Partagez | .
 

 Bring me back to life - PV Sofia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




avatar


■ En ville depuis le : 18/05/2014
■ Messages : 45
■ Pseudo : Flytothemoon

■ J'ai : 35 Ans
■ Je suis : Marié
■ Je suis : Travailleur social
■ Célébrité : Jamie Dornan
■ © Avatar : tearsflight
■ © Photo identité : malheureusement je n'ai pu identifié le créateur sur tumbl

■ Multicomptes : non
■ Un sujet? : ouvert

Hunter R. Nolan

Message(#) Sujet: Bring me back to life - PV Sofia Ven 23 Mai - 19:51

Douze heures, voilà le nombre d’heure en voiture que ça prenait pour relier Chicago à Philadelphie. Il aurait pu le faire en avion, il aurait gagné plusieurs heures, mais comme il revenait pour rester, il avait besoin de sa voiture. Elle n’était pas neuve, mais elle roulait et lui avait rendu fier service ses dernières années. Il ne voulait pas la laisser derrière lui. Il avait laissé beaucoup derrière en fait. Il voyageait léger. Que ses effets personnels, ce qui lui tenait vraiment à cœur. Il y avait aussi cette enveloppe sur le banc côté passager, l’enveloppe qui le faisait revenir ici, l’enveloppe qui avait fait déclencher son départ. Il toucha un endroit près de son cœur, il sentit quelque chose, un objet qui représentait beaucoup pour lui, il avait toujours la bague de sa grand-mère, celle que Sofia avait laissée dans l’enveloppe lorsqu’elle l’avait quitté. Elle était dans la poche de sa chemise, près de son cœur et il savait exactement où serait son premier arrêt. Il était partit tard en soirée la veille pour être sur qu’elle serait au travail lorsqu’il arriverait. Il prit quand même le temps d’arrêter dans un casse-croûte où il se servit de la salle de bain pour se donner un peu plus d’allure.

Il changea de chemise, remit du désodorisant, un peu du parfum que la jeune femme aimait tant et il replaça ses cheveux. Il changea la bague de poche, passant de sa chemise retiré à la nouvelle. Puis, il se remit derrière le volant. Il entra dans l’établissement de la morgue, il trouva facilement le chemin, il était venu ici lorsque sa petite sœur avait été tué. La secrétaire lui demanda qui il était, il lui dit qu’il était un vieil ami qui venait faire une surprise à la directrice. Elle le laissa passer, cédant à son sourire charmeur. Il ouvrit la porte du bureau, elle était plongée dans une tonne de papiers. Elle était toujours aussi belle et son cœur s’emballa lorsqu’il l’a vit. Il avait une enveloppe dans les mains, l’enveloppe où elle lui demandait le divorce et elle, elle était là et regardait leur album de mariage. Il l’avait reconnu, elle l’avait tellement feuilleté cet album qu’il l’aurait reconnu d’encore plus loin. Lorsqu’il parla, sa voit n’était qu’un simple souffle.

-Sofia.

Elle leva les yeux sur lui, il eut l’impression que le souffle lui manqua. Sa respiration ce fit difficile, le cœur lui avait manqué juste au regard qu’elle lui avait lancé. Elle lui demanda ce qu’il faisait là, elle ne s’en doutait pas? Elle pensait donc qu’il serait resté insensible devant cette enveloppe? Se souvenait-elle de lui comme quelqu’un de sans cœur à ce point? Il l’avait attendu tellement longtemps en avait-elle douté? Croyait-elle qu’il l’avait oublié? Peut-être. Il déposa l’enveloppe des papiers devant elle et sans qu’elle ne l’invite il s’installa dans la chaise qui lui faisait face.

-Cinq ans que je suis patient comme tes frères me l’ont demandé, cinq ans que je t’attends et que j’ai encore espoir de te voir me rappeler et me dire que tu as toujours envie de vivre avec moi.

Il prit une pause, ce n’était pas le discours qu’il avait préparé. Il s’en fichait complètement. Il l’a regarda.

-J’avais promit de ne pas remettre les pieds dans cette ville et pourtant je suis là. Je veux comprendre pourquoi après cinq ans tu m’envoies ses papiers sans même avoir retourné un seul de mes coups de fil. Tu croyais sincèrement que j’allais signer sans même qu’on se soit parler?

Il était très calme. Il n’avait pas envie qu’ils se disputent, loin de là. Il voulait comprendre, savoir ce qui se passait. Il souffrait, souffrait de voir qu’elle n’avait pas eu assez confiance en lui, elle n’avait pas cru en son amour, pas cru qu’il l’aimerait toujours même s’ils n’avaient pas d’enfants. Il l’a regarda.

-Il n’y a eu personne d’autre dans ma vie pendant tout ce temps. Je ne dis pas ça pour te faire sentir coupable si ce n’est pas le cas pour toi. Je ne considérerai pas que tu m’es trompé ou quoi que ce soit, je veux simplement que tu comprennes que personne ne t’a remplacé et que je t’aime toujours.

