Partagez | .
 

 Affaire n°1 : L'Etrangleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t325-laurel-stevenshttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t374-true-ou-not-pv-aidan-anna-laurelhttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t377-104-everything-happens-for-a-reason-except-for-the-things-you-mess-up-yourself
avatar


■ En ville depuis le : 03/11/2013
■ Messages : 143
■ Pseudo : /

■ J'ai : 27 ans
■ Je suis : Célibataire/en couple selon les jours - compliqué en somme.
■ Je suis : Flic à la criminelle
■ Mon adresse : Quartier Nord #104

■ Célébrité : Amber Head
■ © Avatar : Moi-même
■ Un sujet? : Oui

Laurel Stevens

Message(#) Sujet: Affaire n°1 : L'Etrangleur Sam 16 Nov - 11:17

Laurel était assez épuisée et nerveuse ces temps-ci. Un cercle vicieux s’était pas mal enclenché dernièrement depuis la nouvelle. Pour son travail, il fallait être en forme physiquement et mentalement or actuellement, elle dormait très mal et donc adieu le repos réparateur. Sans qu’elle ne puisse se contrôler, ses pensées voltigeaient un peu partout, s’attardant un coup sur Patrick, un coup sur Antonio et un coup sur tous les affaires criminelles traitaient et à traiter.

Par exemple, pour aujourd’hui, elle devait se plonger sur cette affaire de l’Etrangleur avec sa supérieure et William. Elle connaissait superficiellement l’histoire et n’avait pas eu dans l’immédiat le courage de faire des recherches supplémentaires. Elle ne pouvait plus que prier pour ne pas être trop à la traîne en cette matinée.

Malheureusement … sa prière ne fut pas trop entendue. Mackenzie était déjà là. Pour le coup être à l’heure ou à l’avance était carrément exclu. Pourquoi une telle volonté ? Elle aurait voulu finir tranquillement son café et remettre correctement ses idées en place, s’imprégner définitivement de cette ambiance travail. Pour le moment, elle était toujours dans le brouillard total. Enfin, on ne pouvait que le « deviner » au vu du soin qu’elle avait apporté à son make-up. Au moins, si elle n’était pas réveillée, qu’elle ne le laisse pas trop voir.

- Bonjour.

Elle posa ses affaires sur une chaise, accrocha sa veste et termina définitivement le café qu’elle avait en main. Il était assez corsé juste assez pour la réveiller et la tenir éveillée jusqu’à la fin de cette rencontre.

- Tu veux du café aussi ?

De temps en temps, cela lui arrivait de payer le café pour autrui. De toute façon, cela était toujours « remboursé » à coup de donut, d’aide sur le terrain ou d’autres cafés. A ce moment, William entra également dans la pièce. A lui également elle lança un bonjour bref suivit d’une offre de café.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t132-mac-being-in-a-relationship-is-a-full-time-job-so-don-t-apply-if-you-re-not-ready
avatar


■ En ville depuis le : 11/10/2012
■ Messages : 2461
■ Pseudo : Athéna

■ J'ai : 32 ans
■ Je suis : une jeune mariée!
■ Je suis : Capitaine, chef de la police
■ Mon adresse : Sud au #36

■ Célébrité : Evangeline Lilly
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : Athéna

■ Multicomptes : N/A
■ Un sujet? : Oui, peut-être un

Mackenzie E. Fletcher


break glass and call for help
.:
Message(#) Sujet: Re: Affaire n°1 : L'Etrangleur Dim 17 Nov - 4:15

La veille, Mackenzie avait prévenu son équipe : si aucune affaire ne leur atterrissait dessus, ils se penchaient sur l'affaire de l'Étrangleur. Aussi était-elle arrivée plus tôt, histoire de tout mettre en place sur son beau tableau blanc. Elle ne savait pas depuis combien de temps elle était là à fixer le tableau et à grimacer chaque fois que son regard se posait sur la photo de sa sœur – une des trop nombreuses victimes de l'Étrangleur – car voir cette photo ne lui rappelait que trop bien à quel point elle avait échoué. Ils avaient beau avoir la photo du type, un portrait robot, ils n'arrivaient pas à mettre la main sur lui. Il n'avait pas de casier judiciaire et Mackenzie commençait à croire qu'il n'avait aucun papiers en règle et qu'il y avait belle lurette qu'il avait changé d'identité. S'il avait eu ne serait-ce qu'un permis de conduire, ils auraient pu – en y mettant le temps – remonter jusqu'à lui grâce à la photo. Mais ils l'avaient fait en pure perte. Ils n'avait pu trouver aucun relevé qui démontrait qu'il possédait un permis ou même une voiture. C'était peut-être plus facile de fuir à pied que d'être pris dans un bouchon de circulation. Il attaquait la nuit, donc se fondre dans l'obscurité devait être plus facile et il devait donc passer plus facilement inaperçu.

