Partagez | .
 

 True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t240-raffael-g-di-valastro-beer-is-proof-that-god-loves-us-and-wants-us-to-be-happy
avatar


■ En ville depuis le : 24/03/2013
■ Messages : 174
■ Pseudo : Slash

■ J'ai : 37 ans
■ Je suis : En couple avec Evangelyne J. McCarthy
■ Je suis : Propriétaire du Fairy Night Club
■ Mon adresse : Sud #35 (pour le moment)

■ Célébrité : Joe Manganiello
■ © Avatar : Shiya
■ © Photo identité : Athéna

■ Un sujet? : Libre

Raffael G. Di Valastro

Message(#) Sujet: True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel] Mar 18 Mar - 11:19

Laurel, Anna et lui-même se retrouvait devant le Shamrock. Si on lui avait dit un jour qu’il aurait à demander une faveur au plus grand ennemi de son père, il aurait traité la personne de folle. Mais en plus de ne plus être l’ennemi de son père, il avait été son allié juste avant que celui-ci meurt. Raffael regarda la façade de l’endroit, ce n’était pas aussi miteux qu’il avait entendu dire. L’endroit appartenait à Liam, Liam, il aurait dû l’aduler, le traiter comme un ami, mais il en était incapable. Il avait pourtant sauvé la vie d’Evy, de la sœur de cette dernière aussi et il sortait avec sa cousine Sarah. D’ailleurs, Raffael était presque sur que la mort de son père était relié à cette situation. Il n’en avait parlé à personne bien entendu, ce n’était que des soupçons, il n’avait aucune preuve. Mais une mutinerie se préparait déjà avant l’alliance des Irlandais et des Italiens, certains membres du groupe de son père croyaient qu’il devait agir et demander à sa nièce de ne plus être avec Liam, sinon de faire descendre soit la fille ou l’homme. Tony n’avait rien fait de tel. Il avait laissé sa nièce vivre son amour au grand jour sans rien dire. Son autorité en avait prit un coup auprès de ses pairs.

Il se passa la main au visage pour chasser ses sombres pensées. Il regarda les deux jeunes femmes à ses côtés, il soupira et poussa la porte d’entrée. Le pub était plutôt calme. Il fallait dire qu’ils étaient en plein milieu d’après-midi, mais tout de même. L’ambiance ne semblait pas lourde cependant. Liam les salua d’un mouvement de tête et leur indiqua une porte toujours de la même façon. Raffael se dirigea vers la porte indiquée et frappa. Lorsqu’Aidan ouvrit, Raff se sentit tendu. Il n’aimait pas être face à cet homme, mais en l’occurrence, il n’avait pas le choix. Ils avaient parlé de la situation une première fois, Evy avait appelé Liam, qui avait donné leurs coordonnées à Aidan qui l’avait rappelé. Il n’y avait pas à dire, Aidan était un homme prudent. Ils avaient parlé de la situation et Aidan avaient dit qu’il pouvait les aider.

Raffael fût cependant surpris de constater que le chef était seul dans son bureau, alors où était la personne qui ferait le test? Peut-être arriverait-elle plus tard, peut-être qu’Aidan ferait lui-même le prélèvement. Il ne savait pas, mais tout ça le rendait nerveux. Il n’aimait pas se trouver là, il n’avait aucune envie de traiter avec l’Irlandais. Il se sentit prit, à quatre dans ce bureau, la place était restreinte. Ils étaient à la merci de l’homme, il pouvait faire ce qu’il voulait d’eux. Était-il méfiant? Bien entendu, il n’avait jamais voulut faire affaire avec les hommes de son père, du moins, ne jamais leur demander de service et là, il était là à quêter de l’aide auprès d’un homme à qui il ne faisait aucunement confiance. La situation était tout de même ironique cependant, ils étaient là pour savoir si Laurel était bien leur sœur, elle était flic et eux enfants de mafioso. Aidan avait vécu a peu près la même chose … la différence étant que lui était chef d’une organisation criminelle et sa sœur à la tête de la section criminelle dans la police. Assez ironique.

-Merci de nous recevoir M. O’Reilly. Vous avez dit au téléphone que vous seriez en mesure de nous aider.

Il avait beau ne pas apprécier l’homme devant lui, il avait quand même accepté de les aider. Il lui devait un certains respects puisqu’il avait traité avec son père et si Raff ne faisait pas confiance à O’Reilly, il faisait confiance à son père. Si celui-ci avait accepté de s’allier à lui, c’était qu’il avait comprit qu’ils travaillaient pour la même chose. Il regarda Anna, il n’arrivait pas a déchiffrer son expression, il ne savait pas si elle était inquiète d’être là, mal à l’aise ou si tout allait bien. Ce qui était bien, c’est qu’elle semblait aller mieux depuis qu’ils s’étaient lancés dans cette quête de prouver que Laurel était bien leur sœur. Elle semblait plutôt calme, mais quelques fois un masque de calme cachait bien des choses. Elle était médecin, elle semblait avoir ressortit son masque professionnel.




I wanna make you smile whenever you're sad Carry you around when your arthritis is bad Oh all I wanna do is grow old with you I'll get your medicine when your tummy aches Build you a fire if the furnace breaks Oh it could be so nice, growing old with you I'll miss you Kiss you Give you my coat when you are cold Need you Feed you Even let ya hold the remote control So let me do the dishes in our kitchen sink Put you to bed when you've had too much to drink I could be the man who grows old with you I wanna grow old with you

Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t236-aidan-o-reilly-all-i-wanted-was-to-be-what-i-became-to-be
avatar


■ En ville depuis le : 22/03/2013
■ Messages : 306
■ Pseudo : Jason

■ J'ai : 38 ans
■ Je suis : marié avec Emma
■ Je suis : Chef des Irlandais/ Biochimiste
■ Mon adresse : Sud, #228

■ Célébrité : Leonardo Dicaprio
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : Athéna

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Peut-être un

Aidan C. O'Reilly

Message(#) Sujet: Re: True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel] Dim 23 Mar - 22:14

Avait-il été surpris par l'appel de Liam lorsque ce dernier lui avait transmis le message? Plus ou moins. Aidan avait toujours su qu'un jour ou l'autre, cette rencontre aurait lieu. Il avait d'ailleurs promis à son ancien allié de s'en charger lui-même et de ne pas se décharger de cette corvée sur quelqu'un autre. Et s'il y avait une qualité que l'on pouvait accorder à Aidan, c'était bien celle de toujours tenir parole. En revanche, s'il avait été surpris, c'était parce qu'il ne s'attendait pas à ce que cette rencontre soit faite si tôt. Il ignorait comment Di Valastro avait arrangé ses affaires, mais pour être honnête, Aidan n'aurait jamais cru que cette réunion se ferait si tôt après le décès du précédant Parrain. Encore heureux que son allié lui avait révélé la vérité à propos de Laurel, un des flics qui travaillaient sous les ordres de sa sœur. Cette rencontre n'avait pas été une partie de plaisir, mais Di Valastro avait voulut s'assurer que Laurel ne manquerait jamais de rien et qu'elle aurait quelqu'un pour veiller sur elle si jamais ses trois autres enfants ne voulaient pas l'accepter parmi eux. Il avait ajouté qu'il doutait franchement que ses enfants repousseraient ainsi cette sœur qu'ils ne connaissaient pas, mais il avait souhaité prendre ses précautions. Il avait également laissé des lettres pour chacun de ses enfants et Aidan devait les leur remettre au moment voulut. Et c'était ce jour-là que ça se passerait.