C’était dit, en fait, il en avait dit beaucoup plus que ce qu’il avait prévu dire au début. Seigneur, lui avait-il fait peur avec tout ce qu’il venait de lui dire? Il ne savait pas, peut-être qu’elle ne ferait que fuir, mais de toute façon il ne signerait pas le divorce tant qu’ils n’auraient pas eu la conversation que lui voulait, celle qu’elle ne lui avait jamais accordé.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t389-sofia-true-love-stories-never-have-endings
avatar
■ En ville depuis le : 18/05/2014
■ Messages : 17
■ Pseudo : Dulzura

■ J'ai : 32 ans
■ Je suis : en instance de divorce
■ Je suis : Administratrice de la morgue
■ Mon adresse : Centre-ville, #530

■ Célébrité : Ginnifer Goodwin
■ © Avatar : Shiya
■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Euhh... ouais!

Sofia R. Hawthorne

Message(#) Sujet: Re: Bring me back to life - PV Sofia Dim 25 Mai - 18:20

Il n'avait pas cherché à entrer en contact avec elle en cinq ans de séparation – hormis lorsqu'elle était partie en pleine nuit et durant le premier mois de leur séparation – et voilà qu'il débarquait dans son bureau sans s'annoncer? Mais à quoi jouait Hunter? Lui dire qu'il avait fait ce que ses imbéciles de frères lui avait dit n'allait rien changer. Dire qu'il l'avait attendue, alors qu'elle lui avait explicitement écrit qu'il ne devait pas le faire, n'allait rien changer non plus. Et à la tête qu'il faisait, Sofia su qu'il avait reconnu l'album de photos. Plus il parlait, plus Sofia sentait les pulsations de son cœur battre à ses tempes, signe certain de stress. Si ça ne se terminait pas par une migraine carabinée, Sofia devrait se compter chanceuse. Il ne fallait surtout pas qu'elle le laisse la convaincre avec ses arguments. Elle connaissait bien son mari, il était parfois capable de se montrer aussi entêté qu'elle, bien qu'il soit le plus raisonnable d'entre eux. Mais le travailleur social en lui savait d'instinct comment placer ses pions, comment creuser sans en avoir l'air, comment suggérer des idées... S'il la connaissait sur le bout des doigts, Sofia pouvait prétendre le connaître tout autant. L'important à l'heure actuelle, c'était de ne pas le laisser tenter de la convaincre qu'elle faisait une connerie. Une grosse connerie.

Parce que ça, Sofia le savait pertinemment!

- Et tu penses que me dire tout ça, me prendre en traître au bureau, ça va changer quoi que soit, Hunter? interrogea la jeune femme d'une voix sourde.

Sofia se leva de son siège et se dirigea vers la fenêtre qui donnait sur la rue, tentant de faire le focus sur ce qui s'y passait... en vain. Tout ce qu'elle désirait, c'était d'être absorbée sur quelque chose. N'importe quoi pourvu qu'elle n'aie pas à le regarder, pourvu qu'elle puisse oublier qu'il était là, derrière elle. Parce que la jeune femme savait qu'il suffisait qu'elle le regarde pour que tous ses bons principes fouttent le camp. Sofia ne voulait pas renoncer, elle obtiendrait ce fichu divorce coûte que coûte. Peut-être après Hunter parviendrait-il enfin à refaire sa vie? Peut-être pourrait-elle essayer d'en faire autant... sans toutefois s'engager sur le long terme. Dire que Sofia avait mis du temps pour comprendre comment Sarah avait pu en arriver là! Maintenant, elle comprenait pourquoi sa sœur avait ressentit le besoin de se protéger pour ne plus souffrir. Heureusement, pour Sarah et Liam, les choses avaient fini par s'arranger, ils avaient fini par se retrouver. Dans son cas, Sofia ne pouvait clairement pas en dire autant.

La jeune femme ne pu que se sentir encore plus mal lorsque Hunter lui dit qu'il n'avait eu personne d'autre. Elle avait voulu qu'il passe à autre chose, qu'il se trouve une femme capable de lui donner les enfants qu'elle n'était pas en mesure de lui donner... et voilà qu'il avait fait tout le contraire. Même si ça l'avait fait souffrir, Sofia avait sincèrement espéré que Hunter passe à autre chose, qu'il refasse sa vie. Et le fait qu'il n'avait eu personne d'autre la fit se sentir coupable. Elle n'était sortie que trois ou quatre fois avec Sam – homme totalement charmant – mais quand il avait tenté de l'embrasser... Sofia avait été incapable de répondre à son baiser. Elle s'était sentie tellement honteuse, comme si elle était entrain de tromper son mari... alors l'entendre lui dire qu'il n'avait rencontré personne d'autre ne l'aidait pas à se sentir mieux. Peut-être Sofia devait-elle utiliser cette stratégie? Elle ne trouvait pas très fair-play d'en user, mais elle aurait bien le temps de culpabiliser plus tard.

