bon exemple entre les mains de la justice, deux plutôt qu’un même. Certains parents ne devraient pas avoir d’enfant, son père les avaient laissé libre de faire leur choix, Raffael et elle n’avait pas voulut être mêlé à ses histoires, il s’attendait pourtant que Raff suive ses traces, mais ce n’était pas le cas et il avait respecté le choix de son fils. Il les avait aimé, nourrit, loger, vêtit, elle pouvait pointer du doigt bien des parent qui n’arrivaient même pas à donner ça à leurs enfant.

-Vous ne voyez que le fait qu’il est le Parrain, vous ne voyez pas l’homme derrière. Je peux comprendre, vous êtes flic, mais ne mêlé pas mon frère, ma sœur ou moi-même à tout ça. Avant de me connaître, vous avez accepté mon aide, maintenant vous dites que vous détestez ma famille. Nous n’avons rien fait de répréhensible, nous tentons de vivre notre vie comme nous le pouvons, tout comme vous et votre famille.

Si elle avait su qu’elle s’adressait à sa demi-sœur, elle n’aurait peut-être pas parlé ainsi. Mais peut-être que oui en fait, la policière n’avait pas été élevé par Anthonio, elle ne connaissait rien de lui. Elle ne pouvait pas savoir. Elle décida de manger son dessert, sinon elle n’aurait pas l’énergie pour faire sa garde. Elle avait bien avalé deux bouchées de sa salade mais ce n’était pas suffisant. En tant que médecin, elle le savait. Elle prit son pudding et l’ouvrit, elle y plongea sa cuillère et avala une bouchée avant de reprendre.

-Vous êtes flic, vous avez choisit de l’être n’est-ce pas? J’ai choisit d’être médecin, mais je n’ai pas choisit d’avoir le parrain comme père. Anthonio, mon père, est un homme bien, le parrain, c’est un tout autre personnage pour moi. Je ne l’aime pas ce personnage, mais je n’ai pas choisit que mon père l’endosse et encore moins d’en subir les conséquences. On voudrait que je choisisse, mais que feriez-vous si on vous obligeait à choisir entre votre passion et votre famille que vous aimez? Personnellement, je n’arrive pas à faire de choix, je ne veux pas le faire non plus.

Elle engouffra une autre cuillère terminant son petit laïus. Elle en avait marre que les gens la juge, qu’il juge le choix qu’elle avait fait d’être sa fille. Il était son sang, elle ne pouvait pas l’effacer comme ça, il avait prit soin d’elle, avait veillé sur elle, comment pourrait-elle l’abandonner simplement parce que les gens étaient trop stupide pour faire la part des choses?



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about

Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t325-laurel-stevenshttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t374-true-ou-not-pv-aidan-anna-laurelhttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t377-104-everything-happens-for-a-reason-except-for-the-things-you-mess-up-yourself
avatar


■ En ville depuis le : 03/11/2013
■ Messages : 143
■ Pseudo : /

■ J'ai : 27 ans
■ Je suis : Célibataire/en couple selon les jours - compliqué en somme.
■ Je suis : Flic à la criminelle
■ Mon adresse : Quartier Nord #104

■ Célébrité : Amber Head
■ © Avatar : Moi-même
■ Un sujet? : Oui

Laurel Stevens

Message(#) Sujet: Re: Rencontre indésirable? Jeu 28 Nov - 9:48

Annalisa Di Valastro était la fille dont beaucoup de papa rêverait ou plutôt c’était bien la fille à son papa. Elle prêchait la bonne parole et dépeignait là un père de famille très responsable, très bon et très aimant envers ses enfants en passant sous silence une bonne partie de ses méfaits et crimes. Oh elle avouait qu’il était parrain mais c’était bien tout. On pourrait croire que Laurel pourrait utiliser de telle information pour coincer cette figure criminelle mais elle ne pouvait pas : elle était seule, pas de témoin, aucune preuve concrète contre Anthonio … Bref elle ne pouvait que contenir sa frustration devant ce système criminel rigide !

Oh elle devait également contenir sa fureur quand elle parlait de l’amour de ce père envers ses enfants. Elle aurait tant voulu cracher au visage d’Annalisa que non, leur père avait forniqué avec une autre, et que non, il ne s’est pas occupé avec amour de TOUS ses enfants ! Au contraire, il avait réduit à néant la vie de l’un d’entre eux ! S’il était si aimant que cela, il aurait soit adhérer immédiatement Laurel dans cette famille de malade, soit gardait le silence toute sa vie et ne pas apparaître brusquement 25 ans après.

Cela prouvait deux choses : il n’aimait pas tant que ça ses « enfants » et de deux il l’excluait totalement, ayant de bien autre dessin. C’était un manque de respect pour sa mère, pour elle et pour ses « demi-frère » et « demi-sœurs ». Laurel voyait bien mieux l’homme derrière le Parrain et le Parrain en question.

Elle ne dit rien cependant de ce lien de parenté. Il fallait d’abord qu’elle rencontre son « père », et clarifier beaucoup de choses ! D’un que ferait Annalisa avec une telle information si ce n’est l’éparpiller aux quatre vents ? Or Laurel voulait éviter cela précisément ! Dans tous les cas, l’ignorance de la jeune femme la rassurait un peu. Ainsi tout le monde n’était pas au courant et donc elle n’avait pas de risque de voir d’autres hommes de main venir l’appeler «miss Di Valastro ». Rien que d’y penser lui couper tout appétit.