Plus le temps passait, plus Mac se demandait où elle avait pu se tromper, qu'est-ce qu'elle avait pu oublier, quel indice elle n'avait pas abordé sur le bon angle. C'était là sous ses yeux, forcément. Alors encore une fois, elle récapitula le tout. La bijouterie de Sarah Hawthorne. Au départ, ç'avait l'air d'un simple vol qui s'était mal passé. La mise en scène laissait croire que le voleur s'était fait surprendre par la victime, George Andrews. Aidan lui avait certifié que tel n'était pas le cas. C'était lui qui l'avait d'ailleurs mise sur la piste d'un tueur en série. Après, l'Étrangleur avait été relativement tranquille. Il n'avait pas fait d'esclandre, il n'avait tué personne – en tout cas pas à Philly – et tout d'un coup, voilà qu'il s'en prenait à Evangelyne et à Liam Fitzpatrick. Là, l'Étrangleur avait vraiment manqué de chance. Evy s'était débattue comme un beau Diable et alerté par le bruit, Liam était intervenu. Il s'était fait poignardé, mais il avait quand même réussi à voir le visage de leur agresseur – Evy aussi – et il l'avait blessé. Malheureusement, pour la première fois qu'ils avaient accès à un échantillon d'ADN appartenant à leur moineau, ça n'avait rien révélé de concluant. L'ADN était fiché – ça voulait donc dire que leur homme avait déjà sévit ailleurs – mais personne n'avait pu l'identifier pour autant.

Cette histoire était entrain de la rendre dingue. C'était à peine si elle n'avait pas monté un tableau identique à celui qu'elle avait sous les yeux chez elle. Ce n'était pas parce que l'envie de le faire n'était pas présente, mais Mac s'était retenue de le faire. De un, Makan n'avait pas besoin de voir ça quand il rentrait à la maison et de deux, la jeune femme s'était dit que si sa sœur lui rendait visite, la dernière chose qu'elle aurait envie de voir, c'était bien son visage sur un tableau pareil. Mackenzie ne savait plus sous quel angle prendre cette affaire et elle commençait à se demander si Aidan n'aurait pas les contacts nécessaires afin d'en savoir plus. Si l'idée était tentante, la jeune femme s'empêchait pourtant d'y recourir. La situation était légèrement tendue entre son frère et elle depuis quelques temps. Le clash du chalet n'avait pas été complètement oublié des deux côtés et c'était à peine s'ils s'étaient adressés la parole au Bal masqué... mais n'empêche que Mackenzie se demandait quand même si elle devait piler sur son orgueil et demandé un second service à son truand de frère. L'idée qu'il allait lui demander un truc monstre en échange – comme le fait qu'il serait fort capable de lui demander d'être le parrain du bébé qu'elle aurait peut-être un jour – la retenait! Néanmoins, la policière savait qu'elle devrait peut-être un jour avoir recours à son frère et que ce jour-là, acculée le dos au mur, elle devrait faire face.

La jeune femme était perdue dans ses pensées lorsqu'une voix la tira de ses pensées. En tournant la tête, Mackenzie vit que Laurel venait de faire son entrée et lui offrait du café. C'était mal de sa part de lui proposer une tasse d'une de ses drogues préférées. Si elle en prenait un autre, ça serait son quatrième depuis le saut du lit et elle entendait déjà Makan lui dire qu'il fallait qu'elle en prenne moins parce que ce n'était pas bon pour sa santé. Être mariée avec un médecin avait ses bons côtés, mais parfois, il y en avait de moins agréables!

- Salut. Et merci pour le café, mais non. Vaut mieux pas si je ne veux pas me faire disputer par mon mari. répondit la jeune femme en faisant une grimace avant de reporter son attention sur le tableau, encore une fois à la recherche de ce qu'elle ne voyait pas qui était pourtant sous ses yeux. Je crois qu'il va falloir se résigner à retourner, encore une fois, questionner tout le monde. ajouta-t-elle avant de pousser un soupir de lassitude.


No point in talking what you should have been
And regretting the things that went on
Life's full of mistakes, destinies and fate
Remove the clouds look at the bigger picture
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 12/10/2013
■ Messages : 68
■ Pseudo : Spider pig

■ J'ai : 29 ans
■ Je suis : En couple avec Ophélia
■ Je suis : policier à la criminel
■ Célébrité : Kellan Lutz
■ © Avatar : Shyia
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Ouvert

William T. Jefferson

Message(#) Sujet: Re: Affaire n°1 : L'Etrangleur Jeu 21 Nov - 22:52

Lorsqu’il eut entré dans le poste de police et qu’il vit les deux jeunes femmes dans le bureau de Mackenzie, il regarda sa montre pensant qu’il était en retard. Mais non, il avait un bon quinze minutes d’avance comme d’habitude. Il prit une gorgée de son café, il l’apportait toujours frais fait de la maison. Ça évitait des dépenses inutiles et il pouvait avoir sa drogue matinale. Sans caféine, il n’était pas fonctionnel. Il déposa son café sur son bureau, déposa sa veste sur sa chaise avant de prendre son dossier, celui qu’il avait monté de son côté, les gens qu’il avait interrogé, les preuves recueillit, bien entendu, Mackenzie en avait une copie, mais l’original, il préférait le garder et le traîner avec lui pour l’étudier. Ce qu’il avait fait la veille. Il avait lu, relu toutes ses notes, il ne trouvait rien de plus que ce qu’ils avaient déjà.

Il se rendit dans le bureau, rejoignant les deux jeunes femmes, Laurel lui offrit un café, il leva sa tasse en la remerciant. Il écouta Mackenzie dire qu’il allait falloir se résigner à réinterroger tout le monde. Il hocha la tête, il était d’accord. La première fois, elle avait interrogé les deux victimes seules. L’une des victimes était sa sœur, l’autre un membre de gang. Avait-elle pu être biaisée par le traumatisme de la situation? Ce serait normal non? Après tout, sa sœur avait faillit mourir, elle avait perdu l’enfant de qui elle devait être la marraine, il était normal qu’elle soit bouleversé de la situation. Comment apporter son point sans heurter la sensibilité de son supérieur?