- Ça fait cinq ans. Il serait grandement temps de passer à autre chose, tu ne crois pas? demanda-t-elle en se retournant brusquement vers lui. On aurait d'ailleurs dû le faire il y a longtemps. J'ai laissé traîner les choses et je me rends compte que ça t'a fait plus de tort que de bien.

Elle pensait chacun des mots qu'elle venait de prononcer, sauf qu'elle ne disait pas que la simple idée de divorcer lui donnait la nausée. Il y avait fort longtemps que Sofia avait compris qu'elle n'aimerait jamais un autre homme. Aucun n'arriverait jamais à la cheville de Hunter. N'eut été de son incapacité à lui donner des enfants, elle était persuadée qu'ils seraient toujours ensembles et heureux. Dire qu'il avait suffit d'un simple rendez-vous avec un spécialiste pour les détruire. Non. Sofia devait être honnête, c'était elle qui avait tout détruit. Elle aurait pu choisir de rester et faire face à cet échec avec Hunter, mais elle n'en avait tout simplement pas été capable. Elle ne pouvait pas se regarder dans un miroir sans se sentir coupable de ne pas pouvoir avoir d'enfants, alors regarder Hunter... ça la tuait un peu plus chaque jour. Tellement, qu'elle n'osait plus le regarder en face, qu'elle n'osait plus le toucher ou le laisser approcher. Ce diagnostique avait bel et bien sonné le glas de leur mariage.

Sofia s'avança lentement jusqu'à Hunter et lui pris l'enveloppe des mains. Il fallait qu'elle continue sur la voie dans laquelle elle s'était lancée. Elle n'avait pas entrepris toutes ces démarches – qui lui crevaient le cœur – pour rien. Elle rendrait sa liberté à Hunter, quoiqu'il lui en coûte. Il avait le droit de refaire sa vie et elle refusait de le laisser la gâcher par sa faute. Alors la jeune femme s'avança jusqu'à son bureau, posa les papiers dessus et pris un stylo qu'elle tendit à Hunter en se tournant vers lui.

- Je sais ce que ça te fait de revenir ici... et je sais que tu ne le fais pas de gaité de cœur. Tout comme on sait tous les deux que tu t'étais promis de ne jamais revenir à Philadelphie. Je... Je ne reviendrai pas, alors signe Hunter.

Philadelphie avait été le théâtre d'un des plus gros drames de la vie de Hunter. Sa sœur y avait été assassinée par leur propre père. Hunter avait donc toutes les raisons du monde de ne plus vouloir y remettre les pieds. Qu'il aie tout laissé derrière lui pour revenir à cause d'elle... Sofia ne pouvait pas le laisser faire une chose pareille. Elle avait été aux premières loges lorsqu'il avait appris pour le meurtre de sa sœur. On était venu la chercher en cours parce qu'il avait besoin d'elle. Sofia s'en souviendrait toujours. Elle avait tout fait pour aider Hunter et sa mère à traverser ces durs moments dont ils n'avaient – au final – jamais pu se remettre. Et quand la mère de Hunter était décédée à son tour, Sofia n'avait pas assisté aux funérailles. Et elle s'en voulait terriblement depuis. Cette femme l'avait accueillie dans sa famille comme si elle était sa propre fille, allant jusqu'à la présenter comme sa propre fille et non sa belle-fille. Sofia avait sincèrement adoré cette femme...

Elle avait réservé ses billets d'avion. Elle s'était arrangée pour prendre le dernier vol et arriver peu de temps avant les funérailles. Tout comme elle avait pris soin d'acheter un billet de retour par le premier vol... mais une fois à l'aéroport, Sofia avait été incapable de monter à bord de l'avion. Elle avait prévu prendre place dans le fond de l'église et s'éclipser avant que Hunter ne puisse la voir, mais c'était la seule idée de le revoir qui l'avait empêchée de prendre place dans l'appareil. Sofia savait que si elle le revoyait, elle serait capable de renoncer à tout et de revenir vers lui. Il ne méritait pas d'avoir une femme avec ce sacré défaut de fonctionnement, alors pour ne pas s'infliger une telle douleur – pour ne pas la leur infliger – Sofia avait rebroussé chemin.

Depuis, elle allait au cimetière chaque mois pour poser un bouquet de fleurs sur la tombe de sa belle-mère et de celle qui fut, l'espace d'un court moment, sa belle-soeur. Tout comme elle le faisait pour la tombe de son père, de sa tante et maintenant, son oncle, sa petite-amie et enfin, le petit Jeremy. Ce garçon adorable qu'elle avait aussitôt adopté et qui était devenu – à ses yeux – tout de suite son neveu. Plus le temps passait, plus Sofia avait de visites à faire au cimetière...
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 18/05/2014
■ Messages : 45
■ Pseudo : Flytothemoon

■ J'ai : 35 Ans
■ Je suis : Marié
■ Je suis : Travailleur social
■ Célébrité : Jamie Dornan
■ © Avatar : tearsflight
■ © Photo identité : malheureusement je n'ai pu identifié le créateur sur tumbl

■ Multicomptes : non
■ Un sujet? : ouvert

Hunter R. Nolan

Message(#) Sujet: Re: Bring me back to life - PV Sofia Lun 26 Mai - 19:46

Il l’avait prit en traître selon elle, seigneur, c’était risible tout ça. Il ferma les yeux, il était exaspéré qu’elle pense vraiment qu’il ait eu d’autre choix que de la piéger puisqu’elle refusait tout appel, tout contact avec lui.