Au moins, cette fois-ci, avec un peu de chance, il n'aurait pas à affronter le courroux de Mackenzie! Cette dernière ne voulait pas voir Makan impliqué dans les activités d'Aidan et elle avait été très claire là-dessus. Et si Aidan devait avoir recours aux services de son beau-frère pour effectuer un test ADN, c'était sa sœur qui lui ferait la tête. A supposer qu'elle n'aie pas l'intention de lui botter le derrière comme elle le lui offrait régulièrement. Et ça, c'était dans ses bons jours! Sa sœur avait un fichu caractère. Ses deux sœurs étaient dotées d'un fichu caractère. Ça devait être de famille! En tout cas, avec Mia et Mac, Aidan ne s'ennuyait jamais. Le problème, c'était qu'il ne savait jamais sur quel pied danser. Avec Mia, c'était plus simple cependant. Elle était plus conciliante, mais sa patience avait des limites. Aidan et Mackenzie l'avaient appris à leurs dépens le jour où leur cadette leur avait passé un bon savon. Et même si ça lui écorchait la bouche de le dire, Aidan admettait que Mia avait eu raison de le faire. Quant à Mac... elle lui sautait à la gorge dès que ça lui semblait opportun de le faire. Elle était très douée pour lui chercher des poux sans arrêt. La seule bonne nouvelle que cette tentative de meurtre sur la personne de Mackenzie avait apportée, c'était que ses relations avec sa policière de sœur s'étaient améliorées. Ils ne seraient jamais les meilleurs amis du monde, mais Aidan était heureux de constater que Mac ne lui faisait plus la guerre aussi ouvertement qu'avant.

Pour passer le temps en attendant l'heure de leur rendez-vous, Aidan avait pris l'initiative de jeter un coup d'oeil à la comptabilité. Liam s'en chargeait habituellement, mais ce n'était un secret pour personne, il n'aimait pas ça particulièrement. En règle générale, Aidan ne se mêlait pas vraiment de la gestion du pub, laissant ça entre les mains de son meilleur ami. Il avait peut-être investi pour donner un coup de pouce à celui qu'il considérait comme son frère, le pub lui rapportait aussi, mais il n'avait pas pour habitude de se mêler de comment Liam menait sa barque. Depuis le temps, Aidan savait que son investissement était entre de bonnes mains... mais comme il avait la bosse des maths – plus que Liam en tout cas – ça ne le gênait pas de s'occuper de cet aspect-là pour en décharger Liam. Et comme il devait attendre, autant se rendre utile. Aidan faisait parti de ces personnes qui n'aimaient pas perdre leur temps, aussi tentait-il d'occuper les moments d'attente du mieux qu'il le pouvait. Il était donc plongé dans la comptabilité lorsqu'il entendit frapper à la porte du bureau. Jetant un coup d'oeil à sa montre, il constata avec plaisir que ses « visiteurs » étaient ponctuels. Un bon point pour eux, Aidan n'aurait pas particulièrement aimé les voir en retard. Il pouvait cependant se montrer compréhensif si la personne avait une bonne excuse à fournir, mais... il aimait bien qu'on s'en tienne à ses engagements. Il était un homme d'honneur, un homme de principes... et ce, quoique puissent en penser les gens. Y compris Mackenzie... qui était loin d'être sa plus fervente admiratrice.

Aidan s'empressa donc d'aller ouvrir la porte et d'inviter ses... invités à entrer dans le bureau, s'effaçant pour leur céder le passage. D'un geste de la main, il les invita à prendre place dans les fauteuils. Il était sur le point de leur offrir quelque chose à boire quand Raffael le remercia de bien vouloir les recevoir avant d’enchaîner directement sur le fait qu'il avait dit pouvoir les aider. Ça devait être de famille de ne pas tourner autour du pot! Une chose était claire : ils étaient tous là pour une raison, alors inutile de perdre du temps! Enfin, voilà une qualité que le fils Di Valastro avait reçu de son père. Si Aidan n'avait pas toujours été en bons termes avec le défunt Parrain, il avait en revanche toujours considéré l'homme comme étant doué d'une grande intelligence. Personne ne pouvait atteindre les sommets ainsi en étant dépourvu de cette faculté. Voilà pourquoi Di Valastro avait été un ennemi redoutable. Et même si leur association n'avait pas durée très longtemps, Aidan en avait apprécié chaque moment. Alors si rendre ce service à sa famille était tout ce qu'Aidan pouvait faire, il le ferait.

- On peut laisser tomber les « Monsieur O'Reilly »? C'est peut-être un peu trop formel dans ces circonstances. Enfin! Avant d'aborder le sujet qui nous intéresse, est-ce que vous souhaitez boire quelque chose? Café, thé, alcool? proposa Aidan tout en reprenant place dans le fauteuil qu'il venait de quitter, derrière le bureau.

Il eut une pensée pour son ancien associé en espérant que ce dernier avait su se montrer convaincant dans les lettres qu'il avait rédigées à sa famille. Aidan se passerait bien des services de Makan. Ou plutôt : il se passerait bien de devoir affronter la colère de sa sœur pour une fois!


HS: Je doute que ça soit une réelle inspiration, mais j'espère que vous arriverez à quelque chose! En cas de doutes, dites-le et je modifie!
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel] Dim 30 Mar - 15:16

Anna attendait cette rencontre avec impatience, elle voulait monter à son frère que la génétique ne trompait pas et que les traits similaires qu’elle avait remarqué entre leur père et Laurel étaient bien réels. Elle était arrivée la première, Laurel ensuite et Raffael. Ce dernier semblait hanté par des mauvais souvenirs ou du moins des pensées qui n’avaient rien de plaisante. Anna allait lui poser la main sur le bras pour voir avec lui si tout allait bien lorsqu’il se décida à pousser la porte de l’endroit. Que se passait-il dans la tête de son frère? Ils n’avaient plus de lien direct avec la mafia, donc ils étaient libre d’aller où ils voulaient non? Et de plus, cet endroit appartenait à celui qui avait sauvé sa belle Evy, alors pourquoi était-il si réticent à y entrer? Était-ce à cause de ce qu’il avait dévoilé lorsqu’ils avaient décidé de parlé à Sarah de sa relation avec Liam? Peut-être, elle n’y avait pas pensé avant ce jour.