-Je crois aussi que nous devrions reprendre les interrogatoires. Cependant, je crois qu’il serait mieux de les faire à deux, quelques fois, à deux,  l’un arrive à voir ce que l’autre manque. Ce n’est pas toujours évident de voir l’ensemble, quelques fois aussi il peut y avoir des détails qu’ils leur soient revenue en mémoire et qu’ils n’auraient pas pensé.

Après tout c’était vrai, quelques fois en ce concentrant sur les questions, on pouvait manquer un mouvement involontaire, une étincelle dans l’œil qui dirait « oh, j’ai oublié ça », ou bien encore « Non, je ne peux pas dire ça, ils font croire que je suis fou ou folle ». Mackenzie savait mieux que lui qu’il avait raison, la première fois aurait dû se passer comme ça aussi, mais comme les deux victimes étaient mal en point, elle avait insisté pour faire les interrogatoires par elle-même, il n’avait pas comprit pourquoi. Elle aurait dû lui laissé l’un de deux comparses. Il se demandait toujours à ce jour pourquoi elle avait gardé les deux.

-On doit ramener ou aller voir les deux victimes à nouveau, leur proche aussi, revoir les bandes vidéos du Fairy aussi, interroger les autres employés avec le portrait robot. La scène a été pollué depuis longtemps, mais il faut quand même tout revoir et passé au labo voir s’ils ne pourraient pas tenter de trouver d’autres indices sur ce qu’ils ont trouvé sur la scène de crime. On piétine, mais j’ai la sensation que nous avons manquez quelques pas vous? Ça me ronge vraiment tout ça.

C’était le cas, il ne pouvait plus dormir tranquille, cet homme pouvait s’attaquer à n’importe qui, sa copine aussi. Il ne voulait que personne d’autre ne soit victime de cet homme. De plus, les gens commençaient à passer des commentaires, un meurtre, deux tentatives de meurtres et les flics n’arrivaient à rien. Ce n’était pas normal pour la population, ils étaient pointés du doigt.


Dernière édition par William T. Jefferson le Dim 5 Jan - 23:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t325-laurel-stevenshttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t374-true-ou-not-pv-aidan-anna-laurelhttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t377-104-everything-happens-for-a-reason-except-for-the-things-you-mess-up-yourself
avatar


■ En ville depuis le : 03/11/2013
■ Messages : 143
■ Pseudo : /

■ J'ai : 27 ans
■ Je suis : Célibataire/en couple selon les jours - compliqué en somme.
■ Je suis : Flic à la criminelle
■ Mon adresse : Quartier Nord #104

■ Célébrité : Amber Head
■ © Avatar : Moi-même
■ Un sujet? : Oui

Laurel Stevens

Message(#) Sujet: Re: Affaire n°1 : L'Etrangleur Mar 26 Nov - 11:48

L’un comme l’autre refusa la proposition de café de Laurel. Sa supérieure semblait avoir eu son quota de caféine au vu de sa remarque sur son mari médecin. C’était pratique un médecin mais si c’était pour reprendre chaque mauvaise habitude, elle deviendrait vite folle. De ce point de vue-là, elle ne pouvait qu’admirer cette femme. Quant à Wiliam, il avait déjà son petit café.

Les deux flics commençaient à spéculer et à explorer les différentes pistes. Pour sa part, elle préférait se lever et jeta à nouveau un coup d’œil au tableau synthétisant l’affaire. Oh elle écoutait toujours et était pour réinterroger les témoins. Cependant, un des soucis de cette affaire était que la sœur de Mackenzie y était liée.

Ainsi, et comme William l’avait judicieusement et gentiment relevé, il y avait quelques incohérences ou des procédures mal faites. On n’interrogeait pas des témoins seule, il fallait encore une autre personne avec soi. Son plus gros désavantage comparé à ces deux-là étaient qu’elle n’a pas été présente à l’affaire à l’instant T.

Ou alors, était-ce un avantage ? Elle pourrait voir autre chose, ce qu’ils ne pouvaient.

Dans tous les cas, elle s’immergeait enfin dans cette affaire et oublier un court instant sa vie privée. Oui, son boulot était une des choses qui la stimulait. Il fallait réfléchir, il fallait pressentir un peu … Ajoutons à cela une partie terrain. Enfin, ces actions aidaient les gens.

Et l’Etrangleur devait être rapidement derrière les barreaux pour rendre les rues plus sûres d’une et redorer la réputation des flics de deux.

- Est-ce que les victimes ont un lien ou un point commun ? L’histoire, la couleur de peau, le style de vie … Je ne sais pas si cela peut nous mettre sur une piste. Il faudra réinterroger les témoins en prenant en compte cela. Aussi je me demande si on ne devrait pas regarder les bandes avant et après affaire. Peut-être qu’un type un peu suspect a pu traîner bien avant ou alors revenir juste après. Il faudrait savoir s’il se terre toujours en ville ou s’il ne prépare pas sa valise pour ailleurs.

Elle ne savait pas du tout si elle était sur la bonne piste. Les pistes de Will et Mackenzie étaient intéressantes mais il manquait des compléments à son goût. Il fallait compléter cette étude à froid et non refaire la même chose qu’à l’époque, où l’affaire était bien « chaude ».

