Partagez | .
 

 Two people in love, alone, isolated from the world, that's beautiful.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t351-anastasia-life-is-like-riding-a-bicycle-to-keep-your-balance-you-must-keep-moving#7879
avatar


■ En ville depuis le : 30/01/2014
■ Messages : 50
■ Pseudo : Sparkle

■ J'ai : 32 ans
■ Je suis : en couple depuis 15 ans
■ Je suis : Maire de Philadelphie
■ Mon adresse : Est: #735

■ Célébrité : Jennifer Morrison
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : orladark

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Why not?

Anastasia Z. Kamenski

Message(#) Sujet: Two people in love, alone, isolated from the world, that's beautiful. Mer 19 Fév - 0:43

Ce soir-là, ils célébraient leur 15e anniversaire. Anastasia avait tu mal à croire que déjà 15 ans s'étaient écoulées depuis ce fameux soir où il l'avait raccompagnée chez elle parce qu'elle s'ennuyait à la soirée... et qu'elle en avait plus qu'assez de le voir reluquer une autre fille. Et finalement, il n'y avait pas une seule journée au cours de ces 15 ans où elle avait regretté d'être allée à cette fête qu'organisait le copain de sa meilleure amie. Non, au final même si elle s'était ennuyée ferme jusqu'au moment du départ et que le garçon qui l'avait accompagnée avait essayé de la peloter, Stasia ne regrettait aucunement cette soirée. C'était à cause de ce soir-là qu'elle était désormais avec Nikolaï. Tout ça à cause d'un film d'horreurs et parce qu'elle avait eu le réflexe de faire comme elle faisait chaque fois : se cacher la tête dans son épaule afin de ne pas voir les trucs dégueux sur l'écran de la télé. Depuis cette nuit-là, Anastasia avait un attachement particulier pour les films d'horreurs... et ne ratait jamais l'occasion d'en visionner un avec l'homme qui partageait sa vie.

Stasia rectifia son maquillage en se regardant dans la glace dans les toilettes des dames du restaurant et une fois qu'elle fut satisfaite de son apparence, la jeune femme rangea son poudrier et son tube de rouge à lèvres dans son petit sac à main et le referma d'un petit coup sec. Son homme l'attendait à la table qu'il avait réservée, chose qu'ils faisaient à chacun de leurs anniversaires. Tradition oblige, Stasia avait également fait des folies dans les boutiques. En effet, à chaque années, Anastasia faisait un achat qui ferait en sorte que leur soirée se termine en beauté. La première fois, c'était plus par jeu que pour aguicher son homme, mais avec le temps, Stasia avait commencé à y prendre du plaisir. Le simple fait de voir les yeux de son homme briller quand il la voyait lui plaisait.

Hormis le truc affriolant qu'elle avait acheté, la jeune femme avait un autre cadeau pour son homme. Elle n'était pas certaine que Niko aimerait, mais elle l'espérait vraiment. Amateur de sensations fortes, il ne pourrait pas ne pas aimer prendre des cours de pilotage, non? La jeune femme tentait de se rassurer avec cette phrase. Le fait était que jamais son petit ami n'avait mentionné que piloter un avion ou un hélicoptère pourrait l'intéresser. Pour leur quinzième anniversaire, Stasia avait voulut marquer le coup, lui offrir un cadeau vraiment spécial, quelque chose de particulier dont il se souviendrait toute sa vie. Elle avait cherché longtemps avant d'avoir une illumination en lisant un article dans la salle d'attente du cabinet de son dentiste. C'était un cadeau dispendieux, mais Stasia se disait que « quand on aime, on ne compte pas »... néanmoins, elle espérait vraiment que ça lui ferait plaisir. Parce que sinon, elle ne voyait pas ce qu'elle pourrait lui offrir en échange hormis peut-être un voyage pour une destination de son choix.