Était-il possible que les journaux se trompent et que ce ne soit pas le Caméléon qui ait organisé l’assassinat de leur père? Le seul regard de son frère envers cet endroit lui avait mit toute sorte d’idée dans la tête. Et si c’était un de ses propres membres qui l’avait fait descendre? Ce serait possible… quoi de mieux que de faire ça devant son restaurant avec sa fille comme témoin pour faire croire à quelqu’un d’autre? Elle jeta un regard nerveux à Laurel, elle ne pouvait pas parler ouvertement de ce dont elle venait de penser. Raffael n’avait pas soufflé mot à personne et c’était probablement pour la même raison. Elle soupira et entra à la suite de son frère. Liam était là, il avait son air grave de tous les jours. Elle ne se souvenait pas de l’avoir vraiment vu sourire, il était vrai qu’ils ne se fréquentaient pas en tant que tel et à l’hôpital, il n’était pas dans son département et le Madison, sa demi-sœur s’occupait de lui. Elle avait demandé des nouvelles à sa collègue, après tout son demi-frère avait sauvé sa belle-sœur ce n’était que normal qu’elle s’informe de son état.

Elle suivit Raffael dans le bureau, elle regarda autour d’elle pendant que Raff et Aidan échangeaient les politesses d’usage. Les deux Irlandais avaient du goût en tout cas, elle ne savait si c’était Aidan ou Liam qui avait décoré, mais c’était sincèrement accueillant et chaleureux. Elle s’installa dans un des fauteuils qui faisait face au bureau, elle avait choisit celui du milieu préférant être entre Raffael et Laurel. Pourquoi? Elle ne savait pas trop, elle préférait qu’ils ne soient pas trop près l’un de l’autre. Aidan demanda de laisser tomber les « monsieur O’Reilly », elle aurait pu sourire dans d’autre circonstance. C’était amusant de voir qu’ils étaient dans le bureau d’un criminel qui voulait qu’ils soient familiers avec lui. Ironique comme situation. Ils n’avaient jamais voulut, Raffael et elle, avoir affaire avec les activités de leur père et voilà qu’après sa mort, ils faisaient affaire avec son nouvel allié. Lorsqu’Aidan offrit à boire, elle hocha la tête. Elle avait la bouche sèche depuis qu’elle s’était mise en tête qu’un des hommes de son père pouvait avoir mené contre lui cette attaque qui lui avait été fatale.

-Un verre d’eau s’il-vous-plaît.

Elle se sentait soudainement mal à l’aise. Elle était sure que Massimo n’était pas mêlée à sa ça, il ne le pouvait pas. Il respectait trop  Di Valastro pour ça. Non, ce devait être quelqu’un d’autre. Quelqu’un de près tout en étant loin… surement l’un des mecs qui n’avaient pas voulut prêter allégeance à Massimo et Aidan et qui avait quitté l’organisation en se sauvant. Elle en était là dans ses pensées lorsqu’elle releva la tête vers Aidan.

-Est-ce que vous savez qui à fait ça à notre père? Le Caméléon ou quelqu’un d’autre?

La question était sortie toute seule sans qu’elle n’y réfléchisse vraiment. Elle s’éclaircit la voix, mal à l’aise encore plus. Elle avait posé la question devant Laurel… Laurel qui travaillait pour la criminelle, Laurel qui avait probablement sur son bureau le dossier de leur père et qui devait enquêter dessus. Seigneur. Que venait-elle de dire! Elle secoua la tête.

-Je suis désolée, les idées se bousculent dans ma tête depuis que nous sommes entrées ici. Nous ne sommes pas là pour ça du tout. Je … je … faites comme si je n’avais rien dit d’accord?

Elle jeta un regard inquiet à son frère et à Aidan avant de regarder Laurel. Se remettrait-elle un jour de ce qu’elle avait vu se jour là? Elle ne savait pas. Elle les revoyait, Calliopé semblait avoir prit son portable pour faire un appel et Tony s’était penché vers l’avant pour lui envoyer un baiser volant comme il le faisait souvent, ensuite elle avait vu une grande lumière, elle avait eu le temps de voir l’expression de son père changer juste avant d’être elle-même soufflé par l’explosion. Elle n’avait pas été blessé et Jared non plus heureusement. Enfin, pas blessé sérieusement, que de petites coupures ici et là et de petites ecchymoses.  Non, le physique n’avait presque rien eu, mais le mental lui souffrant grandement depuis ce jour. Elle ne s’était pas souvenu du baiser tout de suite, ni de Calli qui prenait son portable, c’était au fil de ses cauchemars elle s’était souvenue. Au début, elle s’était demandée si ce n’était que son imagination, mais après en avoir discuté avec Jared, il se souvenait de la même chose qu’elle. Sa mémoire avait effacé ce bout sur le coup, probablement pour l’empêcher de trop souffrir.



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about

Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t325-laurel-stevenshttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t374-true-ou-not-pv-aidan-anna-laurelhttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t377-104-everything-happens-for-a-reason-except-for-the-things-you-mess-up-yourself
avatar


■ En ville depuis le : 03/11/2013
■ Messages : 143
■ Pseudo : /

■ J'ai : 27 ans
■ Je suis : Célibataire/en couple selon les jours - compliqué en somme.
■ Je suis : Flic à la criminelle
■ Mon adresse : Quartier Nord #104

■ Célébrité : Amber Head
■ © Avatar : Moi-même
■ Un sujet? : Oui

Laurel Stevens

Message(#) Sujet: Re: True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel] Mar 8 Avr - 8:20

« Les choses vont rentrer dans l’ordre, petit à petit » tenta-t-elle de se rassurer.

La rencontre au cimetière avec sa « nouvelle » famille a été l’équivalent d’un électrochoc pour Laurel, et aussi parallèlement, d’un certain soulagement. Etait-ce égoïste de se sentir mieux en déchargeant ses sombres pensées et secrets à autrui, alourdissant davantage le poids de ce dernier ? Peut-être. Par exemple, sa demi-sœur et son demi-frère venaient de subir une lourde perte et elle était venue leur asséner un autre coup. Cependant, en dehors d’eux, à qui d’autre pouvait-elle se confier ? Vers qui d’autre pouvait-elle se diriger pour découvrir le fin mot de l’histoire ?

Malheureusement pour Raff et Annalisa, elle ne se sentait pas vraiment coupable d’avoir révélé ce lien de parenté caché par le père. Si elle avait continué seule, elle se serait risqué à devenir folle. Etait-ce également une réaction exagérée ? Absolument pas. Au final, c’était toutes ses « origines » et « racines » qui étaient en question et ajoutons qu’elle avait un caractère fouineur et instigateur. En somme elle avait besoin de savoir.