- Il faudra compléter vos pistes par de nouvelles hypothèses. Comme dit, les pistes ne seront plus si fraîches.

Elle aurait également voulu ajouter que peut-être le criminel pouvait revenir et achever sa tâche. Bien entendu elle se tut pour cette dernière, ne voulant pas d’avantager stresser sa supérieure.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t132-mac-being-in-a-relationship-is-a-full-time-job-so-don-t-apply-if-you-re-not-ready
avatar


■ En ville depuis le : 11/10/2012
■ Messages : 2461
■ Pseudo : Athéna

■ J'ai : 32 ans
■ Je suis : une jeune mariée!
■ Je suis : Capitaine, chef de la police
■ Mon adresse : Sud au #36

■ Célébrité : Evangeline Lilly
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : Athéna

■ Multicomptes : N/A
■ Un sujet? : Oui, peut-être un

Mackenzie E. Fletcher


break glass and call for help
.:
Message(#) Sujet: Re: Affaire n°1 : L'Etrangleur Jeu 28 Nov - 18:02

Avait-elle commis une grossière erreur en interrogeant les victimes et/ou témoins de ces affaires-là toute seule? Non. Elle était seule sur les lieux et la plus gradée, c'était donc à elle qu'était revenu la lourde tâche de faire ce qui devait être fait et de prendre les décisions qui s'imposaient. Dans un monde idéal, elle n'aurait jamais dû travailler seule, elle aurait dû avoir un partenaire, mais encore une fois, ce monde n'était pas idéal et les effectifs manquaient, c'était la réalité. Dure, certes, mais tout de-même un fait avec lequel Mackenzie avait dû apprendre à composer. Avait-elle mis des gants blancs lorsqu'elle avait interrogé sa sœur? Oui, Mac n'avait pas honte de l'admettre, elle l'avait ménagée. Mais elle savait aussi qu'Evangelyne lui avait dit absolument tout ce qu'elle savait, tout ce dont elle se rappelait. Mackenzie n'avait pas eu à revenir 100 fois sur un même point, elle savait que sa sœur – malgré l'épreuve qu'elle traversait – ferait de son mieux pour l'aider à mettre la main sur le type en question. De toute manière, Evy savait également que sa sœur ferait tout ce qui était en son pouvoir pour le jeter au fond d'une cellule.

Aussi, lorsque Stevens suggéra de chercher à ravoir les bandes vidéos, Mackenzie tiqua légèrement. Après tout ce temps, ces bandes de surveillance avaient été effacées. Et sans date précise, il était difficile de savoir où et quand chercher exactement. Avec la malchance qui la caractérisait, Mac était sûre que ça serait un coup d'épée dans l'eau. Néanmoins, ça valait le coup d'essayer. Le point commun que suggéra Stevens fit frémir Mackenzie, mais elle parvint à le dissimuler en contemplant son tableau. Si ses deux collègues fouillaient bien, ils pourraient faire tout un tas de liens possibles et Mackenzie redoutait un peu ce que cette fouille allait bien pouvoir faire remonter à la surface. A commencer par ses satanés liens avec les Irlandais. Elle n'en voulait pas, mais elle devait vivre avec. Mais la jeune femme n'était pas au bout de ses surprises, puisque Jefferson suggérait d'aller chercher ou d'aller interroger tout le monde à nouveau... à deux cette fois-là.

- Bon... vous vous chargerez d'interroger ma sœur à nouveau, mais vous le faite chez elle. Il est hors de question que vous la traîniez jusqu'ici. Déjà que ce sont de très mauvais souvenirs desquels elle se remet tout juste, je refuse qu'elle soit stressée parce que vous l'amenez jusqu'ici.

Sur celle-là, Mackenzie ne ferait aucune espèce de concession. Sa sœur était la victime, elle n'avait pas à être traînée jusqu'au poste de police pour un interrogatoire qui pourrait très bien se tenir dans son salon. Sans compter qu'Evangelyne serait forcément plus à l'aise sur son propre terrain. Déjà qu'avec son passé – fouttu grâce à leur géniteur – elle ne devait pas avoir une trop grande confiance dans les forces de l'ordre... Si ça n'avait été que d'elle, Mackenzie se serait occupée de cet interrogatoire, mais là, elle devait tirer sa révérence afin de s'occuper d'un client un brin plus compliqué. Elle ne laisserait pas Jefferson et Stevens aller au « Shamrock » pour interroger Liam. Mac était peut-être un peu folle, mais elle ne les jetterait pas dans la gueule du loup. Aidan et Liam ne seraient vraiment pas contents qu'elle leur envoie des flics – et la raison leur importait peu – alors qu'elle aurait pu le faire elle-même. La première chose qu'ils sauraient, c'était qu'Aidan ferait appel à son ténor du barreau et que Stevens et Jefferson n'obtiendraient absolument rien de Liam parce que Ronan l'empêcherait de parler, histoire de ne pas se mettre dans l'eau bouillante. Alors que si c'était Mackenzie qui y allait et qu'elle le faisait toute seule, elle arriverait à interroger Liam sans la présence de MacDermott. Comment leur faire avaler celle-là maintenant? Ah! Elle avait peut-être sa petite idée maintenant.

- Pendant ce temps-là, je vais aller voir Fitzpatrick. Lui et O'Reilly n'aimeront pas voir le pub envahi par les flics et ils ne parleront pas. Par-contre, si j'y vais toute seule, Fitzpatrick sera plus enclin à me répondre puisqu'il me connaît déjà et qu'il connaît mon mari.