-Te prendre en traître? Tu m’as donné le choix peut-être Sofia? Répond sincèrement à cette question; M’aurais-tu vraiment répondu si je t’avais appelé? Tu ne l’aurais pas fait, c’est sur. Tu ne l’as pas fait pendant les trois mois ou j’ai tenté de te contacter, tu n’as pas daigné répondre à Niko lorsqu’il a voulut t’annoncer la mort de ma mère et son enterrement.

Elle avait portant su qu’elle était morte, elle l’avait su car elle était venue déposer des fleurs. Niko le lui avait dit. Il s’occupait de l’entretient du monument et il l’avait surprit à déposer des fleurs. Elle avait un parcours bien précis et apparemment qu’il s’était allonger dernièrement. Les morts semblaient s’accumuler autour de sa famille, il en était triste, sincèrement, mais il n’en était pas surprit cependant. Avec un oncle qui avait été un parrain de la mafia, on ne pouvait pas faire autrement. Jamais cependant il ne lui aurait dit ça, elle aimait son oncle et elle, autant que les autres membres de la famille semblait séparé l’homme en deux vie distinct; celle où il était un homme, père, oncle et compagnie et l’autre, où il était le parrain. Il ne comprenait pas comment on pouvait faire ça, mais de toute façon ce n’était pas le sujet en court et le sujet qu’ils abordaient était de loin, beaucoup plus important que Anthony Di Valastro qui était mort maintenant. Il poursuivit donc sur sa lancé.

-Tu m’as rayé de ta vie et ses papiers ne sont que la finalité. Mais tu as mit cinq ans à mettre un terme à tout ça, cinq ans Sof. Pas un coup fil… rien.

C’était ce qu’il avait trouvé le plus difficile dans tout ça, jamais elle n’était entrée en contact avec lui. Elle n’avait même pas essayé de lui expliquer que ce soit par téléphone ou en face ses raisons de partir. Bien sur, elle ne se sentait plus femme, il le savait. Il aurait aimé lui retiré cette sensation, il aurait aimé pouvoir l’aider à se sentir mieux, mais elle ne l’avait pas laissé faire. Elle n’arrivait même plus à le regarder en face les jours avant de partir. Elle disait qu’il était temps de passer à autre chose, qu’elle lui avait fait plus de tord que de bien. Il faillit rire, mais il n’en avait aucune envie.

-Plus de tord que de bien … en effet. Sofia, je t’ai dis que dans deux ans, cinq ans ou dix ans, je t’aimerais toujours. Je t’aime toujours malgré ses cinq années de silence. Je suis revenu ici pour toi et pour personne d’autre.

Elle disait savoir ce qu’il ressentait en revenant ici, elle ne reviendrait pas qu’elle disait. Elle ne voulait qu’une chose, qu’il signe. Non, ça ne se passerait pas comme ça. Cette fois c’était ses règles, pas les siennes. Elle était partie sans prendre en considération ce qu’il ressentait, alors il ne prendrait pas en compte ce qu’elle voulait en ce moment. Il se leva et fit les cents pas. Il se sentait en colère maintenant. La fatigue commençait à jouer sur ses humeurs semblait-il.

-Parce que tu crois que je suis là pour te ramener à Chicago peut-être? Non, je sais très bien que tu ne reviendras pas. Je suis revenu, pour de bon. L’appartement à Chicago à été reloué, mes effets personnels sont avec moi ici et tout le superflu à été vendu. Niko m’a loué un appartement ici, au centre-ville, il a veillé à le meubler avec l’argent que j’ai eu de la mort de ma mère. Enfin bref, j’ai un boulot, un appartement et je suis ici pour y rester que tu le veuilles ou non.

Il secoua la tête, mit les mains sur les hanches et regarda la jeune femme directement dans les yeux.

-Et non, tu ne sais pas ce que ça me fait de revenir ici. Tu ne sais pas comment je me sens face à cette situation, te revoir aujourd’hui, tu n’as aucune idée de ce que ça me fait. Tu n’as aucune idée de ce que j’ai ressentit quand tu es partit. Tu t’es fait un plaisir de me donner un somnifère, c’était l’idéal pour toi. Tu es partie sans te retourner me laissant seul derrière toi.

Il secoua à nouveau la tête de façon négative avant de se passer la main au visage, geste qu’il faisait lorsqu’il était en colère ou énervé. Il ferma les yeux un instant pour se contenir, il ne voulait pas perdre contenance, il ne le fallait pas. Mais il devait être clair dans ses intentions.