- Grâce à votre généreux père, je n’ai plus vraiment de famille. Je peux dire que c’est éparpillé en mille morceaux maintenant. Ainsi je ne risque plus d’avoir à faire des choix si douloureux. Cela sera ma passion sans hésiter.


Elle ne pouvait pas retenir cette phrase-là. Oui il avait tout détruit ! Son père de 25 ans était devenu du jour au lendemain le beau-père et son frère adoré, un demi-frère… Quant à sa mère, elle avait perdu toute dignité et respect aux yeux de Laurel. Elle ne mettait plus les pieds dans la demeure familiale et n’appelait plus que son frère. Ses « parents » auraient dû tout lui dire au lieu de lui mentir tant d’années !

Quant à avoir sa propre vie de famille … Elle se disait que c’était un projet bien lointain et bien impossible !

- Je ne mêlerais pas ni vous ni votre sœur ou votre frère à votre père à toutes ces histoires mais il ne faut pas se voiler la face que vous resterez toujours les enfants du Parrain.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: Rencontre indésirable? Sam 7 Déc - 23:19

La jeune femme lui indiqua que sa famille avait été décimée par son père. Elle ne savait pas pourquoi et elle ne voulait pas savoir. Faisait-elle l’autruche? Peut-être bien, mais elle avait toujours juré ne pas se mêler des affaires de son père. Elle était en colère cependant, autant contre son père que contre cette fille qui ne la connaissait pas et qui se permettait de la juger de par les actes de son père. Dans le fond, cette policière ne valait pas mieux que lui. Son père était un malfrat, elle le savait, mais cette femme était une branche de la loi, elle devait secourir et juger les gens de façon équitable, c’était ce qu’elle avait promit en choisissant sa branche. Elle déposa sa cuillère, elle n’avait vraiment plus faim maintenant.

-Peut-être devriez-vous changer de métier si vous n’êtes pas capable d’être impartial. Vous ne pouvez condamner les gens seulement de par leurs parents.

Elle en avait assez, elle avait eu une très mauvaise journée et maintenant cette femme venait en ajouter une couche. Elle défit ses cheveux, elle avait mal à la tête maintenant en plus d’être fatiguée. Elle aurait préféré ne pas avoir choisit cette place, elle aurait préféré ne pas aider cette femme au final, elle aurait préféré resté couché ce matin.

-Avez-vous été battu mademoiselle Stevens? Avez-vous vu vos parents apposer des cigarettes sur vos bras presque jusqu’à l’os? Vous battre tellement fort que vous vous retrouviez à l’urgence avec le nez défoncé et le visage ravagé? Je ne pense pas, je ne vous connais pas, mais je suis sur que non juste à voir votre confiance et votre démarche de tout à l’heure. Vous dites qu’il a fait éclatez votre famille? C’est possible, mais ce n’est rien d’irréparable à comparé aux enfants que j’ai vu aujourd’hui. Donc vous m’excuserez de ne pas m’apitoyer sur votre sort.

Elle se leva, elle en avait assez de tout ça, elle en avait assez de se voir reproché d’avoir un père. Elle n’avait pas choisit sa famille, elle n’avait pas choisit le métier de son père, elle ne le répéterait pas assez dans sa vie semblait-il. Elle regarda la jeune femme, elle était furieuse, elle n’avait pas l’impression de l’avoir été autant depuis très longtemps.

-Amusez-vous à vous en prendre à mon frère, ma sœur ou moi pour votre petite vendetta et je peux vous jurer que vous me trouverez sur votre chemin. Il y a d’autre façon que la violence de régler les différents, je ne suis pas une violente, mais je sais me servir de la justice autant que vous. Je ne sais pas ce que mon père à fait, mais je ne suis pas la fille du Parrain, je suis la fille d’Anthonio Di Valastro.

Elle prit son plateau avant d’ajouter une chose.

-S’il a fait quelque chose de criminel, arrêtez-le et fouettez-nous la paix. Mais j’ai l’impression que vous êtes plus allé à la pêche aux informations avec moi. Vous n’êtes pas des plus honnêtes vous non-plus alors. Vous voyez, vous ne valez pas mieux que lui si on vous compare mademoiselle.

Elle tourna le dos à la jeune femme et se dirigea vers la poubelle pour jeter ce qui lui restait de son plateau avant de déposer celui-ci sur le dessus. Elle enrageait complètement. Elle ne savait pas si la policière l’avait suivit, en fait, elle n’en avait que faire. Elle n’avait rien contre son père, s’était tellement évident, c’était pour sa qu’elle était aussi frustrée contre les Di Valastro. Elle ferma les yeux un instant et respira un bon coup. Il fallait qu’elle se reconnecte avec la réalité, elle avait encore quelques heures à faire ici et elle devait avoir la tête libre pour se consacrer à ses petits patients.



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Rencontre indésirable?

Revenir en haut Aller en bas

Rencontre indésirable?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Streets of Philadelphia :: General Hospital

-