Mackenzie adressa des excuses silencieuse à Makan, elle n'aimait pas se servir de lui comme elle venait de le faire. Elle savait cependant qu'il ne lui en voudrait pas et qu'il comprendrait qu'il était préférable de faire avaler son histoire à ses collègues ainsi plutôt qu'en leur disant que Liam ferait tout ce qui était en son possible pour lui répondre puisqu'elle était la sœur d'Aidan, son chef et meilleur ami. Entre les deux, Mac préférait prendre l'option la plus facile à expliquer!

- Pour les bandes de surveillance, il vous faudra sans doute demander un mandat et le présenter à Raffael. Il ne m'en a pas demandé à l'époque, mais comme ce n'est pas moi qu'il verra... Faites-vous aussi à l'idée qu'il est fort probable que ces bandes aient été effacées depuis longtemps. Notez également que si Raff est présent lors de l'interrogatoire d'Evangelyne, il peut parfois être un peu brusque. Il n'est pas méchant, au contraire, mais comme tout bon italien qui se respecte, il est très protecteur vis-à-vis ses proches.

Elle l'avait appris à ses dépens le jour du meurtre d'Andrews dans la bijouterie de Hawthorne! Elle avait légèrement chatouillé le Parrain et Raffael l'avait tout de suite accusée de ne pas chercher au bon endroit. Mackenzie préférait donc prévenir Stevens et Jefferson de ce qui les attendait. Quoique... elle aurait bien aimé être un petit oiseau afin de voir comment son tout nouveau beau-frère accueillerait les deux flics! Mac devrait se contenter de leur rapport. Dommage. Quoique... Evy pourrait tout lui raconter en détails!


No point in talking what you should have been
And regretting the things that went on
Life's full of mistakes, destinies and fate
Remove the clouds look at the bigger picture
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 12/10/2013
■ Messages : 68
■ Pseudo : Spider pig

■ J'ai : 29 ans
■ Je suis : En couple avec Ophélia
■ Je suis : policier à la criminel
■ Célébrité : Kellan Lutz
■ © Avatar : Shyia
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Ouvert

William T. Jefferson

Message(#) Sujet: Re: Affaire n°1 : L'Etrangleur Dim 5 Jan - 23:19

Il regardait les dossiers qu’il avait dans les mains écoutant ses deux collègues d’une oreille, gardant que les informations importantes en tête. Reprendre tous les interrogatoires, ménager la sœur et faire face à son conjoint protecteur. Il pouvait comprendre cette partie-là. Si quelqu’un faisait du mal à Ophélia, il ne le supporterait pas. Il ne pouvait qu’imaginer ce que ressentait ce type, peu lui importait qu’il soit le fils du parrain, le fait était qu’on avait fait mal à son conjointe et qu’ils avaient perdu leur bébé, c’était inacceptable. Il leva les yeux vers Mackenzie, ce ne devait pas être simple non plus dans cette situation, sa demi-sœur, le fils du parrain de la mafia et le bras droit du chef des Irlandais. Quel méli-mélo cette histoire. Il aurait aimé interroger l’Irlandais, il aurait aimé savoir ce qu’il faisait là exactement et pourquoi il était dans cette ruelle. Il acquiesça à ce que disaient ses deux collègues.

-Les pistes ne seront plus très fraîches, mais justement nous les regarderont d’un œil nouveau. Je crois aussi que Raffael aura toujours ses bandes. Il est protecteur, vous l’avez dit vous-même Mackenzie. Il aura gardé tout ce qui pourrait nous aider, j’en suis sur. Cependant, je suis d’accord que nous sommes mieux d’arrivée avec un mandat pour les vidéos. Il va falloir l’aborder avec tact aussi si on ne veut pas se retrouver avec un homme sur ses gardes et qui ne veut plus nous répondre.

Il laissa ses dossiers sur le bureau de sa chef et en prit un autre, celui de Fitzpatrick. Mackenzie avait abordé que son mari le connaissait. Il ne se souvenait pas de cette information. Il lit le dossier en diagonale, il vit que Liam avait été sauvé de la mort par Makan Kealoha. Le légiste lui avait donc sauvé la vie et maintenant l’Irlandais sauvait la sœur de leur chef. Tiens donc, une puce venait de se glisser à l’oreille de Will.

-C’est tout de même toute une coïncidence que votre mari sauve la vie du bras droit des Irlandais et que ce dernier sauve celle de votre sœur par la suite. Vous devriez peut-être explorer cette avenue lorsque vous interrogerez Fitzpatrick. On ne sait jamais, il a peut-être déformé la vérité lorsqu’il a donné son alibi.

Il leva les yeux du dossier, peut-être était-il complètement dans le champ, mais tout de même. L’ambiance semblait lourde soudainement dans le bureau. Était-ce son imagination ou est-ce que ce qu’il venait de dire avait touché quelque chose qu’il ne comprenait pas? Il se racla la gorge avant de continuer.

-Pour votre sœur, ne vous en faites pas. Nous savons que tout ça à été dur pour elle, je voudrais simplement l’aider à peut-être se rappeler certains détails. Quelques fois avec le recul des choses, même infiniment petite nous reviennes et se révèle important. Je pense que nous devrions peut-être aller sur la scène de crime avec quelqu’un de la police scientifique, cette personne pourrait peut-être voir des choses qui nous échappent.