-Je ne signerai pas Sofia. Il est hors de question que je te laisse terminer notre histoire de cette façon. Tu vas devoir me parler, il le faut. Tant que tu ne me parleras pas, il est hors de question que je signe ses papiers. Prouves-moi que tu ne m’aimes plus, prouves-moi que nous ne sommes plus fait l’un pour l’autre et alors, si tu es très convaincante je signerai peut-être, mais je serai le seul juge de la situation. Tu ne m’as pas laissé le choix en partant en pleine nuit, maintenant je ne te laisse pas le choix.

Oh non, elle n’aurait aucun choix maintenant. S’il voyait qu’elle ne l’aimait vraiment plus ou bien si elle avait un autre homme dans sa vie et qu’elle l’aimait sincèrement, alors il verrait à lui offrir le divorce. Mais elle regardait leur album lorsqu’il était entré, elle n’avait pas oublié. Il serait marié depuis douze ans maintenant, on ne balayait pas un mariage du revers de la main comme ça sans aucune explication. Non, il ne pouvait pas la laisser faire ça ainsi. Il prenait les choses en main, ce qu’il aurait dû faire depuis très longtemps maintenant.


-Que tu sois d’accord ou non, ça m’est égal. Tu t’es bien fiché de ce que je pouvais ressentir, tu n’as pas voulut m’expliquer ou me reparler. Donc, je me fiche de ce que tu veux à ce jour. Je me fiche que tu veuilles régler ça vite et que je signe. J’aurais dû revenir bien avant, tu as raison sur ce point ça à assez duré. On aurait dû parler depuis longtemps Sof. On a laissé pourrir tout ça trop longtemps.

Il respira un bon coup. Il se calma, elle était là devant lui, il l’aimait tellement qu’il en avait mal. Il avait l’impression d’avoir de la difficulté à respirer tellement il avait mal. Il dût se ressaisir. Il avait une dernière chose à dire, une dernière chose qu’elle devait savoir. Elle pourrait peut-être comprendre ce qu’il avait ressentit, du moins en partie.

-Quand Katya est morte, j’ai cru que la terre s’était arrêté de tourner, tu as été là pour moi. Quand nous avons su ce que tu avais, je suis sur que la terre à arrêté de tourner pour toi aussi, la différence, c’est que tu ne m’as pas laissé la chance d’être là pour toi. Tu ne m’as pas laissé tomber et tu voudrais que moi je le fasse? C’est non. Je n’ai pas abandonné et je n’abandonnerai jamais.

Il haussa les épaules.

-Je t’aime Sofia. Voilà pourquoi je ne signerai pas.

Il enfouit ses mains dans les poches de son jeans, attendant quelque chose. Attendant quoi? Il attendait qu’elle réagisse, qu’elle lui explique peut-être? Peut-être qu’il devrait partir tout simplement non? Peut-être que c’était la meilleure solution. Il se retourna vers la porte et hésita, il ne savait plus quoi faire, ne savait plus quoi dire. En fait, il avait dit tout ce qu’il avait à dire. Ne restait plus qu’à attendre de savoir si elle avait des choses à ajouter. Il arriva à la porte et mit la main sur la poignée, il l’a regarda une dernière fois.
Revenir en haut Aller en bas




http://streets-philadelphia.forum-canada.com/t389-sofia-true-love-stories-never-have-endings
avatar
■ En ville depuis le : 18/05/2014
■ Messages : 17
■ Pseudo : Dulzura

■ J'ai : 32 ans
■ Je suis : en instance de divorce
■ Je suis : Administratrice de la morgue
■ Mon adresse : Centre-ville, #530

■ Célébrité : Ginnifer Goodwin
■ © Avatar : Shiya
■ Multicomptes : Non
■ Un sujet? : Euhh... ouais!

Sofia R. Hawthorne

Message(#) Sujet: Re: Bring me back to life - PV Sofia Dim 22 Juin - 22:26

Hunter marquait un point et Sofia n'aimait pas avoir à l'admettre. Il avait raison en disant que s'il avait tenté de lui passer un coup de fil, elle n'aurait pas pris l'appel. C'était ce qu'elle faisait depuis la nuit où elle était partie. Elle avait fait tout ce qui était en son pouvoir pour lui rendre sa liberté... peut-être n'avait-elle pas pris les meilleures décisions, mais tout ce qu'elle avait fait, c'était pour lui. Certes, Hunter ne voyait peut-être pas les choses sous le même angle, mais c'était tout de-même la vérité. Sofia n'avait cependant pas les mêmes excuses en ce qui concernait la mère d'Hunter. Non, elle n'avait pas pris l'appel lorsque Nikolaï avait voulu lui annoncer que sa belle-mère était décédée, c'était Anastasia qui s'en était chargée. Sofia n'avait pas répondu ce jour-là parce qu'elle pensait que Niko allait lui dire de parler à Hunter et elle n'était pas prête à le faire. Elle savait qu'il lui suffisait d'entendre sa voix pour qu'il parvienne à la faire changer d'avis et revenir à la maison. A la raison.