« Shamrock … merveilleux. Je me demande juste ce que l’on me réserve ».

Elle doutait peu qu’on lui fasse un quelconque test d’ADN dans un tel établissement et supposons qu’un terrible médecin attend avec seringue et compagnie derrière cette porte, elle refuserait. Il était hors de question qu’elle se fasse injecter ou prélever quoi que ce soit de son corps via une seringue en dehors d’un hôpital, dans un établissement « douteux » et par un médecin dont elle ignorait le nom, le prénom et le diplôme. Il faut dire qu’avec son métier de flic, on devenait rapidement parano et exigeant.

Elle arriva finalement devant le Shamrock et fut accueillie par Annalisa. Raffael vint par la suite, la mine bien sombre et peu avenant. La brune le remarqua et n’hésita pas à apporter un certain soutien à travers d’un geste. A nouveau, Laurel se sentit l’intruse dans ce cadre et elle se demandait encore comment elle pouvait être la sœur de ces gens-là. Non, elle ne les rabaissait pas mais il y avait un tel fossé entre son monde et le leur que cela semblait irréel de partager un même sens. Avec un peu de chance, la génétique finira par démentir ce lien et elle sortira d’ici qu’avec insulte et rire. Elle préférerait presque ça à un « vous êtes biens de la même fratrie ».

Ils entrèrent et Laurel remarqua en coin Liam, une des victimes de l’Etrangleur si elle ne se trompait pas. Elle ne dit rien et continua à suivre silencieusement Raffael et Annalisa. Plus elle avançait et plus elle avait un très mauvais pressentiment.

« Qu’est-ce qu’il fout là ?! »

Que faisait donc Aidan O’Reilly ici-même ? Elle lança un regard peu amène à Raffael. Ce dernier qui voulait que tout se passe le plus discrètement possible n’avait pas trouvé mieux que contacter le frère de sa propre supérieure. Elle n’avait pas pensé à révéler de sitôt son lien de parenté si étroit avec un mafieux mort à Mac mais au vu de ces événements, et de cette présence, elle se demandait si elle ne devait pas le faire rapidement. Elle préférerait être la première à le dire plutôt qu’attendre que cette nouvelle fuse, accidentellement ou non, de la bouche de l’Irlandais.

- Je n’ai pas très soif, merci.

Laurel avait pour règle d’accepter le minimum de criminels ou de personnes qu’elle ne connaissait pas. Cependant, si par la suite et en raison de quelques nouvelles surprenantes, elle avait soif, elle n’hésiterait pas à demander un verre d’eau comme Annalisa.

Pour sa part, Laurel n’était pas particulièrement nerveuse. La seule chose qui occupait ses pensées pour le moment était de savoir pourquoi cet homme était là et où était le moyen de savoir si elle était ou non la fille à feux Di Valastro. Contrairement à Raffael et Annalisa, elle n’était pas particulièrement touchée par la mort du parrain – si ce n’est être frustrée qu’il disparaisse sans réponse - et gardait donc une attitude plutôt calme. Cependant, un malaise s’empara d’elle soudainement lorsqu’Annalisa fit référence à la mort du parrain.

« Dossier dont je suis en charge » pensa-t-elle lugubrement.

Les effectifs n’étaient pas nombreux et par conséquent, qu’elle le veuille ou non, Mac, Will et elle étaient en charge de ce dossier-ci. Elle aurait sincèrement voulu le refuser car on ne pouvait pas rester de marbre ou être objectif en étant si lié avec la victime. Certes, elle ne l’avait connu que comme un criminel durant vingt-cinq ans mais dans le fond, il restait un membre de sa famille entouré de mystères dont Laurel était plus que jamais décidé à percer. Ainsi, qu’est-ce qui lui garantissait qu’elle ne se détournerait pas d’un indice important au profit d’autre chose, futile pour l’affaire, mais importante pour son intérêt personnel ?

- Je suis désolée, les idées se bousculent dans ma tête depuis que nous sommes entrées ici. Nous ne sommes pas là pour ça du tout. Je … Je .. faites comme si je n’avais rien dit d’accord ?

Elle lança un petit regard vers Aidan et Raffael. Pour sa part, elle n’était pas contre l’idée « d’oublier » cet écart. Elle n’avait aucune envie de parler d’un dossier en cours avec un criminel et la famille du défunt. Certainement, il arrivait qu’on fasse appel aux proches pour confirmer des détails ou obtenir des précisions, et également à quelques petits – ou importants – criminels pour quelques informations ou pistes, mais généralement, tout se réglait avec la personne et en privé. Enfin, voilà comment elle procédait.

Ainsi, si elle ignorait, ce n’était pas par désintérêt - elle était intéressée par tout ce qui bouclerait ce dossier immédiatement et proprement – mais par principe. Soudain, une petite difficulté apparut clairement à la blonde : elle allait pouvoir interroger qui sans être mal à l’ase maintenant ? Raffael semblait être capable de la tuer à la moindre mauvaise remarque, Annalisa n’était pas particulièrement apte à l’écouter sans chercher dans ses traits des ressemblances avec le père et les membres proches, soit les criminels … jusqu’à quel niveau les gens étaient, ou allaient, être au courant ?

« Je vais poser ma démission à ce rythme ».

Elle commençait à étouffer finalement dans ce bureau, aussi exquisément et agréablement décoré, et avait hâte qu’Aidan et Raffael continuent et terminent cette réunion inattendue rapidement.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t240-raffael-g-di-valastro-beer-is-proof-that-god-loves-us-and-wants-us-to-be-happy
avatar


■ En ville depuis le : 24/03/2013
■ Messages : 174
■ Pseudo : Slash

■ J'ai : 37 ans
■ Je suis : En couple avec Evangelyne J. McCarthy
■ Je suis : Propriétaire du Fairy Night Club
■ Mon adresse : Sud #35 (pour le moment)

■ Célébrité : Joe Manganiello
■ © Avatar : Shiya
■ © Photo identité : Athéna

■ Un sujet? : Libre

Raffael G. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel] Mer 16 Avr - 16:17

Aidan qui exigeait qu’ils laissent tomber les formalités, Anna qui posait des questions sur la mort de leur père et Laurel qui regardait Aidan et l’Italien comme si elle avait envie de les enfermés à double tour en jetant la clé. Dans quelle poisse était-il allé se mettre? Anna avait réussit à le convaincre de faire ça, mais il commençait à le regretter au plus au point maintenant. Il se passa la main sur le visage et regarda Aidan. Comment faisait-il pour gérer tout ça? Son père et lui devaient avoir de la glace dans les veines pour ne pas craquer car lui n’y arrivait pas. Il avait l’impression d’être un sac de frappe et qu’il devait encaisser coup après coup. Il s’installa dans le siège près d’Anna et lui prit la main, la serra doucement dans la sienne. Elle avait posé la question qui lui brûlait les lèvres à lui aussi, mais ce n’était pas le moment. Laurel était là, elle était flic et cette question pouvait donner du tord à Aidan qui les aidait en ce moment. S’il avait été un alcoolique, il aurait surement commandé deux ou trois verres de forts pour faire descendre les émotions qu’il devait gérer en ce moment, mais à la place, il jugea plus sage de faire comment Anna.