HJ: désolé pour le délai.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t325-laurel-stevenshttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t374-true-ou-not-pv-aidan-anna-laurelhttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t377-104-everything-happens-for-a-reason-except-for-the-things-you-mess-up-yourself
avatar


■ En ville depuis le : 03/11/2013
■ Messages : 143
■ Pseudo : /

■ J'ai : 27 ans
■ Je suis : Célibataire/en couple selon les jours - compliqué en somme.
■ Je suis : Flic à la criminelle
■ Mon adresse : Quartier Nord #104

■ Célébrité : Amber Head
■ © Avatar : Moi-même
■ Un sujet? : Oui

Laurel Stevens

Message(#) Sujet: Re: Affaire n°1 : L'Etrangleur Dim 2 Fév - 16:45

Laurel se laissait submerger par ce flot d'informations, les assimilant et essayant de faire de nouveaux liens entre. Aussi fou que cela puisse paraître, chaque meurtre - ou tentative de meurtre si l'on voulait dans ce cas - avait une logique. Par exemple, les meurtres passionnels étaient régis par la jalousie excessive d'un partenaire et les meurtres d'enfants, c'était toujours des mecs traumatisés par leur enfance ou ayant perdu un enfant tragiquement ( le meurtre suivant toujours une catégorie d'enfants d'un même âge). Voilà des analyses qui pouvaient paraître horrifiantes ou froides mais c'était la dure vérité.

Dans notre cas, était-ce un fou furieux de jeune fille ? Une vieille connaissance extrêmement rancunière envers elle ou envers le partenaire ou envers la famille, comme Mac ? Ou un simple type qui n'aimait pas voir des nanas en pleine rue à certaines heures ... Elle énumérait silencieusement cette petite liste, tout en continuant d'écouter les autres.

Elle tiqua un tantinet lorsque leur supérieur imposait que l'interrogatoire d'Evangelyne se passe chez elle et non ici. Cela rappelait juste douloureusement à quel point il était compliqué de mener une enquête sereinement si un proche d'un coéquipier y était impliqué. Que ce soit pour l'interrogatoire ou même les pistes exploitables, il était difficile de tout dire ou alors continuer une réflexion en ignorant l'autre. Un autre exemple illustra ces propos lorsque Will instaura un certain malaise dans la pièce avec sa remarque. Cette dernière n'était d'ailleurs pas stupide.

Coïncidence ? Laurel ne croyait plus en ces choses-là depuis ses débuts dans la police. La désillusion fut totale au bout de trois enquêtes tout de même.

Laurel se demandait si cela venait de Mac ou si ce n'était qu'une désagréable sensation étant le pur produit de son esprit tourmenté. Elle garda à nouveau ses pensées pour elle pour suivre le reste de la discussion, notant contentieusement sur un bout de papiers les différents axes à exploiter.

Donc si elle résumait bien :

D'une, il fallait réinterroger Evangelyne. A priori, c'était elle et William qui allaient en être chargé. En parallèle, Mac se chargeait de Liam, la seconde victime.
De deux, il fallait aller revoir les bandes et réexaminer la scène de crime avec quelqu'un. Elle préférait opter pour le duo suivant : Mac et elle pour les vidéos et Will pour la scène. Cependant, au vu des paroles de Mac, il semblerait qu'il faut revoir l'agencement. Il faut voir surtout avec la supérieure.

- Nous ferons attention de ne pas la brusquer. Ce n'est pas l'objectif, surtout si elle est la victime. Ensuite pour le lieu, cela ne me dérange pas non plus. Tant qu'elle est à son aise en parlant.

Elle se leva pour se dégourdir un peu les jambes et regarder William et Mac.

- Dans ce cas là, la police scientifique est évidemment nécessaire. A chaud, on peut rater des choses. A froid, on va en rater. Sauf eux ... ils sont plus avertis.

Enfin c'était également leur métier d'être toujours plus au fait, plus vigilant et plus rigoureux qu'un flic. Ces derniers n'étaient pas parfaits non plus et ne pouvaient pas gérer les superbes actions (ou ratées, tout dépendait de la mission) et remarquer chaque détail d'une scène.

- Ensuite, est-ce qu'il y a moyen de contacter éventuellement d'autres départements si l'Etrangleur a fait quelques victimes ailleurs ?

Voilà peut-être un rêve que d'imaginer une bonne entente entre tous les départements . ET même, l'idée semblait un peu folle ... à moins que Mac ou WIll ne se sont chargés de tout récupérer et là, elle avait manqué un gros détail. Dans ce cas là, honte à elle.

- Comment allons-nous procéder pour la suite ?


Elle le demanda mais déjà elle avait une idée ou plutôt une préférence.

- Je voudrais bien m'occuper des bandes. Tout ce qui est mandat et tout ce qui est visionnage. Si je termine plutôt vite, je pourrais apporter une main forte sur les autres pistes.