Étrangement, par la suite Nikolaï ne lui avait plus jamais parlé de Hunter. Et pourtant, ce n'était pas les occasions qui manquaient de le faire. Sofia avait finalement réalisé que c'était peut-être à cause de Stasia, peut-être son amie avait-elle dit à son amoureux de ne plus lui en parler? Si c'était le cas, la jolie blonde avait réussi son coup... Cependant, elle ne ratait jamais une occasion de lui parler de Hunter, de lui rapporter les dernières nouvelles. Parce que pour ça, Anastasia n'en manquait pas une. Chaque fois qu'elle pouvait parler de Hunter, elle le faisait. C'en était à se demander si ne le faisait pas exprès. Ç'avait commencé avec la décès de Mrs Nolan, les funérailles, l'enterrement, le boulot qu'il s'était trouvé... Mais la seule chose que Stasia s'était bien gardée de lui raconter, c'était que Hunter revenait en ville! Parce qu'elle le savait depuis un bon bout de temps et elle n'en avait pas dit un traitre mot! Sofia se jurait d'ailleurs d'enguirlander son amie pour celle-là. Elle lui racontait tout, même ce qui n'avait pas trop d'importance, mais elle se gardait bien de lui annoncer LA nouvelle que Sofia aurait voulut savoir. Au moins, elle aurait pu se préparer à cette maudite rencontre! Franchement, elle en voulait vraiment à sa meilleure amie de lui avoir caché une chose pareille. La jolie blonde ne s'en sortirait pas facilement, elle aurait des comptes à rendre.

- C'est Stasia qui me l'a annoncé! s'écria-t-elle avant de regretter d'avoir parlé. J'avais même mes billets d'avion, mais... à la dernière minute je n'ai pas pu monter dans l'avion. ajouta-t-elle piteusement en baissant la tête.

Pathétique. Elle était tout simplement pathétique! Pourquoi ne le laissait-elle pas croire ce qu'il voulait? Pourquoi répondre quand elle savait que ça leur ferait plus de mal que de bien? Et pourtant, c'était plus fort qu'elle, Sofia voulait que Hunter sache. Elle ne voulait surtout pas le laisser croire qu'elle s'en fichait! Même après cinq années où ils avaient été séparés, l'opinion que son mari avait d'elle comptait encore énormément à ses yeux.

Elle pouvait cependant comprendre son point de vue. Hunter disait qu'elle l'avait rayé de sa vie, mais c'était faux. Non, en fait, il disait vrai. Elle avait mis les voiles et avait pris ses distances. Si elle n'avait pas voulu lui parler quand il l’appelait, c'était parce que Sofia savait qu'il parviendrait à la faire changer d'avis. Elle avait fait exprès et elle ne pouvait lui en vouloir de le lui reprocher. Mais qu'importe ce que Hunter pouvait dire à ce sujet-là. Sofia avait fait ce qu'elle avait à faire. Peut-être n'avait-elle pas pris la meilleure façon de faire, mais elle avait sincèrement cru que c'était ce qu'il y avait à faire. De toute évidence, même cinq ans plus tard, Hunter l'avait toujours en travers de la gorge. Et puis merde! Il pouvait bien lui reprocher de ne jamais lui avoir parlé au téléphone après son départ, mais il n'était jamais venu la chercher! Il était aussi responsable qu'elle de ce maudit fiasco!


- Je ne t'ai peut-être jamais laissé la chance de me parler après que je sois partie, mais que je sache, tu n'es jamais venu me chercher non plus! Tu ne vaux vraiment pas mieux que moi! Et ne viens pas dire que mes frères t'ont conseillé de me laisser tranquille! Depuis quand ces deux-là sont de bons conseils quand il s'agit de Sarah et moi, hein?

Ses frères... en voilà deux qui ne perdaient rien pour attendre. Quand elle mettrait la main sur eux, Sofia se jurait bien de leur faire comprendre une bonne fois pour toute qu'ils n'avaient pas à se mettre le nez dans sa vie privée! Mais pour le moment, Sofia n'avait pas le temps de réfléchir à ce qu'elle ferait subir à ses frères, elle avait plus important sur le feu : à savoir son entêté de mari qui refusait de signer les papiers de divorce. Un point pour Hunter, Sofia avait oublié à quel point il pouvait avoir la tête dure quand il avait une idée fixe. Et cette fois-ci, c'était ce satané divorce. Qu'est-ce qu'il ne comprenait pas? Il retrouvait sa liberté, il aurait la paix! Il pourrait refaire sa vie avec une autre si ça l'intéressait. Pourquoi s'obstiner comme il le faisait? Il affirmait qu'il l'aimait encore. Comment cela pouvait-il être vrai? Après tout ce qu'elle lui avait fait subir? En cinq ans, il n'avait jamais trouvé le temps de venir la chercher, venir la retrouver, mais il suffisait d'une stupide demande de divorce pour qu'il arrive au galop? C'était complètement ridicule! Il pouvait bien affirmer haut et fort à qui voulait bien l'entendre qu'il l'aimait encore, mais Sofia n'y croyait pas!