Lorsque la jeune femme sortit des toilettes des dames, Stasia songea que la situation était vraiment ironique. Ils allaient dîner ensembles dans le restaurant de feu Anthonio Di Valastro, un des hommes dont ils voulaient débarrasser la ville. Ils en étaient débarrassés, mais Stasia aurait préféré que ça ne soit pas à cause d'une bombe placée sous sa voiture. Le pire là-dedans, c'était qu'elle n'y était pour rien! A la une des journaux, on clamait que le Caméléon était sûrement derrière cet attentat, mais Anastasia était bien placée pour savoir que rien n'était plus faux. Pourquoi? Parce que le Caméléon... c'était elle! Non, franchement, elle aurait largement préféré s'amuser à lui mettre des bâtons dans les roues plutôt que de le voir mourir. Parce qu'elle n'était pas bête, elle savait que si Di Valastro levait les pattes, un autre prendrait sa place. Ça, elle l'avait prévu voilà longtemps. Elle n'avait cependant pas prévu que ses deux cibles choisiraient de s'associer pour tenter de mettre un terme à ses propres activités. Non, ce coup-là, elle ne l'avait pas vu venir. Il fallait leur donner ça, celui qui avait eu l'idée était un petit génie. Ça lui compliquait singulièrement la tâche. Enfin! La police aurait beaucoup de travail à faire avant d'arriver à mettre la main sur la personne qui avait posé une bombe sur la voiture du précédent Parrain. S'ils se concentraient sur le Caméléon, ils chercheraient longtemps et pour rien. Non, Anastasia était sûre qu'un des hommes de l'organisation italienne et irlandaise était derrière ça. Lequel? Elle l'ignorait, mais elle était persuadée que c'était des représailles d'un membre qui n'aimait pas cette unification. Ça serait peut-être une idée de trouver de qui il s'agissait et de peut-être lui donner envie de travailler pour le Caméléon? C'était une idée sur laquelle elle devrait travailler.

Mais pas ce soir! Ce soir, elle avait beaucoup plus important, beaucoup plus intéressant à faire.

Arrivée près de la table où Nikolaï l'attendait, Anastasia sourit. Elle avait de la chance de l'avoir dans sa vie. C'était un homme loyal, intelligent, il avait un certain sens de l'humour et il trouvait toujours le moyen de la faire rire, même lorsqu'elle n'était pas d'humeur. Avec lui, Stasia pouvait être elle-même, chose qu'elle ne pouvait pas se permettre en tout temps avec sa nouvelle fonction de Maire. Le fait qu'ils se connaissent depuis toujours y était peut-être pour quelque chose aussi, mais Stasia savait au fond de son cœur qu'elle avait trouvé le bon. Le sien. Et pour ajouter à toutes ses formidables qualités, il était beau à se damner. Des yeux d'un bleu saisissant, le petit sourire en coin qui la faisait toujours craquer... Non, décidément, ils avaient de la chance de s'être trouvés. Quand on songe que des gens cherchaient l'amour sans le trouver, Stasia savaient qu'ils étaient de petits veinards.

La jeune femme pris place à table devant son chéri et sourit à nouveau.

- J'étais entrain de me dire qu'on avait vraiment de la chance de s'être trouvés. dit-elle en réponse à son air curieux, comme s'il voulait savoir ce qui lui donnait envie de sourire comme ça. Mais en réalité, c'est moi qui aie de la chance de t'avoir dans ma vie.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 31/01/2014
■ Messages : 34
■ Pseudo : Blackheart

■ J'ai : 34 ans
■ Je suis : En couple depuis longtemps
■ Je suis : Garde du corps
■ Célébrité : Colin O'Donoghue
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : rumplestinskin


Nikolaï D. Sianovitch

Message(#) Sujet: Re: Two people in love, alone, isolated from the world, that's beautiful. Sam 22 Mar - 15:42

Il la regarda revenir de la salle de bain, elle s’était refait une beauté. Elle était tellement belle, toute souriante. Il se souvenait comme si c’était hier leur première journée en tant que couple. Quinze ans déjà s’était écoulés depuis ce fameux soir. Ce soir, où ils avaient enfin admit ce qu’ils ressentaient l’un pour l’autre. Quinze ans qu’ils regardaient des films d’horreur ensembles pour qu’elle puisse se cacher contre lui et qu’ils terminent la soirée coller l’un à l’autre. C’était une habitude qui était loin de lui déplaire, il attendait toujours ce moment où le sang commençait à gicler ou qu’on voyait le méchant fantôme pour la voir se cacher comme une écolière dans sa chemise ou dans son cou. Quinze ans qu’ils partageaient leur vie, leur espoir, leur malheur. Ils se connaissaient par cœur, et pourtant, il découvrait encore des choses chaque jour sur elle. Elle était son petit caméléon, elle était capable d’endosser son image de Mairesse, son image de femme amoureuse, son image de patron aussi, elle avait plusieurs visage et ils les aimaient tous. Ils voulaient maintenant faire le ménage de cette belle ville. Était-ce une réussite? Pas encore tout à fait non. Ils voulaient enrayer le crime, mais ils avaient causé la mort d’un enfant sans le vouloir. Ils avaient mal choisit leur allié, mais ils avaient vite remédié à ça. Les deux groupes de criminels s’étaient regroupés pour ne former plus qu’un, ils se croyaient intouchable, mais ils avaient tord. La preuve, Di Valastro avait été tué devant ce même restaurant. Sa voiture avait été piégée. Ils avaient dit que le Caméléon était derrière tout ça. Non. Stasia n’avait rien à voir avec cette situation. Mais lui-même n’était pas pour se plaindre de la perte du Parrain.