C'était peut-être idiot à dire mais Laurel s'amusait plus à regarder en boucle une même scène que d'aller chercher un petit indice parmi une foule grouillante ... c'était comme chercher une aiguille dans une botte de foins. l'écran était plus facile pour elle : elle était assise et pouvait se moquer plus ou moins des pauvres clients - si et si seulement le propriétaire ne traîner pas dans le dos- .
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t132-mac-being-in-a-relationship-is-a-full-time-job-so-don-t-apply-if-you-re-not-ready
avatar


■ En ville depuis le : 11/10/2012
■ Messages : 2461
■ Pseudo : Athéna

■ J'ai : 32 ans
■ Je suis : une jeune mariée!
■ Je suis : Capitaine, chef de la police
■ Mon adresse : Sud au #36

■ Célébrité : Evangeline Lilly
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : Athéna

■ Multicomptes : N/A
■ Un sujet? : Oui, peut-être un

Mackenzie E. Fletcher


break glass and call for help
.:
Message(#) Sujet: Re: Affaire n°1 : L'Etrangleur Dim 16 Fév - 23:35

Mackenzie tenta de garder son calme lorsque Jefferson fit un commentaire comme quoi Liam avait peut-être trafiqué son alibi. Objectivement, il avait raison, c'était une possibilité. En temps normal, Mac n'aurait jamais cru Liam sur parole, sauf que les circonstances étant ce qu'elles étaient, la jeune femme savait qu'elle pouvait lui faire confiance. De tous les criminels avec lesquels Mackenzie avait dû composer, Liam et Aidan étaient quand même les plus coopératifs. Et pour cause. Si Aidan n'avait pas été son frère, il n'aurait jamais tenté de l'aider à sa manière par le passé. C'était même lui qui lui avait donné un tuyau concernant ce satané Étrangleur. Bon, Mac avait fait ses devoirs et connaissait bien son affaire, mais Aidan avait quand même tenté de lui filer un coup de pouce parce qu'elle était sa sœur. C'était étrange de réaliser tout ce qu'il avait pu faire pour elle alors qu'instinctivement, elle le repoussait sans cesse. Enfin! Pour le moment, elle avait d'autres chats à fouetter... et il fallait qu'elle compose avec ce que venait de dire Jefferson. Enfin! Du moment qu'ils ménageaient Evy, Mackenzie n'interviendrait pas. Mais si jamais elle apprenait qu'ils avaient mis sa sœur mal à l'aise pour une raison ou pour une autre, Mac botterait des derrières. Fort. Très très fort. Après ce qu'Evangelyne venait de traverser, ce n'était pas le moment de la pousser à beau.

- L'accident de Fitzpatrick remonte à des années, soit bien avant que je ne commence à sortir avec Makan. Sans compter que le témoignage de ma sœur corrobore ses dires. Mais d'un autre point de vue, ça peut être Di Valastro qui soit visé : ma sœur vit avec le fils de Di Valastro. Le gardien de nuit qui a été tué dans la bijouterie travaillait pour la nièce du Parrain... Dans ce cas de figure, Fitzpatrick serait un dommage collatéral. Pareil que pour Andrews dans la bijouterie.

Mais Mac n'y croyait pas tellement. Certes, c'était quand même gros que plusieurs victimes aient un lien quelconque avec le Parrain, mais son instinct lui soufflait que s'ils continuaient sur cette piste, ils perdraient du temps. Mackenzie était d'avis que le type avait eu besoin de fric et il avait planifié son coup pour la bijouterie. Il aurait pu choisir un dépanneur ou un autre commerce, mais c'était la bijouterie qui l'avait attiré. Sans doute pensait-il y trouver beaucoup d'argent. Ou des pierres précieuses... même si elles seraient invendables une fois le vol déclaré. Mais leur homme n'avait pas fait main base sur lesdites pierres. Non, il avait pris l'argent et tué l'agent de sécurité parce que ce dernier l'avait surpris. Quant à Liam, Mackenzie savait qu'il était une victime collatérale. Il s'était précipité pour porter secours à Evy et c'était comme ça qu'il s'était retrouvé à l'hôpital. Quant à sa sœur... Mac était aussi d'avis que c'était une victime de circonstances. Une autre personne serait sortie à sa place que l'Étrangleur lui aurait fait sa fête également. Non, ce malade ne planifiait pas ses coups, il n'emportait pas de trophée. C'était l'adrénaline qui le tenait, c'était le « hasard » qui déterminait qui serait la prochaine victime.

- Non. N'importe qui aurait passé cette porte ce soir-là, l'Étrangleur aurait frappé. Fitzpatrick est un dommage collatéral. C'est plus obscure concernant Andrews, mais je penses aussi que l'Étrangleur s'est fait prendre sur le fait et il ne voulait pas laisser de témoin derrière lui.

Sans compter que Mackenzie avait confiance en Liam. Pour des raisons qu'elle ne pouvait malheureusement pas dévoiler. Ça l'emmerdait sérieusement de devoir aller l'embêter au pub pour lui poser à nouveau les mêmes questions, mais elle n'avait pas le choix. Elle savait que si elle ne le faisait pas, ça paraîtrait suspect aux yeux des autres. Mais Max savait que Liam avait été pleinement coopératif et qu'il ferait tout ce qu'il pourrait pour lui venir en aide. Il se sentait coupable alors qu'il avait tout fait pour venir en aide à Evangelyne... Bref, si Mackenzie pouvait lui épargner des soucis en se pointant elle-même pour l'interroger, elle le ferait. Son gorille préféré méritait bien un petit coup de pouce après tout!