-Je vais prendre un verre d’eau aussi, le sujet présent demande toute notre attention.

Et comment. Puis, les questions affluaient à nouveau dans sa tête comme un disque rayé qui tourne en boucle : Comment Aidan allait-il procéder pour le test ADN? Il ne semblait pas avoir de trousse, il ne semblait y avoir personne non plus. Est-ce qu’il attendait pour faire venir la personne? Avait-il des choses à leur dire avant? Où bien avait-il fait semblant de pouvoir les aider? Il n’en était pas sur, mais un doute s’insinuait dans sa tête. Aidan n’avait pas eu l’air surprit de sa demande lorsqu’il s’était parlé. Est-ce que s’était parce que son père, Anthonio, avait une réputation de coureur? Était-ce parce qu’il savait déjà la réponse à leur question? Soudainement, une lumière se fit dans la tête du jeune homme. Bien sur, son père avait dû se douter qu’ils auraient des questions, alors il avait donné la réponse à la seule personne qui avait « partager » la tête avec lui. Il regarda Aidan d’un œil nouveau.

-Vous pouvez nous aider, mais personne n’est là pour le test car vous savez déjà la réponse c’est ça? Mon père vous avait fait part de son secret? C’est soit ça, soit je deviens complètement paranoïaque, mais vous n’avez pas eu l’air surprit que je vous parle de Laurel. J’ai raison?

Bien sur qu’il avait raison. Il pouvait le sentir jusque dans la moelle de ses os. Aidan n’avait pas l’intention de leur faire de mal, tout comme il n’avait pas l’intention de faire de test ADN. Il savait, il avait déjà la réponse en sa possession et c’est pour ça qu’il était là à agir comme un hôte devant eux alors qu’il n’aurait pas dû apprécier que les enfants Di Valastro fassent appel à lui. Après tout, il ne leur devait rien à eux, c’était avec leur père qu’il avait travaillé pas avec eux. Ce devenait clair et s’il n’avait pas eu toutes ses émotions à gérer il aurait peut-être comprit bien avant aujourd’hui. En fait, il aurait comprit dès qu’il aurait eu raccroché avec l’Irlandais, pas en l’ayant en face de lui. Il avait maintenant la conviction que la policière était sa demi-sœur comme elle leur avait annoncé sur la tombe de son paternel. Comment avait-il pu être aussi stupide? Pourquoi n’avait-il pas comprit? Il pensait tellement que sa mère avait été le seul véritable amour de son père qu’il n’avait pas cru la chose possible. Il tombait de haut, il fallait le dire.

-Merde.

Il avait soufflé le mot plus que l’avoir dit. Et voilà, une autre chose à gérer de plus. Et maintenant? Avait-il vraiment envie d’entendre ce qu’O’Reilly avait à lui apprendre? Et puis, pourquoi est-ce que c’était lui qui avait été mandaté à le faire? Son père ne faisait-il pas confiance à Massimo? Alors pourquoi ce n’était pas lui qui avait la réponse? Mais en même temps, Raffael ne s’était-il pas tourner automatiquement vers l’Irlandais au détriment de l’Italien? Son père avait dû comprendre ça, il avait dû savoir que son fils conterait sur le test ADN et que seul O’Reilly pourrait leur donner ça. Son père était brillant tout de même. Il avait tout comprit avant même que tout arrive. Il resta donc scotché dans sa chaise et attendit la main d’Anna toujours dans la sienne.




I wanna make you smile whenever you're sad Carry you around when your arthritis is bad Oh all I wanna do is grow old with you I'll get your medicine when your tummy aches Build you a fire if the furnace breaks Oh it could be so nice, growing old with you I'll miss you Kiss you Give you my coat when you are cold Need you Feed you Even let ya hold the remote control So let me do the dishes in our kitchen sink Put you to bed when you've had too much to drink I could be the man who grows old with you I wanna grow old with you

Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t236-aidan-o-reilly-all-i-wanted-was-to-be-what-i-became-to-be
avatar


■ En ville depuis le : 22/03/2013
■ Messages : 306
■ Pseudo : Jason

■ J'ai : 38 ans
■ Je suis : marié avec Emma
■ Je suis : Chef des Irlandais/ Biochimiste
■ Mon adresse : Sud, #228

■ Célébrité : Leonardo Dicaprio
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : Athéna

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Peut-être un

Aidan C. O'Reilly

Message(#) Sujet: Re: True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel] Mer 16 Avr - 21:43

Après qu'il leur eu proposé à boire, Aidan se leva et se dirigea vers le petit réfrigérateur du bureau pour en sortir trois bouteilles d'eau. Laurel avait refusé, mais Aidan lui en donnerait une quand même. Il tendit donc les bouteilles de plastique à ses trois invités avant de se verser à nouveau du café et de reprendre place dans son fauteuil. Il avait fait tout ça en silence, réfléchissant rapidement à ce qu'il devait faire. Devait-il répondre aux questions d'Annalisa concernant le meurtre de leur père? Devait-il le faire devant un flic? Dans des circonstances normales, Laurel aurait dû être dessaisie du dossier, Mackenzie aurait dû se charger de le faire, mais comme elle ignorait tout des liens unissant Laurel aux Di Valastro, le Lieutenant n'avait aucune raison de le faire. Ce qui posait un autre problème à Aidan. Et un sacré beau problème. Si, pour une raison ou une autre, le secret finissait par être éventé et qu'il parvenait aux oreilles de Mac, c'était Aidan qui aurait affaire à elle. Elle l’accuserait forcément de lui avoir caché un truc important et elle lui ferait la tête pendant des semaines, Aidan le savait bien. D'une manière ou d'une autre, il était dans la merde... à moins de réussir à faire rentrer dans la jolie tête de Laurel que le mieux pour elle serait de confier son lourd secret à Mac. S'il y avait quelqu'un qui se montrerait sûrement compréhensif face à cette histoire, c'était bien Mackenzie. C'était la solution idéale... mais il faudrait que Laurel la mettre en pratique...