- Et tu penses que je vais te croire? En cinq ans, tu n'as jamais rien tenté pour me revoir et voilà que la demande de divorce arrive et tu te précipites dans mon bureau? Te fous pas de moi, Hunter, ce n'est vraiment pas le moment.

Et voilà qu'il revenait sur le coup du somnifère. Bon sang. Elle le lui avait donné parce qu'il était vraiment mort de fatigue. Bien sûr, ça l'avait arrangée de le lui donner, mais s'il n'avait pas été aussi fatigué, elle aurait tout simplement attendu qu'il dorme profondément. Mais ça ne valait pas la peine de tenter de le faire changer d'avis sur ce point. Il était persuadé qu'elle l'avait fait à dessein et rien de ce qu'elle pourrait dire pour se défendre ne serait recevable aux yeux de Hunter. De toute manière, aurait-elle voulu lui faire comprendre ses raisons d'en arriver là, il était trop tard. Trop tard pour revenir en arrière, mais la seule personne qui ne voyait pas les choses ainsi, c'était Hunter. La seule solution, c'était le divorce et il ne voulait même pas en entendre parler. A moins qu'elle parvienne à le convaincre qu'elle ne l'aimait pas! Il en avait de bonnes! Comment pourrait-elle le convaincre qu'elle ne l'aimait pas? Impossible! Elle l'aimait toujours et elle savait qu'elle l'aimerait probablement toujours. Elle ne savait pas mentir, alors il était totalement impossible de lui raconter des craques là-dessus. Il ne la croirait tout simplement pas. Finalement, il la tenait : il ne signerait jamais ces fichus documents.

Ce n'est que lorsqu'il parla de Katya et compara la situation avec le diagnostic du médecin que Sofia soupira avant de se laisser tomber dans un des fauteuils devant son bureau, ne voyant pas que Hunter se dirigeait vers la porte. Comment pouvait-il comparer la mort de Katya au fait qu'elle ne pourrait jamais avoir d'enfants? Ce n'était en rien comparable!

- La mort de ta sœur, c'est un drame épouvantable, une tragédie... mais ce n'est en rien comparable à ce qui m'arrive. Tu ne vois peut-être pas ça du même angle que moi, mais tu sais ce que ça me fait... comment je me sens. dit-elle en tentant de garder une voix neutre, s'empêchant de flancher. Et là, on ne fait que remuer le couteau dans la plaie.

Allait-il partir? Allait-il ajouter quelque chose à ça? Sofia n'en savait rien. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'encore une fois, cette histoire de bébé qu'elle ne pourrait jamais avoir lui faisait mal. Un mal de chien... Cette histoire avait, irrémédiablement, détruit toute sa vie.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 18/05/2014
■ Messages : 45
■ Pseudo : Flytothemoon

■ J'ai : 35 Ans
■ Je suis : Marié
■ Je suis : Travailleur social
■ Célébrité : Jamie Dornan
■ © Avatar : tearsflight
■ © Photo identité : malheureusement je n'ai pu identifié le créateur sur tumbl

■ Multicomptes : non
■ Un sujet? : ouvert

Hunter R. Nolan

Message(#) Sujet: Re: Bring me back to life - PV Sofia Dim 6 Juil - 17:00

-Ce n’est en rien comparable? Tu crois sincèrement que la mort de ma sœur et ton drame personnelle n’avait rien de comparable? En fait, non, tu as raison. Oui j’étais démoli par sa mort, tu as été là pour moi c’était MON drame et tu as été là pour m’aider. Toi, tu as reçu cette nouvelle, c’était TON drame et j’ai voulu être là pour toi, seigneur que je l’ai voulut. Mais tu ne m’as pas laissé le partager avec toi, tu t’es refermé sur toi-même et tu as préféré me planter là. Voilà ce qui est comparable Sofia. Ce qui ne l’est pas, c’est qu’elle, elle n’est plus en vie pour aimer, pour se marier ni même pour avoir des enfants, on lui a enlevé la vie de façon très injuste. Toi, tu es toujours en vie. Tu ne peux pas avoir d’enfants de façon naturel et alors? Oui, c’est dur à prendre comme nouvelle mais tu es en vie bon sens et il y a plein d’enfants à travers ce monde qui ne demande que ça avoir des parents comme nous qui peuvent lui offrir une belle vie. C’est ce que nous aurions pu faire Sof, ce que nous aurions dû faire. Mais tu as choisit de partir et de me laisser derrière.

Il revient vers le bureau et la regarda bien dans les yeux.