La jeune femme contemplait son tableau comme si un détail pourrait lui permettre de démêler toute l'affaire, mais elle savait bien qu'ils n'avaient pas tous les détails. Ce fut ce moment-là que Stevens choisit pour demander s'ils pouvaient contacter d'autres départements. C'était fait, Mackenzie avait faire le tour des états voisins, mais rien. Cette fois-ci, il faudrait peut-être songer à étendre un peu plus loin la recherche. Ça valait le coup d'essayer, mais la brunette commençait à croire que ça serait un second coup d'épée dans l'eau. Au cours de ses recherches, tout ce qu'elle avait pu dénicher, c'était que le type avait frappé dans d'autres états, mais les flics chargés de l'enquête en étaient tous au même point qu'elle : ils faisaient du surplace. Mais bon, par acquis de conscience, Mackenzie laisserait Stevens s'occuper de recontacter tout le monde. Elle en aurait pour un bon bout de temps!

- J'ai cherché dans toute la Pennsylvanie et les états alentours, mais tu peux étendre plus loin, voire même faire toute la côte Est.

Renvoyer la scientifique sur les lieux, voilà ce que proposait Stevens. Depuis le temps qui s'était écoulé, Mac doutait que ça serve à quelque chose, mais bon, encore une fois par acquis de conscience, elle le ferait. Elle ferait cependant appel à Lokelas. Son beau-frère était consciencieux et il ne tremblerait pas dans ses bottes parce qu'elle le houspillerait un peu. Parfois, ç'avait du bon de travailler avec sa famille, ça lui épargnait bien des maux de tête de pouvoir compter sur eux, sachant qu'ils feraient bien leur boulot. Mac pris donc la décision de contacter Lok personnellement au moment où Stevens demandait à s'occuper du visionnement des bandes. N'importe quand! Mackenzie se ferait un plaisir de l'installer dans le minuscule cagibit qui leur servait de salle de visionnement. La brunette devenait clautrophobe là-dedans alors se « priver » d'une occasion de ne pas y mettre les pieds? N'importe quand!

- Ah mais je t'en prie, fais-toi plaisir! Je te cède ce boulot-là avec joie! Pour la scientifique, je vais demander Kealoha. C'est le seul qui me semble être en mesure de retrouver des preuves si jamais il y en a encore sur place.

Au moins, on ne pourrait pas dire qu'elle ne mettait pas tout en œuvre pour avoir les services des meilleurs éléments de la police!


No point in talking what you should have been
And regretting the things that went on
Life's full of mistakes, destinies and fate
Remove the clouds look at the bigger picture
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 12/10/2013
■ Messages : 68
■ Pseudo : Spider pig

■ J'ai : 29 ans
■ Je suis : En couple avec Ophélia
■ Je suis : policier à la criminel
■ Célébrité : Kellan Lutz
■ © Avatar : Shyia
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Ouvert

William T. Jefferson

Message(#) Sujet: Re: Affaire n°1 : L'Etrangleur Mar 22 Avr - 23:36

-C’est ce que je ne comprends pas. Pourquoi l’étrangleur a-t-il commencé par un vol banal pour terminé par ce prendre pour un tueur? Il a changé de mode opératoire en court de route ça ne colle pas. Je crois qu’il faut reprendre du début dans un autre angle. Evangelyne et Liam n’ont pas été choisit, comme vous Mackenzie, je crois que peu importe qui aurait sortit il aurait été la victime de notre étrangleur.

Les idées défilaient dans sa tête. Se bousculaient en fait était le terme exact. Sa chef semblait tenir mordicus à interroger Liam Fitzpatrick, se défendant même que l’accident de l’Irlandais était arrivé bien avant le début de sa relation avec Makan. Il sentait qu’il y avait quelque chose là-dedans, comme si elle ne voulait pas que Laurel ou lui n’interroge l’homme. Peut-être aussi que c’était simplement lui qui fabulait. Dans son métier le doute se retrouvait partout et on se posait des questions sans cesse. Mais s’il commençait à se méfier de sa propre équipe, ce ne serait pas évident de faire son travail. Il devait faire confiance à la jeune femme. Laurel voulait s’occuper des bandes. Parfait, il n’avait rien à redire à ce niveau. Il préférait ne pas avoir affaire au fils Di Valastro, du moins pas dans ce contexte. Déjà qu’il allait devoir interroger sa conjointe à nouveau et probablement en sa présence.

--De mon côté je pense reprendre la recherche dans les autres États. Je vais me concentrer surtout sur les vols, les vols de bijouterie, les antécédents aussi, ceux qui auraient utilisé le fil de fer comme arme de défense… enfin tout ce qui pourrait nous rapprocher de notre homme. Je crois, je me trompe peut-être, mais je crois la mort du gardien de nuit était son premier vrai meurtre et ça l’a enivré, ça a déclenché quelque chose en lui.

Laurel proposa que la police scientifique soit remise à contribution, qu’ils pourraient voir même à froid, des choses qu’ils auraient manquées. Mackenzie était d’accord et elle proposa de travailler avec Lokelas. D’accord, c’était son beau-frère, mais elle avait raison, ce jeune là était un cerveau sur deux pattes et il était difficile de lui faire manquer quelque chose. Il était le meilleur du laboratoire. Will hocha la tête.

--Je suis d’accord, Lokelas est un vrai professionnel malgré son jeune âge. Il est le seul à pouvoir tout éplucher sans rien manquer avec une bonne vitesse. Il nous sera utile sur le coup.

HJ: Tellement, mais tellement désolé j'avais complètement oublié le sujet et j'ai été très pris par plusieurs chose aussi. :(
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Affaire n°1 : L'Etrangleur

Revenir en haut Aller en bas

Affaire n°1 : L'Etrangleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Streets of Philadelphia :: 
Philadelphia Police Department

-