Annalisa n'avait pas tourné autour du pot, Raffael semblait croire que toute cette histoire n'était qu'une horrible blague... jusqu'à ce qu'il réalise qu'Aidan était au courant de tout, ce qu'il confirma en lui posant une série de questions. Quant à Laurel, ce n'était pas très difficile à cerner, elle semblait ne vouloir qu'une chose, qu'il lui dise que tout ça c'était une monstrueuse erreur. Il pouvait le comprendre, pour l'avoir vécu avec Mackenzie, apprendre qu'elle était liée à la mafia alors qu'elle n'avait rien demandé pouvait avoir un effet assez dévastateur. Surtout si on était flic par-dessus le marché. Malheureusement, Aidan devrait lui assener une vérité que Laurel ne voulait pas entendre... ou n'était peut-être pas prête à entendre. A supposer qu'on puisse se préparer à une telle histoire. Si Annalisa semblait être prête à entendre qu'elle avait une sœur dont elle avait presque toujours ignoré l'existence, les deux autres n'avaient pas du tout l'air de partager son avis. Enfin! Les répercussions que cette rencontre aurait, ça ne serait pas à lui de les assumer.

Mais avant de répondre à leurs questions, Aidan appuya sur la touche de la télécommande fixée sur le bureau, juste devant lui. C'était un brouilleur qui lui assurerait que cette conversation ne quitterait pas ce bureau. Pas qu'il n'avait pas confiance, mais Aidan était toujours sur ses gardes avec un flic dans les parages. On ne le prendrait jamais à discuter avec un flic sans prendre ses précautions! A vrai dire, le seul flic avec qui Aidan accepterait de parler sans son bidule était le seul flic en qui il pouvait avoir entièrement confiance : sa sœur. A vrai dire, c'était elle qui n'avait pas confiance en lui... quoique depuis qu'on l'avait prise pour un lapin – comme elle se plaisait à nommer la tentative de meurtre sur sa personne – Mac avait désormais plus tendance à croire en lui.

- Lorsque votre père et moi nous nous sommes associés, une des clauses de notre association stipulait que si jamais l'un de nous devait y rester, l'autre devrait se charger de veiller sur la famille du défunt. Les protéger au besoin. Et c'est ce que je m'emploie à faire du mieux que je le peux depuis le soir du drame qui vous a frappés. commença lentement Aidan en regardant tour à tour les trois personnes assises devant lui.

Il avait des lettres à leur remettre, mais il ne le ferait pas tout de suite. Ce n'était pas le genre de chose qu'on réglait en cinq petites minutes. De plus, il devait d'abord et avant tout répondre à leurs questions... tout en s'assurant que la policière parmi eux comprendrait bien qu'elle n'avait aucun intérêt à essayer de le menacer de l'arrêter pour obstruction à la justice ou un truc de ce genre-là. Il connaissait les flics et avait pris ses précautions, mais ça ne coûtait rien de faire quelques petites clarifications avant de se lancer.

- Avant de vous répondre, j'aimerais juste clarifier une chose. commença l'irlandais en posant le regard sur Laurel. Par égard pour votre père, je ne m'abaisserai pas à vous mentir en disant que je ne mène pas ma petite enquête, mais sachez que si jamais il vous venait à l'esprit de vous en servir contre moi, je me ferai un plaisir de vous mettre mon avocat dans les pattes. poursuit Aidan avant de saisir sa tasse et de boire une gorgée de café. Ceci étant dit, oui, nous menons notre enquête, mais nous n'avons pas encore de pistes sérieuses, malheureusement.

Quand bien même il en aurait eu, il ne l'aurait pas dit. Des plans pour que la police s'en mêle et que les coupables – il fallait être plusieurs pour monter un coup de cette envergure – s'en sortent sans en payer le pris fort lui serait insupportable. Massimo et lui avaient convenu depuis longtemps que le jours où les coupables seraient identifiés, ces derniers seraient alors des cibles à abattre. Aidan savait que ce jour-là il aurait de sacrés problèmes avec sa chère sœur, le flic droit dans ses bottes, mais il ferait face à la musique. Il ne reviendrait pas sur cette décision et ce, même si sa sœur le menaçait de le fouttre en cage et de jeter la clef!

- Donc en effet, votre père m'a tout raconté lorsque nous nous sommes associés. C'est pourquoi je n'ai pas fait appel à quelqu'un pour procéder aux tests ADN. Ça ne me semblait pas utile vu ce que je savais, sans compter que ça m'arrangerait de pouvoir l'éviter. J'ai aussi des lettres de la part de votre père à vous remettre plus tard. J'imagine qu'il explique les raisons de son silence.

S'il pouvait éviter de faire appel à Makan et aussi éviter que le risque de faire en sorte que la vérité au sujet de Laurel sorte au grand jour, Aidan serait très satisfait. S'il pouvait lui éviter ce qui était arrivé à Mackenzie, ça l'arrangerait. Ne lui restait plus que son conseil d'usage à l'intention de Laurel. Il ne savait pas si la jeune femme le prendrait bien, mais que lui importait à ce stade-là? Aidan décida également de leur laisser le temps de digérer tout ce qu'il venait de leur raconter avant de procéder à la distribution du courrier. Ça faisait quand même beaucoup en peu de temps, il en était bien conscient.

- Et un petit conseil gratuit, Inspecteur. commença Aidan à l'intention de Laurel. Je ne saurais que trop vous conseiller de mettre votre supérieur hiérarchique dans la confidence. Elle sait mieux que personne ce que c'est que d'être flic et d'avoir droit à une famille... un peu problématique. Sachez aussi que si jamais elle avait vent de votre lien avec la famille Di Valastro et qu'elle venait m'en parler, je ne lui mentirait pas. Mackenzie peut ne pas me porter dans son cœur, mais elle n'en demeure pas moins ma sœur.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t251-on-ne-choisit-pas-sa-famille-mais-ma-famille-elle-m-a-t-elle-choisit-non-plus
avatar


■ En ville depuis le : 19/05/2013
■ Messages : 200
■ Pseudo : Stella

■ J'ai : 31 ans
■ Je suis : En couple avec Jared
■ Je suis : Médecin en pédiatrie
■ Mon adresse : Sud #33

■ Célébrité : Katie McGrath
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Libre

Annalisa V. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel] Ven 25 Avr - 19:43

Lorsque Raffael se mit à parler, Annalisa le regarda les yeux ronds. Son frère ne lui avait pas dit ça, elle n’avait jamais su que l’Irlandais n’avait pas eu l’air surprit de sa demande. Mais peut-être que son frère avait mit les pièces du puzzle en place dans sa tête que maintenant, avec tout ce qu’il avait vécu ses derniers mois, ce ne serait que normal. Elle regarda Laurel, lui prit la main et la serra doucement. Elle savait ce que ça impliquait pour elle, elle savait que ce serait difficile. Elle était la fille d’un parrain, d’accord, il était mort, mais restait que Anna, Raffael et Frances étaient ses demi-frère et demi-sœurs. Les autorités les soupçonnaient encore d’avoir des liens avec l’organisation de leur père. Bien entendu, ils avaient de lien avec les gens qui en faisaient partit, mais ils ne savaient rien de leur magouille et ne voulait en aucun cas avoir rien à voir avec tout ça.