D’accord, quelqu’un avait prit sa place, mais si on regardait juste cette endroit, ce délicieux restaurant était maintenant gérer par une jeune femme sans aucun casier judiciaire, une jeune femme qui avait vécu des choses horribles et qui pourtant continuait dans le bon chemin. Il ne connaissait pas personnellement Evangelyne McCarthy, mais ils avaient enquêtés sur elle, en fait, ils avaient enquêtés sur toute la famille Di Valastro et leur entourage pour voir qui faisait quoi et qui risquaient d’avoir des liens avec l’organisation criminelle nouvellement unifiée. Il restait triste pour cet enfant qui avait perdu la vie en voulant protéger sa mère, il avait aussi promit à Stasia qu’il n’y aurait plus aucun dommage collatéraux de cette nature. Il le fallait, il ne voulait pas faire plus de mort, il voulait que la ville soit nettoyer de cette rapace qui l’occupait. Une ville où les gens se sentaient en sécurité. Il chassa ce genre de pensée en voyant sa jolie compagne reprendre place devant lui. Ils étaient là pour eux après tout, pour prendre un bon repas ensemble et souligner leur quinze années de vie de couple. Il avait commandé une bonne bouteille de vin, la jeune femme s’installa à la table en lui disant combien ils avaient de la chance de s’être trouvés, il allait approuver lorsqu’elle rectifia en disant que c’était elle en fait qui avait de la chance de l’avoir dans sa vie. Il prit la main de la jeune femme dans la sienne et la porta à ses lèvres. Après avoir embrassa le dos de sa main il l’a regarda dans les yeux.

-Non, j’ai eu de la chance que tu veuilles bien de moi dans ta vie. Ça fait quinze ans que je me répète tous les jours à quel point j’ai de la chance de t’avoir dans ma vie.

Il était sincère, elle le comprenait parfaitement. Quand il avait parlé de quitter la police à cause de la corruption qu’il voyait passé sous son nez tous les jours, elle avait comprit, elle avait même encouragé son idée en lui proposant de devenir garde du corps. Au début, il ne devait pas être le sien, mais les choses étaient allés de fil en aiguille et au final ils avaient prit cette décision. Elle était donc son patron, elle signait son chèque de paie chaque semaine. C’était étrange un peu comme situation, mais c’était plus facile ainsi. Il pouvait l’appuyer dans son rôle de Caméléon, la protéger de tout son être et veiller à trouver les alliés qui leur fallait tout en protégeant son identité et celle d’Anastasia. Le vin qu’il avait commandé arriva, il laissa Anastasia jouer les goûteuses. Il pensa à ce qui l’attendait après ce repas. Il savait qu’elle avait une surprise pour lui à la maison. C’était devenu une tradition, elle s’achetait de la nouvelle lingerie juste pour satisfaire ses yeux gourmands. Elle avait le chic pour choisir des choses qui la mettait en valeur et qui la rendait encore plus désirable qu’elle ne l’était déjà. Ce qui lui faisait pensé que lui aussi avait un cadeau pour elle. Il attendit que le serveur leur verse leur verre de vin et leur laisse le menu avant de les quitter pour reparler.

-Alors ma chérie, tu as envie d’avoir ton cadeau tout de suite où tu veux attendre à la maison?

Il était à peu près sur de la réponse, il eu un sourire espiègle derrière son verre de vin. Il prit une gorgée et apprécia le goût en bouche avant d’avaler. Il avait laissé son regard braquer sur la jeune femme attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas

Two people in love, alone, isolated from the world, that's beautiful.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Streets of Philadelphia :: Di Valastro Italian Restaurant

-