-C’est vrai que j’ai été stupide, stupide de croire que tu reviendrais tout simplement et de te laisser gérer les choses. J’aurais dû venir, j’ai faillit venir en fait. Mais je ne l’ai pas fait, j’ai eu peur, peur que tu me rejettes, peur de constater que tu étais avec un autre, peur de comprendre que tu ne m’aimais plus. J’ai été le pire des lâches de ne pas venir. C’est mon erreur et je l’admets. J’ai été assez naïf pour croire que tu reviendrais et que tout serait comme avant, ses papiers de divorce qui me sont arrivés m’ont complètement réveillé de la bulle dans laquelle je m’étais enfermé les cinq dernières années. Ils m’ont mit en colère et m’ont rejeté en pleine face l’erreur que j’avais commise. Alors aujourd’hui je suis là, je sais que tu n’as personne dans ta vie et je sais pourquoi, j’en suis persuadé.

Il fouilla dans la poche de sa chemise et en sortit la bague de sa grand-mère, il l’a regarda un instant avant de la mettre devant sa femme.

-Elle est à toi, à personne d’autre. Faisant ce que tu veux, de toute façon je n’ai plus personne à qui la donner. Elle n’ira jamais à ma sœur, ma mère est morte et je n’ai pas l’intention de la donner à une autre femme que toi. Tu es la seule, tu le seras toujours. Quel homme est assez fou pour attendre son âme sœur pendant cinq longues années Sofia? Je crois bien être le seul fou dans cette histoire.

Il se passa la main au visage, il était triste et ce simple geste lui faisait ravaler son émotion. Il en avait assez de souffrir, il voulait la reconquérir et il y arriverait ou sinon il n’était pas le digne fils de sa mère. Elle était têtue et s’était battue jusqu’à la fin. Une chose était sure, si elle avait été à la maison ce jour là, ce n’est pas sa sœur qui serait morte, se serait son père. Sa mère avait une force peu commune et elle lui avait souvent dit de ne pas laisser le temps faire effet s’il voulait récupérer Sofia, qu’il devait agir, mais il n’avait pas cru ce qu’elle disait, il avait cru aux sentiments qu’ils avaient partagé Sofia et lui et avait cru bêtement que ça suffirait à faire revenir la jeune femme. Qu’elle ferait ses expériences et qu’elle reviendrait.

-Douze ans que nous sommes mariés Sof, douze. Nous aurions eu le temps de faire bien des choses si nous n’avions pas perdu cinq ans. Bien des choses…

Il ne savait plus que faire, ni quoi dire pour la convaincre. Il avait le cœur en pièce et il savait qu’elle devait se sentir comme lui. Ils avaient fait des erreurs chacun de leur côté, le temps n’était pas de savoir à qui la faute, le temps était venu de savoir s’ils pouvaient réparés ce qui avait été brisé.

-J’imagine que c’est toi qui dépose ses fleurs sur la tombe de ma mère tous les mois. C’est Niko qui m’a dit ça… enfin, il suppose que c’est toi puisque ce n’est pas eux et que nous n’avons aucune autre famille ma mère et moi.

Il l’a regardait et il su, il su que c’était elle. Il pouvait le savoir juste à son regard. Il se pencha vers et avant qu’elle n’ait pu faire un seul geste il prit son visage dans ses mains et l’embrassa. Il se releva aussi vite qu’il s’était penché.

-Merci. Elle méritait que je le fasse par moi-même, mais je suis sur qu’elle serait contente que tu l’ais fait.

Il n’avait qu’une envie et s’était de l’embrasser à nouveau, mais il savait qu’elle ne se laisserait pas prendre par surprise une deuxième fois. Il s’était calmé cependant, il était moins impulsif, moins en colère, mais toujours aussi triste. Il l’a regarda une nouvelle fois.

-Je vais y aller et te laisser réfléchir à tout ça. Mais j’étais sincère quand je te disais que je ne signerais pas. Pas tant que nous nous soyons assis l’un face à l’autre et que l’ont ait discuté sérieusement. Pas tant que je ne serais pas sur à cent pour cent que tu ne ressens plus rien pour moi et je peux te jurer qu’il va te falloir être très convaincante si tu veux me faire avaler ça. Te pavaner aux bras d’un mec juste pour me rendre jaloux ne suffira pas.

Il prit une carte dans la poche de son jeans. Il la tendit à la jeune femme.

-Mon numéro au travail, l’adresse de l’endroit aussi. Au dos de la carte, tu as mes nouvelles coordonnées, adresse numéro de téléphone à la maison et mon nouveau cellulaire. Niko à vraiment prit les choses en main après que j’aie accepté l’offre d’emploi qu’ils m’ont offert Stasia et lui. Il voulait être sur que je ne recule pas il faut croire.

Il attendit qu’elle prenne par elle-même la carte, ce qu'elle fit. Il eut un dernier petit sourire triste et se dirigea vers la porte. Il n'y avait plus rien à dire, plus rien à faire pour le moment. Il partit, il devait maintenant aller régler d'autre petites choses, mais la plus importante était en marche. Il avait l'idée de reconquérir sa femme et il allait y arriver. Il n'en doutait pas.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Bring me back to life - PV Sofia

Revenir en haut Aller en bas

Bring me back to life - PV Sofia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Streets of Philadelphia :: Philadelphia City Morgue

-