Puis ce fût au tour d’Aidan de parler. Il leur fit part qu’il faisait enquête pour la mort de leur père, Anna en était presque soulagé. Elle ne voulait pas être mêlé à tout ça, elle ne voulait pas savoir ce qu’ils allaient faire des coupables non plus, mais elle souhaitait qu’il les trouve et leur face du mal. Était-ce mal de pensée ainsi? Oui, elle le savait et jamais elle ne ferait de mal à quelqu’un par elle-même. Mais on avait tué son père, devant elle, elle ne pouvait que souhaiter que ses gens souffre même si ce n’était pas rationnelle et encore moins moral. Elle ne fit que hocher la tête devant cette information.

Et puis, la réponse qu’ils attendaient arriva. Laurel était bel et bien leur demi-sœur. Aidan le confirmait et il avait des lettres à leur remettre à ce sujet. Elle n’était pas surprise, elle l’avait su dès les premiers instants au cimetière que c’était la vérité. Elle avait fait confiance à la jeune femme, elle savait qu’elle n’était pas du genre hypocrite, alors pourquoi lui aurait-elle mentit sur un sujet aussi important? Elle serra à nouveau la main de la jeune femme en écoutant la mise en garde qu’Aidan lui faisait. Elle regarda son frère avant de parler à sa toute nouvelle sœur. Laurel était sa sœur, pas sa demi. Jamais elle ne pourrait la considérer comme une demi.

-Je crois qu’il a raison. Evy nous a dit comment sa sœur avait trouvé ça difficile, à quel point elle avait dû trimer pour démontrer qu’elle ne trempait pas dans les affaires d’Aidan et de son clan. Bien sur, de notre côté, père étant décédé tu seras moins pointé du doigt. Raff et moi sommes constamment surveillés bien entendu, ils croient tous qu’on a un lien avec le crime organisé, mais c’est faux. Raff n’a jamais aidé notre père, n’a jamais voulut aucun lien avec tout ça. Oui, nous connaissons certaines personne bien entendu, nous les fréquentons, mais jamais, jamais il n’est question de ce qui se passe dans l’organisation.

Elle eut un soupire en pensant à tout ce qu’elle avait dû faire pour trouver sa place dans la société. Elle pensa aussi à Evy qui avait vu sa sœur démoli par ce lien avec Aidan.

-Si tu n’as pas confiance en Aidan, ait confiance en ta supérieure. Elle a traversé ce que tu traverses, elle sera la mieux placé pour te comprendre et t’aider. Je serai là aussi pour t’épauler. Je sais ce que s’est de se battre contre tous le monde pour faire valoir son point. Combien de fois on m’a retiré un petit patient juste à cause de mon nom de famille. Ce n’est pas facile, tu auras besoin de toute l’aide possible pour t’aider dans cette histoire.

Elle savait aussi que l’Irlandais avait raison pour l’entraide. Le pacte fait avec son père. Elle avait souvent vu Liam autour de chez Raff et Evy, elle savait ce qu’il faisait. Evy avait dit que Mackenzie était surveillée à distance et que c’était comme ça que Liam et un autre lui avait sauvé la vie lorsque Tony avait donné l’ordre qu’elle soit abattue. Maintenant, Evy et Raff semblaient eux aussi bénéficier de cette protection, surement que même elle en faisait les frais, mais si elle avait vu pour son frère et Evy, elle n’avait pas remarqué pour elle-même. Peut-être aussi se trompait-elle et que ce n’était que pour Evy cette protection. Elle ne le saurait sans doute jamais.



I just can't get you out of my head
Boy, your lovin' is all I think about
I just can't get you out of my head
Boy, its more than I dare to think about

Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t325-laurel-stevenshttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t374-true-ou-not-pv-aidan-anna-laurelhttp://streets-philadelphia.forum-canada.com/t377-104-everything-happens-for-a-reason-except-for-the-things-you-mess-up-yourself
avatar


■ En ville depuis le : 03/11/2013
■ Messages : 143
■ Pseudo : /

■ J'ai : 27 ans
■ Je suis : Célibataire/en couple selon les jours - compliqué en somme.
■ Je suis : Flic à la criminelle
■ Mon adresse : Quartier Nord #104

■ Célébrité : Amber Head
■ © Avatar : Moi-même
■ Un sujet? : Oui

Laurel Stevens

Message(#) Sujet: Re: True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel] Sam 10 Mai - 14:33

« Vieillard sénile » fut sa seule pensée aux premières paroles d’Aidan. Elle visait évidemment son vieux « père » et non l’Irlandais encore pourvu de toutes ses forces, ses dents et ses cheveux. De surcroît, il n’avait pas encore l’âge d’être sénile.

« Même mort, il manipule tout. J’hallucine ». Elle était à la fois émerveillée et effrayée de la défunte personne. A ses yeux, il n’était pas seulement un malfrat mais un véritable marionnettiste, un virtuose de l’anticipation et pour cette raison, elle ne voulait même pas lire la lettre. Que contenait-elle ? De sincères excuses, d’amères et décevantes paroles ou alors tout un mensonge pour un tout autre plan en marche même une fois que DI Valastro est mort ? Pour sa part, Laurel n’était que davantage conforté dans son idée qu’il n’avait pas agi par conscience paternel. Elle refusait de le croire. Autant dire que si Annalisa et Raffael croiraient chaque mot, elle n’en fera rien.

La réponse qu’elle cherchait n’était plus de ce monde. Elle aurait voulu la connaître en le regardant droit dans les yeux et non en travers une lettre donnée des mains d’un autre mafieux.

Elle retint difficilement tous les jurons qui lui venaient à l’esprit, découlaient sur sa langue et forçaient le barrage de ses lèvres furieusement et n’eut pas d’autres solutions que se concentrer sur sa propre respiration ou les battements de son cœur. Il fallait qu’elle s’apaise.

BAM !

« Font-ils exprès ? » En effet, faisaient-ils exprès de ramener sur le tapis les sujets les plus sensibles comme la supérieure et la carrière ? Pensaient-ils qu’elle n’y avait jamais pensé, qu’elle ne cherchait aucune issue à cet épineux et terrible problème ? Laurel sentit à peine la main réconfortante d’Annalisa, embourbée dans ce torrent d’indignations et d’envies de suicides ou d’homicides. Elle n’en voulait pas personnellement pas à Aidan mais à cet instant, et face à toutes ces nouvelles déroutantes, il était le seul criminel et donc le seul qu’elle voudrait bien boxer sans craindre des remords par la suite. En effet, taper le demi-frère déjà avec pas mal de soucis et la demi-sœur pédiatre n’étaient pas très morals. Par contre un mafieux … elle s’en donnerait à cœur joie à cet instant.

- Je sais très bien que je ne peux pas taire tout cela longtemps Monsieur O’Reilly et qu’un jour ou l’autre, je dois bien l’avouer. Vaut mieux que je le dise qu’on le découvre à mon insu.


« Par contre … je suis dans une bien pire situation que Mac ». On ne choisissait pas ses liens familiaux mais on pouvait choisir ses fréquentations. En voyant Aidan, cette « autre » fréquentation lui sautait à la figure à chaque seconde, lui rappelant douloureusement à quel point elle s’était mise dans de très mauvais draps, sans mauvais jeu de mot. Pour le coup, elle ne pouvait plus prétendre « ce n’est qu’une erreur ». Un lien était en soi compliqué. Deux étaient définitivement suspects et donnera droit à toutes les investigations possibles et inimaginables.

Elle voudrait bien un « conseil gratuit » d’Aidan à cet instant. Cependant, en avait-elle besoin réellement ? Un homme censé et consciencieux opterait soit à l’abandon de sa carrière soit à l’abandon de cette relation et non maintenir les deux et subir cet état de stress. Voilà ce que ferait un homme censé …. Mais Laurel avait perdu cette logique depuis longtemps. Elle vivait au jour le jour, attendant un élément extérieur indépendant de sa volonté pour statuer réellement sur quoi faire. Peut-être avait-elle agi récemment mais déjà elle se sentait défaillir, et était toujours tiraillée par ces sentiments et ces pensées.

- Je le lui dirais quand je me sentirais prête, et elle sous-entendait « prête à affronter tous les désagréments administratifs et relationnels ».

Les deux femmes ont mis du temps à construire cette relation de confiance en raison de leurs deux caractères explosifs. Chacune voulait le dernier mot, avoir constamment raison ou diriger les

- Les lettres, demanda-t-elle d’une voix étouffée. Peut-on les avoir ? signifiant par-là « trêve de discussion Aidan, venons-en au vif du sujet ».

« Apaisée en entrant, énervée en sortant ». Pensa-t-elle. Et un état qui était vérifiait et juste. Quoiqu’Annalisa fasse, rien ne pouvait effacer tout ce qu’elle avait appris et accepté ces dernières semaines. Comment Mac avait appris pour elle ? Savait-elle qu’il manquait des personnes dans sa famille ? Tout son entourage lui avait-il menti durant vingt-cinq longues années avec le sourire, assurant matin, midi et soir que le mensonge était vrai, que sa famille était complète ?


Citation :
Sorry du temps de réponse !
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t240-raffael-g-di-valastro-beer-is-proof-that-god-loves-us-and-wants-us-to-be-happy
avatar


■ En ville depuis le : 24/03/2013
■ Messages : 174
■ Pseudo : Slash

■ J'ai : 37 ans
■ Je suis : En couple avec Evangelyne J. McCarthy
■ Je suis : Propriétaire du Fairy Night Club
■ Mon adresse : Sud #35 (pour le moment)

■ Célébrité : Joe Manganiello
■ © Avatar : Shiya
■ © Photo identité : Athéna

■ Un sujet? : Libre

Raffael G. Di Valastro

Message(#) Sujet: Re: True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel] Dim 25 Mai - 19:52

Avec la permission du staff, le sujet se transforme en sujet de groupe express!

-Je crois que Laurel est assez grande pour savoir ce qu’elle a affaire. N’oubliez pas que Mackenzie est sa supérieure, elle sait par où elle est passée, elle n’a pas besoin de vous deux pour le lui faire penser.

Défendait-il sa demi-sœur? Peut-être bien, mais faire la morale à Laurel était la dernière chose à faire en ce moment. Elle avait besoin de temps, autant que lui, pour avaler la nouvelle. Il avait une autre petite sœur, une demi-sœur en fait. Son père lui avait apparemment laissé des lettres pour leur expliquer ses « motivations ». Il n’était pas sur qu’il avait envie de lire cette lettre, il n’était pas sur de comprendre pourquoi son père leur avait caché l’existence de Laurel pendant tout ce temps. Il regarda Aidan.

-Dites-moi, qu’est-ce que vous entendez par « des clauses de votre association stipule que si jamais l'un de vous devait y rester, l'autre devrait se charger de veiller sur la famille du défunt. Les protéger au besoin. » Et comment le faites-vous en ce moment?

Oui, cette portion l’intriguait. Est-ce que sa famille et lui était en danger? Est-ce qu’il y avait des choses qu’il avait besoin de savoir pour protéger les siens? Si oui, pourquoi n’avait-il pas été mis au courant? Evy , Anna et lui avaient assez vécu de drame pour les cents ans à venir. Et pourquoi son père avait choisit Aidan comme messager? Pourquoi n’avait pas demandé à Massimo de leur faire le message?  Il sentait les choses de façon contradictoire. Il regarda sa sœur, Anna, regarda sa demi-sœur, Laurel.

-J’aimerais aussi savoir pourquoi c’est à vous qu’il a demandé de nous faire le message et pas à Massimo avec qui il a travaillé pendant des années. Avouez que ce n’est pas tous les jours qu’on voit son père donner autant de détails à un «ennemi » devenu supposément ami non? Il avait beau être votre associé, comment pouvait-il vous faire plus confiance à vous qu’à Massi?

Son père avait tassé Richard, son bras droit depuis des années. Tony ne semblait plus avoir confiance entre ses propres hommes. Que c’était-il passé? Pourquoi son père avait changé de bras droit. D’accord, il y avait des éléments qui avait mit en doute ses choix pour Sarah et Liam, mais était-ce à cause de cela que son père avait fait confiance à l’Irlandais plutôt qu’à Massimo? Il regarda Laurel, tant pis, il devait le mentionné.

-Je crois que mon père à été assassiné par un des siens, je suis même sur que vous aviez déjà cette idées derrière la tête. Laurel à raison cependant, donnez-nous les lettres  sans nous faire languir, ensuite je déciderai si je vous fais confiance ou si je veux un test ADN pour prouver ce que dises ses lettres. Si mon père vous a fait confiance, je ne suis pas prêt à faire de même.




I wanna make you smile whenever you're sad Carry you around when your arthritis is bad Oh all I wanna do is grow old with you I'll get your medicine when your tummy aches Build you a fire if the furnace breaks Oh it could be so nice, growing old with you I'll miss you Kiss you Give you my coat when you are cold Need you Feed you Even let ya hold the remote control So let me do the dishes in our kitchen sink Put you to bed when you've had too much to drink I could be the man who grows old with you I wanna grow old with you

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel]

Revenir en haut Aller en bas

True ou not? [PV Aidan-Anna-Laurel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Streets of Philadelphia :: Shamrock

-